Economie

23 juil. 2012 - argentin. Il dénonce «l'impunité» dont jouit La Alumbrera, qui ne respecte pas toutes les lois environnemen- tales. L'industrie minière bénéficie.
791KB taille 9 téléchargements 461 vues
Le Temps Lundi 23 juillet 2012

Economie

11

Suisses plébisciteraient Aux confins de l’Argentine, fronde Les l’accord avec l’Allemagne contre les mines du groupe Xstrata

> Sondage Les Alémaniques plus négatifs que les Romands au sujet des données volées

> Environnement Dans le nord-ouest du pays, le géant minier suisse fait face à la révolte d’une petite ville, Andalgala. En cause, les effets d’un méga-projet sur les ressources en eau de la région A Cerro Negro, la mobilisation bat son plein contre la compagnie minière La Alumbrera, détenue à 50% par la société suisse Xstrata. Depuis le 9 juillet, des activistes de toute l’Argentine bloquent les camions de ce consortium minier canado-suisse et coupent ainsi l’approvisionnement de Bajo La Alumbrera, l’une des plus grandes mines à ciel ouvert d’Amérique latine. Ils luttent «pour l’autodétermination des peuples et la préservation de l’environnement». Nombre d’habitants d’Andalgala sont dans le lot. Depuis quinze ans, la petite ville montagnarde – 15 000 âmes – de la province de Catamarca, au nordouest du pays, rejette la mine d’or et de cuivre Bajo La Alumbrera. Mais un autre projet minier, porté lui aussi par Xstrata, cristallise désormais les mécontentements. C’est Agua Rica, encore en phase exploratoire. Trois fois plus grande que Bajo La Alumbrera, la nouvelle mine consommera et polluera d’autant plus les ressources en eau de la localité, selon ses détracteurs. «Dehors Agua Rica», «Non à la mine, oui à l’eau», sur les pancartes, les slogans sont sans équivoque en ce 354e anniversaire d’Andalgala. Les militants de l’assemblée El Algarrobo défilent sous les applaudissements des habitants, répondant à l’appel du maire au micro. «Avec Agua Rica, ils pomperont directement dans des sources qui alimentent la ville», s’indigne Patricia Figueroa, une activiste. L’agriculture, activité essentielle dans la région et grande consommatrice d’eau, est menacée, ajoute-elle.

Panorama Médias Démission de Murdoch Le magnat de la presse Rupert Murdoch a démissionné de ses fonctions de directeur de plusieurs sociétés contrôlant ses quotidiens britanniques, notamment de la holding du Times. Il a également quitté les conseils d’administration de plusieurs filiales américaines de son groupe, a annoncé samedi une porte-parole. Celle-ci a qualifié ces démissions «d’opération de nettoyage avant la scission du groupe». (ATS/AFP)

Justice Nespresso porte plainte contre Migros Nouveau rebondissement dans la guerre judiciaire du café en capsules. Nestlé a déposé plainte contre Migros. Le géant orange vend sous la marque Café Royal des capsules Nespresso-compatibles. La porte-parole de Migros, Monika Weibel, a indiqué au Matin Dimanche que le groupe de distribution est persuadé «qu’il n’enfreint aucun brevet de Nestlé ni ne lèse sa marque». (LT)

Banque Raiffeisen sans Américains Après la Banque Coop, Raiffeisen se sépare également de ses clients originaires d’outre-Atlantique. En cause, les contraintes administratives de plus en plus nombreuses, qui demandent un gros investissement. 0,03% de clients sur un total de 3,5 millions sont touchés. (ATS)

BOLIVIE BRÉSIL PA R AG UAY

Rio de Janeiro

C ATA M A R C A

San Miguel de Tucuman

Andalgala CHILI

Jérôme Le Boursicot ANDALGALA

Océan Atlantique

Cordoba

U R U G UAY

Buenos Aires Mar del Plata ARGENTINE Iles Malouines (Roy.-Uni) 0

800 km

Dans les rues d’Andalgala, les badauds se joignent au cortège. Depuis la violente répression de la police provinciale le 15 février 2010, la majorité de la population soutient le mouvement. Luis Enrique, sous les drapeaux multicolores, décrit des scènes de guerre civile: «Les femmes pleuraient sur la place centrale, une nuit d’horreur. Les forces antiémeute ont épuisé leurs balles en caoutchouc.» Résultat: des centaines de blessés et une quarantaine d’arrestations.

Le groupe rejette la critique La Alumbrera nie toute pollution et se targue de respecter les standards internationaux les plus exigeants en matière de gestion de l’eau. Selon l’Assemblée El Algarrobo, le consortium aurait acheté les universitaires réalisant les contrôles. La province, qui y participe également, dépend de la manne minière, ajoutent les militants. La fondation Service Paix et Justice du Prix Nobel de la paix Adolfo Pérez Esquivel évoque notamment plusieurs études pointant diverses pollutions générées par l’exploitation du gisement. Alors, les habi-

tants d’Andalgala redoutent les maladies. Et subissent, avec les élus municipaux, pressions et menaces des autorités de la région, toutes dans les poches de La Alumbrera, selon l’ONG Les Amis de la Terre.

La présidente défend la mine «Derrière chaque délit environnemental, il y a un fonctionnaire corrompu», renchérit Gustavo Antonio Gomez. Le procureur fédéral de la province de Tucuman a, le 28 mars 2012, déposé plainte auprès de la Cour interaméricaine des droits de l’homme contre l’Etat argentin. Il dénonce «l’impunité» dont jouit La Alumbrera, qui ne respecte pas toutes les lois environnementales. L’industrie minière bénéficie d’un allié de poids: la présidente argentine Cristina Kirchner soutient sans concession le développement du secteur. Autre grief contre la joint-venture, pointé par des ONG: grâce à une législation favorable, les bénéfices record dégagés ne profitent guère à la population locale, minée par le chômage. Patricia résume: «Nous vivons près de richesses incroyables mais restons pauvres comme des rats.» L’entreprise rétorque que plus de la moitié des 2200 personnes travaillant sur le site existant sont originaires de Catamarca. Et de souligner sur son site web qu’elle finance la construction d’écoles et d’hôpitaux dans la province. «On est loin des 6000 emplois ou des 5000 logements annoncés au départ», s’irritent les manifestants. Les mines à ciel ouvert divisent la

> Etude 4 maisons sur 10 ont perdu des clients

L’effet taille joue à plein Celles qui s’en sortent le mieux affichent des entrées de fonds nets de quelque 10%; alors que les «moins bonnes» déplorent jusqu’à 6% de recul. «Les banques bénéficiant d’une certaine taille parviennent mieux à adapter leur modèle aux circonstances, à s’ouvrir aux pays émergents», précise Jens Hagel. Un pari forcément plus compliqué pour les petites banques. En termes de rentabilité, les marges des banques de gestion suisses ont subi une légère baisse

Près de 70% des personnes interrogées ont répondu qu’elles accepteraient l’accord fiscal avec l’Allemagne, selon un sondage d’Isopublic réalisé pour la SonntagsZeitung et publié dimanche. Seuls 21,1% des sondés rejettent l’accord signé avec Berlin. L’Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) a lancé le référendum, et les Suisses pourraient voter le 25 novembre. Une majorité de sondés (59,4%) se déclarent également favorables à un affaiblissement du secret pour les contribuables suisses. L’achat par les autorités allemandes de données bancaires volées en Suisse ne semble pas de nature à faire échouer l’accord devant le peuple, selon ce sondage, mais les Alémaniques sont nette-

PUBLICITÉ

ConvoCation de l’assemblée Générale ordinaire L’Assemblée Générale Ordinaire des actionnaires de la Compagnie Financière Richemont SA aura lieu mercredi 5 septembre 2012 à 14 heures, au Four Seasons Hotel des Bergues, 33 Quai des Bergues, 1201 Genève.

Ville divisée

Le fossé se creuse entre les banques privées Voilà huit ans que cela n’était pas arrivé. En Europe, la gestion de fortune «offshore» a fait, l’an dernier, aussi bien que la gestion «onshore». Pour les deux types d’activité, les afflux nets de fonds ont atteint +1%, selon un sondage publié lundi par Mc Kinsey. En 2010, l’un et l’autre affichaient respectivement 0% et +3% de nouveaux actifs. «Les banques offshore restent une bonne alternative, en dépit de la pression politique et réglementaire», note Jens Hagel. Le coauteur de l’étude souligne que la Suisse attire à la fois les actifs des pays émergents et les super-riches. Mais le responsable de la gestion de fortune dans la région EMEA pour McKinsey prévient: «C’est une moyenne. Individuellement, les différences se creusent.» En fait, quatre banques sur dix ont perdu des clients l’an dernier.

localité, regrette le maire. La centaine d’employés de La Alumbrera à Andalgala touche des salaires qui font des envieux. «Nous avons des familles à nourrir», se justifie Emanuel Rios, ingénieur chez Xstrata, au volant d’une camionnette flambant neuve. De leur côté, les opposants aux mines de Xstrata ne lâchent rien. Le rassemblement de Cerro Negro vise même à étendre le mouvement de contestation contre «les méga-projets miniers, qui pillent les richesses nationales au détriment de l’environnement». En attendant, lors des repas de mariage, à Andalgala, il y aura maintenant toujours deux tables. Celle des anti. Et celle de promine. InfoSud

ment plus négatifs sur ce point que les Romands. Michael Ambühl, le secrétaire d’Etat pour les questions financières internationales, est formel: l’accord avec l’Allemagne interdira l’achat de données volées. «La formulation est claire et a été choisie en connaissance de cause», dit-il, toujours dans la SonntagsZeitung. Seule l’acquisition passive d’informations serait encore possible, par exemple si elles arrivaient dans la boîte aux lettres du fisc allemand. Autre point sensible: les partis politiques redoutent que les banques, au vu de leur très faible popularité, ne compromettent les chances de l’accord en s’engageant trop visiblement. Aussi, rapportent la SonntagsZeitung comme le SonntagsBlick, vont-ils prier les banquiers de se montrer aussi discrets que possible durant la campagne.

LT

en 2011, à 22 points de base, contre 23 en 2010 et 39 en 2007. Leurs homologues européennes, elles, sont restées stables, à 24 points. Il y a d’abord l’effet de l’appréciation du franc, avance Jens Hagel. Mais il y a aussi le comportement des clients dans le contexte de crise. D’une part, ceux-ci, moins actifs, génèrent moins de revenus de «brokerage». Ils sont aussi investis dans des actifs plus sûrs, telles les obligations ou le cash. Deux classes d’actifs qui constituent en moyenne près de 60% des portefeuilles, et qui sont moins rémunératrices pour les gérants. «Ceci est valable pour toutes les banques», note le responsable de McKinsey.

Pression sur les marges Ce qui l’est moins, en revanche, c’est la cause structurelle de la baisse des marges. Le renforcement de la régulation transfrontalière fait que la hausse des coûts liés à la gestion du risque et à la «compliance» est plus marquée pour les entités suisses, ou pour la gestion «offshore», en général. Là aussi, la taille, et donc la capacité à absorber ces coûts fixes supplémentaires, compte de plus en plus. À moyen terme, les petites entités vont devoir trancher: «Soit elles se spécialisent dans des créneaux bien spécifiques, soit elles se regroupent ou se font racheter.» Dans le secteur, la consolidation n’est pas terminée, conclut Jens Hagel. Servan Peca

ordre du jour

1. Rapport d’activité 1.1 Le Conseil d’Administration propose à l’Assemblée Générale, après lecture des rapports de l’organe de révision, d’approuver les états financiers consolidés du Groupe, les états financiers de la Société ainsi que le rapport du Conseil pour l’exercice clôturé au 31 mars 2012. 1.2 Le Conseil d’Administration propose à l’Assemblée Générale de ratifier (vote consultatif non contraignant) le rapport de rémunération 2012 figurant aux pages 46 à 52 du rapport annuel 2012. 2. Affectation du bénéfice Le bénéfice à disposition pour l’exercice se terminant au 31 mars 2012 s’élève à CHF 1 853 152 867. Le Conseil d’Administration propose de payer un dividende de CHF 0.55 par action Richemont. Ce résultat équivaut à CHF 0.550 par action au porteur ‘A’ de la Société et à CHF 0.055 par action nominative ‘B’ de la Société. Le montant total payable à titre de dividende s’élève à CHF 315 810 000, sous réserve de la renonciation par Richemont Employee Benefits Limited, une filiale à 100 % de la Société, à faire valoir son droit au dividende sur environ 24 millions d’actions Richemont ‘A’ qui sont considérées comme des actions propres de la Société. Le Conseil d’Administration propose de reporter le solde du bénéfice disponible de la Société au 31 mars 2012, après paiement du dividende, au nouvel exercice. 3. Décharge aux membres du Conseil d’Administration Le Conseil d’Administration propose de donner décharge à ses membres pour l’exercice clôturé au 31 mars 2012. 4. Election du Conseil d’Administration Le Conseil d’Administration propose de renouveler pour une année les mandats respectifs des membres ci-après mentionnés : 4.1 Johann Rupert, 4.2 Dr Franco Cologni, 4.3 Lord Douro, 4.4 Yves-André Istel, 4.5 Richard Lepeu, 4.6 Ruggero Magnoni, 4.7 Josua Malherbe, 4.8 Dr Frederick Mostert, 4.9 Simon Murray, 4.10 Alain Dominique Perrin, 4.11 Guillaume Pictet, 4.12 Norbert Platt, 4.13 Alan Quasha, 4.14 Maria Ramos, 4.15 Lord Renwick of Clifton, 4.16 Dominique Rochat, 4.17 Jan Rupert, 4.18 Gary Saage, 4.19 Jürgen Schrempp et 4.20 Martha Wikstrom. 5. Election de l’organe de révision Le Conseil d’Administration propose de renouveler pour une année le mandat de PricewaterhouseCoopers en sa qualité d’organe de révision de la Société. 10CAsNsjY0MDAx1jUxsTQztgAA64Ie7w8AAAA=

10CFWMMQ6EMAwEX-RoE28SB5eIDlEgejenq-__1RE6im1WM7PvXhOerdtxbadngCrkaGpO1KSV3nUkozo6WJDLArvvYc1evABNCcRkBF3AgIlSNIcpI5dZiGnf5d_n-wd03ISggAAAAA==

Les états financiers du Groupe et de la Société, les rapports de l’organe de révision ainsi que le rapport du Conseil d’Administration pour l’exercice clôturé au 31 mars 2012 qui figurent dans le rapport annuel 2012 de Richemont pourront être consultés au siège de la Société à compter du 25 juillet 2012. Une copie de ce document sera envoyée aux actionnaires qui en font la demande. Le rapport annuel 2012 de Richemont est disponible sur le site internet de la Société (www.richemont.com). Les cartes d’admission à l’Assemblée Générale Ordinaire et les bulletins de vote pourront être retirés par les détenteurs d’actions au porteur contre dépôt de leurs actions, jusqu’au 31 août 2012, aux guichets des banques suivantes : UBS SA, Lombard Odier & Cie, Banque J Vontobel & Co AG ainsi que Pictet & Cie. Les actions déposées resteront bloquées jusqu’à la fin de l’Assemblée. Les cartes d’admission ne seront pas fournies par la Société elle-même et aucune carte d’admission ne sera délivrée le jour de l’Assemblée Générale. Chaque actionnaire peut se faire représenter à l’Assemblée Générale par un tiers qui ne doit pas nécessairement être actionnaire de la Société. Le formulaire de procuration figure au verso de la carte d’admission. Conformément à la législation suisse, chaque actionnaire peut également se faire représenter à l’Assemblée Générale par la Société, par une banque ou un établissement similaire ou par Me Françoise Demierre Morand de l’Etude Gampert & Demierre, Notaires, 19 rue du Général-Dufour, case postale 5326, 1211 Genève 11, qui agira comme représentant indépendant des actionnaires. Sauf instructions contraires indiquées explicitement sur les procurations, les droits de vote seront exercés dans un sens favorable aux propositions du Conseil d’Administration. Les instructions pour les votes par procuration doivent être reçues par la Société ou le représentant indépendant au plus tard le vendredi 31 août 2012. Les représentants dépositaires au sens de l’article 689d du Code suisse des Obligations sont priés de communiquer à la Société le plus rapidement possible, et au plus tard lors du contrôle des entrées avant le commencement de l’Assemblée Générale, le nombre et la valeur nominale des actions qu’ils représentent ainsi que le numéro de référence de leurs cartes d’admission. Peuvent être considérés comme représentants dépositaires les établissements soumis à la Loi Fédérale du 8 novembre 1934 sur les banques et les caisses d’épargne ainsi que les gestionnaires de fortune professionnels et les fidéicommis. L’Assemblée sera tenue en anglais avec une traduction simultanée en français. Pour le Conseil d’Administration : Johann Rupert ExEcutivE chairman anD chiEf ExEcutivE OfficEr

Richard Lepeu DEputy chiEf ExEcutivE OfficEr Bellevue Genève, le 23 juillet 2012