Economie

Aug la qtte de monnaie dans l'economie stimule la demande de biens et serviecs ..... Théorème de Coase : Proposition selon laquelle, si les parties peuvent ...
1MB taille 8 téléchargements 456 vues
Economie: TEST 1 Notes Chapitres 1; 2; 3 PRINCIPES DE MICROECONOMIE Chapitre 1: 10 principes d’économie : 1- Les gens sont soumis à des arbitrages  Pour obtenir ce que nous voulons, nous devons habituellement renoncer à autre chose – prendre une decision c’est faire un arbitrage objectif entre un autre 2- Le cout du bien est ce à quoi il faut résister pour l’obtenir  Prise de decisions implique de comparer les couts et les avantages des diverses options possibles.  Cout de renonciation 3- Les gens rationnels raisonnent à la marge  Ils tentent systematiquement d’atteindre leurs objectifs qu’ils se fixent  Changements marignaux  Benefice marginal plus eleve que le cout marginaux—a la marge – « marge d’erreure » ecart – ce qu’on peut qd meme beneficier en reduisant le cout – chang de plan 4- Les gens réagissent aux incitatifs  Comprendre consequences et bienfaits des actions (ex : cienture de securite)  Conduire lentement – benfifice marginal + que cout marginal du temps  Stickk.com  Ceinture securite – plus d’accidnets 5- Les échanges améliorent le bien-être de tous  Specialise dans son domaine  A la fois concurrent et partenaires a l’echelle mondiale 6- Les marchés représentent en général une bonne façon d’organiser l’activité économique  Economie de marche – decentralisation des menages et firmes interagissant sur le marche  Main invisible du marche  Chacun a son prpre interet - -ca se balance 7- Le gouvernement améliore parfois les solutions de marché  Nous avons besoin du gouvernement pour etablirles conditions et les institutions qui permettront a la main invisible de jouer pleinement son role  Droit de propriete respectes = marche fonctionne – lois tribunaux, police, reglements (pas de vol, etc.)  Aussi promouvoit efficience et equite  Defaillance du marche -- pas efficeint pour allouer ressources



Externalite ex : pollution des usines – gouv met une reglementation pour empecher externalite (effet sur autres)  Qqun avec un grand pouvoir de marche aura un prix fixe sur le monopole du produit  Services visant egalite et redistribution 8- Le niveau de vie d’un pays dépend de sa capacité à produire des biens et services  Productivite aug = revenu aug  Doit ameliorer formations, techno et outils 9- Les prix montent lorsque le gouvernement émet trop de monnaie  inflation 10- À court terme la société est soumise à un arbitrage entre l’inflation et le chômage  Aug la qtte de monnaie dans l’economie stimule la demande de biens et serviecs  Aug de la demande peut eventuellementconduire les firmes a aug leurs prix.. mais a court terme elles encouragent de plus produire et embaucher plus de travailleurs  Cette aug provoque baisse de chomage Chapitre 2 : Economie :    

Hypothese grace a observation Difficulte en economie de faire des experiences – pour prouver theories donc utilise histoire Diagrammes simplifiees pour comprehension Court terme == long terme doit avoir seulement suposition et c difficile

Diagramme des flux circulaires : -

circuit simplifie du modele des transactions (intrants = facteurs de production) des menages et dees entreprises Les menages detiennent les facteurs de production et cpnsomment les biens et servieces produits par les entreprises Facterus de production circulent des menages vers les entreprises Et biens et services circulent des entreprises vers les menages Flux de dollars – salaires, etc. des entreprises aux menages Dollar de mange devient revenu d’entreprise et entreprise achete avec des intrants (facteurs de production) , le loyer ou les salaire Pas tres realiste pcq on ne comprend pas le gouv et du commerce international

Courbe des possibilites de production (CPP) : -

Indique les combinaisons des biens et services possible de produire avec les ressources et la techno disponible En deplacant certaines ressources on a differentes combinaisonsde production Rarete fait en sorte que ttous les combinaisons ne sont pas possibles(au dessus de la courbe – en dehors) aussi techno l’affecte

-

Economie peut produire n’importe quel pooint sous la courbe (en dedans) Allocation efficace si economie tire le maximum des ressources rares dont elle dispose. – points sur la courbe (non a l’interieur = niveau de production efficace) Pas efficace peut etre a cause de chomage trop eleve, ressources -- eliminer cause de l’inefficacite = production efficace Qd c efficace, la seule facon de produire plus, il faut reduire l’autre production – cout de renonciation P.28…. Progres techno peut aug courbe de prod -- aug de prod Macro et micro

Enonce pos (what is) vs normatif (what should be) diff dans justification --- positif tu peux infirmer ou confirmer avec des faits MIDTERM : Chapitre 4; 5; 7; 10 Chapitre 4 : Les forces du marché : L’offre et la demande -

-

-

-

Les termes offre et demande déterminent la quantité des biens produits et leur prix de vente. Pour mesurer l’influence qu’un événement ou qu’une politique aura sur l’économie, il faut d’abord penser en termes d’offre et demande. Offre et demande : fait référence au comportement des agents et à leur interdépendance sur les marchés. Un marché se compose de vendeurs et d’acheteurs pour un certain type de biens ou de services. Acheteurs conditionnent la demande et les vendeurs conditionnent l’offre La fixation du prix et de qtté de crème glacée vendue dépend de l’interaction de tous les acheteurs et les vendeurs présents sur le marché Marché concurrentiel : aucun acheteur ou vendeur ne peut exercer à lui seul une influence décisive sur les prix du marché pcq les autres vendeurs offrent des produits comparables. Ds un marché concurrentiel : 2 critères : 1- les biens mis en vente sont identiques 2- acheteurs et vendeurs trop nombreux pour que l’un influence le prix du marché.  Donc les acheteurs et vendeurs doivent accepter le prix du marché et sont qualifiés de preneurs de prix (achètent et vendent ce qui leur satisfait)  Ex : marché de blé = concurrence parfaite Monopole : qu’un offreur qui détermine le prix à lui seul (ex : câblodistribution) Certains marchés sont entre les deux (monopole et concurrence parfaite) Demande : qtté demandée est influencée par le prix du bien entre autres. Relation inverse entre demande et le prix  loi de la demande – pente négative (courbe de demande) ds tableau de barème de demande Qtté demandée du marché correspond à la somme des qttés demandées de chq personnes. Courbe de demande montre ce qui arrive à la qtté demandée d’un bien qd le prix de ce bien varie (déplace le LONG de la courbe) (toutes les autres variables étant tenues constantes)

-

-

-

Autres choses peut déplacer la courbe de demande avec le temps par ex : le goût où il y a une étude que le produit est bon pour la santé. Courbe de la demande se déplace vers la droite s’il y a une augmentation de la demande pour tout niveau de prix Chaque fois qu’un facteur déterminant la demande varie, À L’EXCEPTION DU PRIX DUBIEN, la courbe de demande se déplace Facteurs pouvant faire déplacer la courbe de demande :  REVENU : qd la demande pour un produit chute avec la diminution des revenus (ou aug avec hausse de revenu) c’est un bien normal Qd la demande d’un bien augmente avec la baisse des revenus (ou baisse avec de revenu) c’est un bien inférieur (ex : transport en commun)  PRIX DES PRODUITS CONNEXES : Diminution du prix d’un bien réduit la demande pour un autre – Bien substitut (répond le même besoin) Bien complémentaire : Augmentation du prix d’un bien augmente la demande pour un autre (ex : essence et auto)  GOÛTS : Circonstances historiques, sociologiques et psychologiques  ANTICIPATIONS : Ex : prévoir une augmentation de salaire, tu vas te permettre d’acheter. Ou si tu prévois que le prix d’un bien va diminuer dans le futur, tu n’achèteras pas ajd.  Nombre d’acheteurs : la demande du marché= somme des demandes individuelles – plus les consommateurs sont nombreux, plus la demande est élevée pour tout prix de la demande (déplace vers la droite) OFFRE : qtté offerte= qtté que les vendeurs sont disposés à mettre en marché pour un niveau de prix donné. Qd le prix augmente, la qtté offerte aug  positivement relié loi de l’offre courbe d’offre= pente positive offre du marché= somme des offres de tous les vendeurs (somme des qttés sur la courbe) - Facteurs qui déplacent la courbe d’offre :  PRIX DES INTRANTS : EX : ingrédients, employés – coût de production (inversement lié à l’offre – prix des intrants augmente, offre diminue)  TECHNOLOGIE : facteur déterminant l’offre (ex : invention de nouv machine qui diminue le prix d’entreprise, progrès et productivité augmente offre)  ANTICIPATIONS : qtté que l’entreprise désire produire dépend de ses prévisions (ex : intrants, etc.)  NOMBRE DE VENDEURS : plus les offreurs sont nombreux plus importante sera l’offre du marché (qtté offerte pour tout niveau de prix sera plus élevé) OFFRE ET LA DEMANDE : Équilibre du marché – pt équilibre = (prix d’équilibre ; qtté équilibre) Tout le monde est satisfait (actions des acheteurs et vendeurs font naturellement évoluer les marchés vers l’équilibre de l’offre et la demande Qd le prix du marché ne correspond au prix d’équilibre il peut soit se créer un offre excédentaire -- surplus (qtté offerte excède qtté demandée) donc en réduisant les prix la qtté demandée et diminution de qtté offerte

Ou une demande excédentaire -- pénurie (qtté demandée excède qtté offerte) donc vendeurs ont tendances à augmenter le prix (provoque une diminution de qtté demandée et augmentation de qtté offerte pour ramener à l’équilibre Ds la plupart des marchés libres les surplus et les pénuries restent temporaires pcq ils retrouvent rapidement équilibre— loi de l’offre et la demande – s’ajuste de façon à maintenir une égalité entre les qttés offertes et les qttés demandées  3 étapes d’une analyse des variations de l’équilibre : statistique comparée – comparer 2 situations statistiques : ancien et nouvel équilibre 1- Déterminer si l’événement provoque un déplacement de la courbe d’offre, de demande ou les deux 2- Déterminer si le déplacement des courbes s’effectue vers la gauche ou la droite 3- Prendre recours au graphique d’offre et de demande pour observer comment se déplacement se répercute sur le prix et la qtté d’équilibre  Déplacement de soit l’offre ou la demande déplace le point d’équilibre le long de la courbe qui ne change pas – aug de la qtté offerte (ou demandée) et non aug de l’offre (ou demande) *  Offre fait référence à la position de la courbe et qtté offerte est la qtté que les détaillants se proposent à vendre à un prix donné  variation d’offre ou variation de demande= déplacement de la courbe  variation de la qtté de demande ou offre = déplacement le long de la courbe - Variation de l’offre et demande : les 2 courbes se déplacent -dans un marché libre, le prix guide Chapitre 5 : L’élasticité et ses applications -

-

-

Élasticité mesure la réaction des offreurs et des acheteurs aux modifications des conditions du marché et permet d’étudier plus précisément l’offre et la demande --- mesure l’ampleur quantitatif de la demande ou offre Élasticité- prix mesure la sensibilité de la qtté demandée aux variations du prix du bien – variable dite élastique qd la qtté demandée réagit fortement aux changements de prix (et inélastique pour le contraire) LES INFLUENCES SUR L’ÉLASTICITÉ DE LA DEMANDE :  L’existence de substituts : demande change facilement si prix change par ex  Biens essentiels par opposition aux articles de luxe : Articles de luxe plutôt élastique et bien essentiels habituellement inélastique (ex : médicaments) *c’est le goût et le mode de vie de l’Acheteur qui détermine ce qui est un bien essentiel ou pas (ex : qqun qui ne prend pas soin de ses dents mais adore la voile)  Contours du marché : si le marché est délimité et étroit il sera plus élastique (affecté par le prix pcq il est plus difficile de le remplacer)  Part du revenu consacré au produit : si une personne consacre une plus grande part de son revenu à un certain produit, la demande diminuera (ex : vêtements) mais le poivre par exemple ça ne dérange pas s’il augmente de prix – moins élastique



-

-

-

Horizon temporel : plus élastique si on l’envisage à long terme— prix pétrole ne changera pas la demande immédiatement mais à long terme les acheteurs acheterons des véhicules utilisant moins d’essence Calculer l’élasticité-prix de la demande :  % de variation de la qtté demandée / pourcentage de variation du prix Qd c’est une diminution, le % devient négatif (-)  un résultat négatif signifie une inélasticité  Méthode du point milieu : ((qtté1-qtté 2)/((qtté1+qtté2)/ 2))/(prix1-prix2)/((p1+p2)/2) % de variation de la qtté / % de variation du prix Courbe de demande et élasticité : une courbe est élastique qd l’élasticité est supérieure à 1 (qtté varie proportionnellement plus que le prix)—inverse pour inférieur à 1 Qd l’élasticité est de 1 on dit que c’est une élasticité unitaire (qtté varie proportionnellement au prix de la demande) Élasticité-prix de la demande est moins forte le plus que la courbe est verticale Élasticité-prix de la demande est plus forte le plus que la courbe est horizontale Élasticité=0  le prix ne modifie pas la demande (demande parfaitement inélastique) Tout prix inférieur à un certain montant (où se retrouve la courbe), la qtté demandée est infinie  élasticité infinie (demande parfaitement élastique) Recettes totales (somme d’argent payé et reçu de l’achat)= P x Q (prix du bien fois qtté vendue) Les recettes varient le long de la courbe dépendamment de l’élasticité-prix de la demande  Inélastique : augmentation du prix = hausse des recettes totales (diminution de Q est proportionnellement moins forte que l’augmentation de P)  Élastique : augmentation de prix = diminution des recettes totales (réduction de la qtté demandée a plus d’effet sur les recettes que la hausse du prix) baisse de Q est proportionnellement plus importante que l’augmentation de P  Règles pour se rappeler :  une courbe de demande inélastique (élasticité-prix inférieur à 1)= prix et recettes totales sont dans le même sens  une courbe de demande élastique (é-p supérieur à 1)= prix et recettes vont ds le sens opposé élasticité unitaire (é-p est égal à 1)= changement de prix a aucun effet sur recettes totales Recettes totales aident à déterminer si c’est bénéficiant pour un changement

-

-

l’élasticité sur une pente ne demeure pas la même sur chq point même si certaines courbes on la même élasticité tout le long une pente peut être constante mais ne pas avoir une élasticité constante pente mesure variation entre 2 variables alors que élasticité mesure pourcentage de variation entre 2 variables  prix faibles, qttés élevées = inélastique  prix élevés, qttés faibles = élastique Élasticité-revenu de la demande : % de variation de la qtté demandée/ % de variation du revenu

-

-

-

-

 Plupart des biens sont des biens normaux : une augmentation de revenu entraîne une augmentation de la qtté demandée (élasticité-revenu positive) (même sens)  Bien inférieurs (ex : billets de bus) : une augmentation du revenu= diminution de qtté demandée (élasticité-revenu négative) (sens contraire)  biens essentiels (ex : vêtements, aliments) généralement faible élasticité-revenu—gens achètent peu importe le revenu  Biens de luxe : tendent avoir élasticité-revenu élevé (consommateurs s’en passent si revenu trop faible pour acheter Élasticité croisée de la demande : mesurer la sensibilité de la qtté demandée d’un bien aux variations du prix d’un autre bien  % de variation de qtté demandée du bien X / % de variation du prix du bien Y  Élasticité croisée positive = biens subsituts (ex : prix hotdog et qtté de hamburger varient dans le même sens)  Élasticité croisée négative = bien complémentaires (sens contraire) (ex : augmentation du prix d’ordi diminue la qtté demandée de logiciels) INFLUENCES SUR ÉLASTICITÉ DE L’OFFRE :  Flexibilité de l’offre : dépend de la capacité des vendeurs à modifier leur offre du bien – ex : un bien râre comme un terrain sur le bord de la mer est inélastique pcq on ne peut en offrir davantage offre comme des livres est plus élastique pcq ils augmenter la production  Horizon temporel : habituellement plus élastique à long terme qu’à court terme (ex : court terme les usines ne sont pas en mesure de modifier la taille de l’usine pour plus fabriquer – réagit moins au changement de prix) long terme =réagit aux variations des prix  + élastique Calcul Élasticité-prix de l’offre : % de variation de la qtté offerte / % de variation du prix Au fur et à mesure le prix augmente, les entreprises arrivent à utiliser leur pleine capacité de production mais une fois ce point atteint, toute augmentation de la production nécessite la construction de nouvelles usines avant que les firmes fassent cela ils devront augmenter le prix (offre devient moins élastique) Recettes totales augmenteront ou diminueront selon l’élasticité de la demande/offre

Chapitre 7: Les consommateurs, les producteurs et l’efficience des marchés -

L’impact de l’allocation des ressources sur le bien-être économique des agents Avantages que les acheteurs/ vendeurs tirent en participant dans le marché et la manière que la société peut s’y prendre pour maximiser ces avantages L’équilibre de l’offre et la demande du marché maximise le bien-être que retient les acheteurs et les vendeurs Revient sur un des 10 principes d’économie : Les marchés représentent en général une bonne façon d’organiser l’activité économique LE SURPLUS DU CONSOMMATEUR :

-

-

-

-

-

-

Chacun attribue une valeur à un bien ce qui s’appelle : VOLONTÉ DE PAYER – chaque personne refuserait de payer plus haut que ce prix mais serait prêt à payer à une valeur inférieure ou égale à celui-ci Le surplus de consommateur est la somme que le consommateur est prêt à payer (-) ce qu’il débourse Surplus total des consommateurs sur le marché = somme de tous les surplus Le surplus e consommateur est lié à la courbe de demande— la qtté de demande va dépendre selon le prix strictement et la valeur que les demandeurs accorde à un bien – cela donne un graphique en escalier Lorsque le prix atteint la valeur maximale que l’acheteur est prêt à payer, il devient l’acheteur marginal (1eràquitter l’offre) La surface située au dessus du prix et au-dessous de la courbe de demande correspond au surplus du consommateur sur un marché. La hauteur de la courbe reflète la valeur accordée au bien Une baisse de prix fait augmenter le surplus de consommateur Le surplus du consommateur représente le bien-être économique dans la plupart des marchés (qd il est supposé que les acheteurs se comportent rationnellement—les consommateurs étant mieux placés la plupart du temps de juger les avantages qu’ils retirent de leur consommation) – personne voyant héroine très valeureux LE SURPLUS DU CONSOMMATEUR : Coût équivaut à sa volonté de vendre ses services – vendeur aimerait avoir un prix supérieur ou égal à son coût – contrat attribué à celle qui offre le plus bas prix Surplus de producteur somme offerteprix(-) coût de production (bénéfice que le vendeur retire du marché) Surplus du producteur lié à la courbe d’offre La surface située au-dessous du prix et au-dessus de la courbe = surplus du producteur (hauteur de la courbe d’offre =coûts des vendeuses) Diff entre prix et coût = surplus de producteur Hausse de prix fait augmenter le surplus de producteur Surplus consommateur+ producteur= surplus total  mesure le bien-être économique Un producteur plus efficient et un acheteur qui valorise plus le bien augmentera le surplus total – peut calculer l’efficience mais difficile de calculer l’équité Le prix détermine quels sortent d’acheteurs ou vendeurs participent au marché Équilibre de l’offre et la demande maximise le surplus du consommateur et du producteur – allocation efficiente des ressources—laisser-faire – main invisible guide les acheteurs et vendeurs vers une allocation des ressources maximisant le surplus total Analyse part de l’idée que les marchés sont parfaitement concurrentiels—un vendeur ou peu peut avoir contrôle sur le prix—pouvoir de marché qui réduit l’efficience (pcq pas à l’équilibre) Décisions des acheteurs et vendeurs n’affectent pas seulement eux-mêmes, mais plutôt conséquences du marché – externalités (bien-être dépend de facteurs autre que la valeur et le coût attribué)—marché peut donc être inefficient au point de vue de la société Défaillance du marché : pouvoir de marché et externalités

-

En cas de défaillance, le public peut améliorer l’efficience économique Main invisible très importante malgré ce dernier

Chapitre 10 : Les externalités -

Un des 10 principes de l’économie : le gouvernement améliore parfois les solutions de marché.  les marchés n’arrivent pas toujours à allouer les ressources de manière efficiente

TEST 2 : Chapitres 11; 13; 14; 15; 17 EXAMEN FINAL : Chapitres (3); 6; 8; 9; 11; 13; 14; 15; 17; 20 Mots clés : (Chapitre 1)                

Rareté : situation où les besoins dépassent les ressources dont on dispose pour les satisfaire. Ce concept illustre le caractère limité des ressources de la société. Économie : Étude de l’utilisation de ressources rares pour satisfaire des besoins illimités; étude de la manière dont la société alloue ses ressources rares. Efficience : Capacité de la société à tirer le maximum de ses ressources rares. Équité : Capacité de répartir de façon juste la richesse entre l’ensemble des agents. Cout de renonciation : ce à quoi il faut renoncer pour obtenir qqch. Meilleure possibilité ée é càonà aéeà eeeeeéi éàéne i f un choix. Gens rationnels : personnes qui tentent délibérément et systématiquement d’atteindre les objectifs qu’elles se fixent, en tenant compte des contraintes auxquelles elles font faces. Changements marginaux : Petits ajustements apportés à un plan d’action. Incitatif : ce qui conduit une personne à agir. Économie de marché: économie dans laquelle l’allocation repose sur les décisions décentralisées des ménages et des firmes interagissant sur le marché. Droits de propriété : la possibilité pour un propriétaire d’utiliser ses actifs comme il l’entend, c’est-à-dire de les exploiter et d’en disposer par la vente. Défaillance du marché : situations dans lesquelles le marché, livré à lui-même, ne parvient pas à allouer les ressources de manière efficiente. Externalité : Effet du comportement d’un agent sur le bien-être d’un tiers. Pouvoir du marché : capacité d’un agent économique (ou d’un petit groupe d’agents) à avoir une influence importante sur les prix du marché. Productivité : qtté de biens et services produits par le travailleur ou par heure travaillée. Inflation : Augmentation générale du niveau de prix. Cycle économique : fluctuations de l’activité économique.

     

    

(Chapitre 2) Diagrammes de flux circulaires : modèle qui fait état des transactions économiques entre les ménages et les entreprises dans un circuit simplifié. Courbe des possibilités de production (CPP) : courbe qui indique les combinaisons de biens et services qu’il n’est possible de produire avec les ressources et la technologie disponibles. Microéconomie: Étude de la prise de décisions des ménages et des entreprises ainsi que de leurs interactions sur les marchés. Macroéconomie : étude des phénomènes économiques globaux, notamment l’inflation, le chômage et la croissance économique. Énoncé positif : proposition par laquelle on essaie de décrire l’état du monde. Énoncé normatif : proposition par laquelle on essaie de déterminer ce que devrait être le monde. (Chapitre 3) Avantage absolu : Avantage que détient un producteur sur un autre lorsque, avec la même qtté de facteurs de production, il peut produire plus de biens. Cout de renonciation : ce à quoi il faut renoncer pour obtenir qqch. Meilleur possibilitéà laquelle on a renoncé en faisant un choix. Avantage comparatif : Avantage que détient un producteur dans la production d’un bien ou d’un service lorsqu’il peut produire ce bien à un co t de renonciation moindre. Importations : biens et services produits à l’étranger et achetés dans le pays. Exportations : biens et services dans le pays et vendus à l’étranger.

(Chapitre 4)          

Marché : Interactions volontaires des acheteurs et des vendeurs d’un bien ou d’un service particuliers. Marché concurrentiel : Marché sur lequel les acheteurs et les vendeurs sont trop nombreux pour que l’un d’entre eux puisse influencer le prix du marché. Quantité demandée : Qtté d’un bien que les acheteurs désirent acheter à un prix donné. Loi de la demande : Toutes choses égales par ailleurs, la qtté demandée d’un bien diminue qd le prix du bien augmente. Barème de demande : Tableau indiquant la relation entre le prix d’un bien et la qtté demandée. Courbe de la demande : Courbe qui montre la relation entre le prix d’un bien et la qtté demandée. Bien normal : Bein pour lequel, toutes choses étant égales par ailleurs, la demande diminue qd le revenu des acheteurs augmente. Bien substituts : biens pour lesquelles une augmentation du prix de l’un conduit à une augmentation de l’autre Biens complémentaires : biens pour lesquels une augmentation du prix de l’un conduit à une diminution de l’autre Quantité offerte : qtté d’un bien que les vendeurs désirent vendre à un prix donné

         

Loi de l’offre : toutes choses étant égales par ailleurs, la qtté offerte d’un bien augmente qd le prix du bien augmente Barème d’offre : tableau indiquant la relation entre le prix d’un bien et la qtté offerte Courbe d’offre : courbe qui montre la relation entre le prix d’un bien et la qtté offerte Ceteris paribus : locution latine signifiant toutes choses étant égales par ailleurs (toutes variables étant tenues constantes) Équilibre de marché : situation dans laquelle la qtté offerte est égale à la qtté demandée Prix d’équilibre : prix qui assure l’égalité de la qtté offerte et de la qtté demandée Qtté d’équilibre : qtté offerte et qtté demandée au prix d’équilibre Surplus : situation où la qtté offerte est supérieure à la qtté demandée Pénurie : situation où la qtté demandée est supérieure à la qtté offerte Loi de l’offre et de la demande : Affirmation selon laquelle le prix d’un bien s’ajuste de façon à maintenir une égalité entre les qttés offertes et les qttés demandées.

(Chapitre 5)

 

 





Élasticité : mesure de la sensibilité de la qtté demandée ou de la qtté offerte à une variation de l’un de ses déterminants Élasticité-prix de la demande : mesure de la sensibilité de la qtté demandée d’un bien aux variations du prix de ce bien; c’est le pourcentage de variation de la qtté demandée divisé par le pourcentage de variation du prix Recettes totales : la somme déboursée par les acheteurs et reçue par les vendeurs d’un bien, qui est égale à la multiplication du prix par la quantité vendue Élasticité-revenu de la demande : mesure de la sensibilité de la qtté demandée aux variations du revenu des acheteurs : c’est le pourcentage de variation de la qtté demandée divisée par le pourcentage de variation du revenu Élasticité croisée de la demandé : Mesure de la sensibilité de la qtté demandée d’un bien aux variations du prix d’un autre bien, substitut complément; c’est le pourcentage de variation de la qtté demandée d’un bien divisé par le pourcentage de variation du prix d’un autre bien. Élasticité-prix de l’offre : Mesure de la sensibilité de la qtté offerte d’un bien aux variations du prix de ce bien; c’est le pourcentage de variation de la qtté offerte divisé par le pourcentage de variation du prix

(Chapitre 7)   

Économie du bien-être : Étude de l’impact de l’allocation des ressources sur le bien-être économique Volonté de payer : Le prix maximal qu’un consommateur est disposé à payer pour acheter un bien Surplus du consommateur : somme que le consommateur est prêt à payer moins la somme réellement déboursée

   

Coût : Valeur de l’ensemble des coûts de renonciation associés à la production Surplus du producteur : Différence entre la somme reçue par un offreur et les coûts engagés Efficience : propriété d’une allocation des ressources qui maximise les surplus total de l’ensemble des membres d’une société Équité : propriété d’une allocation des ressources qui répartit d’une façon juste le bien-être entre les membres d’une société

(Chapitre 10)    



Externalité : effet du comportement d’un agent sur le bien-être d’un tiers Internaliser une externalité : changer les incitatifs de sorte que les agents tiennent compte des effets externes de leurs actions. Taxes pigouviennes : taxes mises en place afin de corriger les effets des externalités négatives Théorème de Coase : Proposition selon laquelle, si les parties peuvent négocier sans coût l’allocation des ressources, elles sont alors en mesure de régler elles-mêmes le problème des externalités Coûts de transaction : coûts liés au processus de négociation d’une entente et à la mise en application de cette entente