ESSAI sur les familles CAMBORNAC et CAMBOURNAC

9 nov. 2013 - il a publié divers ouvrages et opuscules techniques. (1911) .... l'office de grand maître étant rattaché à la couronne en 1551, et perd tous.
808KB taille 75 téléchargements 695 vues
Affaires militaires … Jean Joseph CAMBOURNAC (16/09/1875 – 19/07/1925) A la mobilisation générale du 02/08/1914, est "maintenu exempté pour rachitisme".

Emile Eugène CAMBOURNAC (03/11/1872 – 07/02/1957) a servi sur le "Shamrock" (1891), puis au "Tonkin en guerre" (1893) et sur le "Comorin" (1893). "Shamrock" construit en 1876. navire-hôpital mouillé à Majunga lors de l'expédition de Madagascar.

"Comorin" paquebot mixte construit à La Seyne en 1882, 172 passagers et 1000 hommes de troupes, appartenait à la Compagnie Nationale de Navigation "créée en 1879 par Marc FRAISSINET dans le but d'établir une liaison régulière avec les Indes, l'Insulinde et l'Indochine". Afin de faire face aux besoins des armées lors de la conquête puis de la pacification de l’Annam et du Tonkin, la Marine est contrainte d’affréter des navires appartenant à des compagnies privées. Ainsi, de 1886 à 1895, à côté des bâtiments de l’Etat comme le Vinh-Long, l’Annamite, le Bien-Hoa et le Mytho, sont affrétés le Chandernagor, le Comorin et ses sisterships le Canton, le Colombo et le Cachar, pour effectuer les navettes entre l’Extrême-Orient et la France". Ce soldat aveyronnais, après la Ière Guerre Mondiale, est autorisé à porter "la médaille de la Victoire" et "le ruban distinctif des fatigués de guerre" décerné par le Gouvernement italien !

9 novembre 2013

Page 1 sur 88

En 1911, Louis-Eugène CAMBOURNAC (21/03/1886 – 11/03/1973) est nommé lieutenant au 5ème Régiment du Génie où il servira pendant la Ière Guerre mondiale.

Ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur des chemins de fer du Nord puis à la SNCF, il a publié divers ouvrages et opuscules techniques. (1911) Pendant la 1ère Guerre mondiale, le 81ème Régiment d'infanterie installé à Montpellier a été très sollicité. Parmi les cités : Marius CAMBOURNAC (07/10/1897-25/02/1957).

En 1916, nomination dans le Service de Santé de l'Armée territoriale de Léon Henri CAMBORNAC (08/08/1881 – 12/10/1957) (voir Essai page 49)

puis au JO du 03/12/1939, sa promotion comme capitaine de réserve honoraire dans le Service de Santé

9 novembre 2013

Page 2 sur 88

Citation à l'ordre de la division du 23/01/1919 d'Alfred Marius CAMBOURNAC (23/11/189416/04/1974)

et décision de la commission de réforme concernant Victor François CAMBOURNAC (11/09/1894-24/06/1952)

9 novembre 2013

Page 3 sur 88

Liste des prisonniers de guerre de la 1ère Guerre mondiale établie le 25/02/1916 par le maire de la commune de Cantoin (Aveyron), Joseph CAMBOURNAC

Prisonniers de guerre français de la 2nde Guerre mondiale inscrits sur les listes officielles

Simon Frédéric CAMBOURNAC (28/08/1905-1983)

Marcel CAMBOURNAC (05/08/1913-03/01/1995)

Léon CAMBOURNAC (02/03/1907-20/02/1974)

Georges CAMBOURNAC (03/08/1907-12/07/1975)

Henri CAMBOURNAC (17/07/1917-2001)

9 novembre 2013

Page 4 sur 88

On parle de la famille de Urbain Clément CAMBOURNAC du Cayrol dans le journal Articles du 26/07/1925,

et du 01/11/1928,

et dans le Livre d’Or de l’Aveyron : Clément-Laurent CAMBOURNAC (08/05/1892 – 21/12/1916)

et Léon CAMBOURNAC (26/01/1886 – 31/03/1915)

Livret d'incorporation de Henri CAMBOURNAC (27/03/1852 – 23/07/1887) de Graulhet "dispensé une deuxième année pour défaut de taille !"

Livret d’incorporation de son frère Emile François CAMBOURNAC (22/04/1854 – 02/01/1930) après avoir été dispensé pour "frère au service", est maintenu "dispensé une deuxième année pour défaut de taille !" Une affaire de famille … 9 novembre 2013

Page 5 sur 88

Page 70, lire : Ordre National de la Légion d'Honneur (Napoléon 1er, 19 mai 1802) - 1 grand-officier, 7 officiers, 9 chevaliers Jean CAMBOURNAC (1913 – 2000) était Officier Henriette (1912-1989) et Elisabeth CAMBOURNAC (1915-2004) ont aussi eu des enfants et petit-enfant titulaires de cette décoration Louis Eugène CAMBOURNAC (1886-1973)

Henriette CAMBOURNAC (1912-1989) x Jacques BOUSSER

Marie Germaine BOUSSER – VAN EFFENTERRE (1943)

Jean CAMBOURNAC (1913-2000)

Elisabeth CAMBOURNAC (1915-2004) x Jean GERONDEAU

Christian GERONDEAU (1938)

Jean-Louis GERONDEAU (1943-2009)

Roger CAMBOURNAC (1922-2008)

Arnaud CAMBOURNAC (1950)

Bernard CAMBOURNAC (1924-1998)

Hugues CAMBOURNAC (1951)

Thierry CAMBOURNAC (1953)

Guillaume GERONDEAU (1961)

Médaille Militaire (Louis-Napoléon Bonaparte, Décret du 22 janvier 1852) L'une des décorations les plus prestigieuses, mais aussi des plus originales puisqu'elle récompense à la fois les soldats, gradés et sous-officiers, aspirants et, à titre exceptionnel, les généraux ayant commandé en chef devant l'ennemi. La médaille militaire a été, depuis sa création, la récompense d'innombrables sacrifices et, des campagnes du Second Empire à nos jours, elle a réuni, sous sa devise : «Valeur et Discipline», les soldats les plus anonymes aux héros les plus populaires. Cette décoration ne comporte pas de grade. Simon Paul CAMBOURNAC (30/05/1848 – 07/02/1888) de Narbonne. Urbain Clément CAMBOURNAC (22/01/1885 – 20/01/1970) du Cayrol, Chanoine, Officier de la Légion d’Honneur et Croix de guerre 1914-1918. Léon Paul CAMBOURNAC (23/07/1885 – 19/10/1942) de Couffouleux, cité à l’ordre de l’armée, s'est vu attribué la Médaille Militaire le 30/03/1935, "Bon et brave soldat, s'est toujours bien comporté au cours des combats auxquels il a pris part, a été grièvement blessé le 02/11/1914 à Wyschaëte (Belgique), au moment de l'attaque de sa compagnie." Hyppolyte Gaston CAMBOURNAC (05/04/1891 – 23/04/1976) de Graulhet, cheminot à la SNCF. Jacques Edmond CAMBOURNAC (17/05/1927 – 03/06/207), adjudant-chef, cité à l’ordre de la brigade, campagnes d’Allemagne, de Corée, d’Indochine et d’Algérie, Croix de guerre des TOE avec étoile de bronze.

9 novembre 2013

Page 6 sur 88

Ordre National du Mérite (Général de Gaulle, 3 décembre 1963) - 1 grand officier, 1 commandeur, 2 officiers, 2 chevaliers Michel CAMBOURNAC (1930 – 2008) était Chevalier Elisabeth CAMBOURNAC (1915-2004) a aussi eu deux enfants titulaires de cette décoration. Philippe CAMBOURNAC

Philippe CAMBOURNAC (1891-1971)

Louis Eugène CAMBOURNAC (1886-1973) Elisabeth CAMBOURNAC (1915-2004) x Jean GERONDEAU

Christian GERONDEAU (1938)

Jean-Louis GERONDEAU (1943-2009)

Roger CAMBOURNAC (1922-2008)

Arnaud CAMBOURNAC (1950)

Bernard CAMBOURNAC (1924-1998)

Thierry CAMBOURNAC (1953)

Yves CAMBOURNAC

Michel CAMBOURNAC (1930-2008)

Dominique CAMBOURNAC (1959)

Croix de Juillet (Louis-Philippe 1er – Ordonnance du 30 Avril 1831) Louis-Philippe Ier, pour remercier ceux qui l'avaient aidé à renverser Charles X et à établir une monarchie constitutionnelle, la Monarchie de Juillet, avait envisagé de créer une décoration honorifique. La loi du 13 décembre 1830, prévoyait une "décoration spéciale" qui fut créée par une ordonnance du 30 avril 1831, sous le nom de Croix de Juillet. Selon l'ordonnance, elle était destinée à "perpétuer le souvenir des 3 journées glorieuses de la révolution de 1830". Les citoyens décorés de la Croix de Juillet, devaient prêter serment de fidélité au roi des Français et d’obéissance à la Charte constitutionnelle et aux lois du Royaume. Les honneurs militaires étaient rendus aux titulaires de la Croix de Juillet comme à ceux de la Légion d'honneur. Une commission des récompenses nationales, présidée par le Général FABVIER, décernera 1.789 croix, dont plus de 300 à des militaires, dont :

9 novembre 2013

Page 7 sur 88

L’ordre du "Ouissam El Alaouite" est un ordre honorifique créé le 11/01/1913, alors sous le nom d'ordre du Ouissam alaouite chérifien, peu après l'instauration du protectorat français et sous le règne de Moulay Youssef. Comme l’ordre du Trône du Maroc, l’ordre du Ouissam El Alaouite est considéré comme l’équivalent de l’ordre national de la Légion d’honneur en France. Pour mémoire, le maréchal Lyautey ne portait sur son grand uniforme que les décorations de la Légion d’honneur et du Ouissam dit alors «alaouite chérifien». Henri CAMBOURNAC "Mort pour la France" (26/05/1880 Lisle-sur-Tarn – 08/06/1916) fils de Pierre et Rosalie MARTY Lieutenant au Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc, tué à l'ennemi sous les murs du Fort de Vaux. Croix de Guerre 1914-1918 avec palme et étoile de bronze, 2 citations à l'ordre de l'Armée. Médaille de Ste Hélène (Napoléon III, Décret du 12 août 1857) Pour honorer les 405.000 soldats encore vivants en 1857, ayant combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de 1792-1815. Il convient de rajouter Jean VENE (1794–1687) époux de Jeanne Marie CAMBOURNAC (08/03/1797 – ème 13/06/1870)(page 57 Essai), appartenant aux 23 et 83ème Régiments d'Infanterie de Ligne. Il y avait tellement de soldats, susceptibles de se voir attribuer cette décoration, qu'un avis avait été placardé invitant les anciens militaires à se faire connaître auprès de leur Maire.

9 novembre 2013

Page 8 sur 88

Bronze Star Medal La Bronze Star Medal (Médaille avec étoile de bronze) est une décoration de l'armée des États-Unis. Elle est la quatrième plus haute distinction pour bravoure, héroïsme et mérite. La médaille est attribuée à toute personne qui, participant à des combats dans ou avec l'armée des États-Unis depuis le 7 décembre 1941 (attaque de Pearl Harbor), s'est distinguée par des actions héroïques. Pour recevoir la Bronze Star, un militaire doit être exposé au feu ennemi et être dans une situation dangereuse durant l'exécution de son action. Depuis le 30 octobre 2000, la médaille ne peut plus être attribuée aux civils. Roger CAMBOURNAC (07/02/1922 – 26/04/2008) Officier de la Légion d'Honneur, Commandeur de l'Ordre National du Mérite, Croix de Guerre 1939-1945, Médaille des Evadés. Médaille de la Victoire (Loi du 20 juillet 1922) Sont concernés par cette décoration tous les militaires ayant servi trois mois – consécutifs ou non – entre le 2 août 1914 et le 11 novembre 1918 dans la zone des armées. La Loi précise que : " Le droit de la médaille est également acquis aux militaires qui ont été tués à l’ennemi ou qui sont morts des suites de blessure de guerre (....) et à ceux qui sont morts de maladies ou blessures contractées en service. Cette décoration est due au Maréchal Foch qui avait proposé la création d’une médaille commémorative commune à toutes les Nations belligérantes alliées. Gravée librement par chaque nation, cette décoration devait toutefois représenter à l’avers une victoire ailée et sur le revers l’inscription traduite dans la langue du pays « La Grande Guerre pour la Civilisation ». Adrien Jean CAMBOURNAC (20/09/1881 – 06/11/1960) Croix de Guerre 1914-1918. Cité en 1917 à l'ordre du Régiment. L'ordre de Aviz L’ordre d’Aviz (ordem de Avis), ou ordre de Saint-Benoît d’Aviz (Ordem de São Bento de Avis), est un ordre religieux militaire portugais fondé au XIIe siècle. L’ordre se transforme en un ordre honorifique de la couronne portugaise, l’office de grand maître étant rattaché à la couronne en 1551, et perd tous ses caractères religieux. Il est dissout en 1834 puis restauré en 1894 sous le gouvernement d’Ernesto Hintze Ribeiro, comme ordre purement honorifique. De nouveau dissout en 1910 par le Gouvernement Provisoire de la République de Teófilo Braga, il est de nouveau restauré par Sidonio Pais en 1918 pour récompenser les militaires ayant combattu l’Allemagne dans les Flandres, en Angola et au Mozambique pendant la Première Guerre mondiale. L’ordre militaire d’Aviz est actuellement purement honorifique, destiné à décorer les militaires se distinguant individuellement ou collectivement. Salvador DE OLIVEIRA PINTO DA FRANCA (1890 – 1967) commandeur de l'ordre de Aviz, Médaille militaire portugaise en Or pour comportement exemplaire, colonel d'artillerie est un fils de Maria Madalena CAMBOURNAC PODESTA, petite-fille de Pierre Roch Eustache CAMBOURNAC, origine de la descendance portugaise de la famille.

9 novembre 2013

Page 9 sur 88