grand paris sud

13 sept. 2016 - aux énergies renouvelables, à près de 80% à terme. Le chauffage .... Les bâtiments seront reliés au réseau à compter de la 2e tranche de la Zac avec ... Grand Paris Sud, un territoire à énergie positive réaffirmé par le Contrat ...
1MB taille 15 téléchargements 1117 vues
13 septembre 2016

DOSSIER DE PRESSE

GRAND PARIS SUD met son chauffage au vert

Grand Paris Sud, le 13 septembre 2016

Grand Paris Sud met son chauffage au vert La communauté d’agglomération Grand Paris Sud a voté lors du conseil communautaire du 13 septembre 2016 une nouvelle délégation de service public pour la gestion du chauffage urbain sur les communes de Courcouronnes, Evry, Ris-Orangis Lisses et Bondoufle, à compter du 1er janvier 2017. Cette DSP, attribuée à Dalkia, prévoit le passage aux énergies renouvelables, à près de 80% à terme. Le chauffage urbain de l’ex territoire du Centre Essonne change d’ère ; en effet, le 2e réseau de chaleur de l’Ile-de-France (70 000 usagers – 90 000 à terme), présent actuellement sur deux communes (Evry, Courcouronnes), représentant près de 70 000 habitants (90 000 à terme), passera dès 2019 aux énergies renouvelables. Un + écologique : le raccordement au centre de traitement des déchets de Vert-le-Grand, producteur de chaleur à partir des déchets, et l’utilisation de la géothermie, permettront de passer de 0% en 2016 (100 % gaz actuellement) à 60% en 2019 et près de 80% à termes d’énergies renouvelables et récupérables dans le mix énergétique. Un + économique avec la maîtrise publique des prix (et la moindre répercussion du prix du gaz sur la facture usager) et une baisse des prix pour l’usager dès 2017 avec plus de 200 euros d’économie par foyer moyen. Pour Francis Chouat, « c’est une décision historique qui est prise ce soir ; elle est issue d’un long travail et d’une volonté politique forte. Nous devons changer de siècle et de paradigme, par les actes. Et la question énergétique est l’une des plus importantes que nos sociétés modernes ont à affronter. Le réchauffement climatique et la limitation des énergies fossiles nous imposent comme ardente obligation de créer les conditions d’une transition énergétique maîtrisée. Lorsque la volonté politique est là, nous pouvons faire œuvre utile et montrer que nous avons tous à y gagner : usagers, collectivités, et surtout notre environnement. Et nous prouvons que nos territoires périurbains, nos quartiers peuvent aussi développer ce qui se fait de mieux. Mais cette décision est une étape. Nous devons essaimer, aller plus loin encore pour tendre vers le 0% d’énergie fossile utilisée. Un grand territoire, des agglomérations fortes doivent aussi servir à cela et créer les conditions de la maîtrise de l’énergie et de l’exemplarité écologique. Je m’y emploierai personnellement et en lien avec les élus de Grand Paris Sud. C’est un modèle de développement qui est en jeu. Rien que cela ».

CONTACTS PRESSE Céline Hallier – 06 14 93 08 30 [email protected] Jeanne Rebuffat – 06 72 36 12 56 [email protected] Agglomération Grand Paris Sud 500 place des Champs-Élysées - BP 62 Courcouronnes 91054 Évry Cedex

Le territoire de Grand Paris Sud n’en est pas à sa première. En effet avec les puits de géothermie à Ris-Orangis (Docks et Plateau) et à Grigny 2 ainsi que la Grande borne à Grigny (où les travaux ont commencé le 6 septembre dernier), avec la biomasse qui sera utilisée dans le nouveau quartier Grand Parc de Bondoufle, ce territoire à énergie nouvelle montre toute son ambition pour les usagers et habitants actuels, mais aussi pour l’avenir de notre pays.

Grand Paris Sud, le 13 septembre 2016

Grand Paris Sud met son chauffage au vert La communauté d’agglomération Grand Paris Sud a voté lors du conseil communautaire du 13 septembre 2016 une nouvelle délégation de service public pour la gestion du chauffage urbain sur les communes de Courcouronnes, Evry, Ris-Orangis, Lisses et Bondoufle à compter du 1er janvier 2017. Cette DSP prévoit le passage aux énergies renouvelables, à près de 80 à terme.

Maîtrise de l’énergie et baisse de la facture des usagers • Le Schéma directeur de chauffage urbain adopté, le 29 juin 2015, identifie les potentiels de développement du réseau de chaleur actuel (densification et extension sur de nouveaux quartiers d’habitation) et les sources d’énergies renouvelables potentielles. La délégation de service public en cours perdurait jusqu’au 31 décembre2017. Elle a été résiliée par anticipation pour intégrer des énergies renouvelables et maîtriser la facture des usagers. • L’un des objectifs d’alimenter le réseau avec un minimum de 60% d’énergies renouvelables (et à moyen terme 80%) est de pouvoir bénéficier d’une TVA réduite. Sur la facture de l’usager, la ligne R1 liée à la consommation énergétique subit une TVA de 20%, alors que la ligne R2 sur l’abonnement est taxée à 5,5%. Avec plus de 50% d’énergies renouvelables, la TVA réduite s’applique sur l’intégralité de la facture. • Le passage aux énergies renouvelables permet également de se déconnecter du cours des énergies fossiles ce qui permet d’anticiper une éventuelle hausse des tarifs du gaz. • La négociation d’une nouvelle délégation de service public est l’occasion de renégocier les prix à la baisse, dans un souci de maîtrise de la facture des usagers.

Les sources d’énergie renouvelable qui vont alimenter le chauffage urbain • Le raccordement au centre de traitement des déchets de Vert le Grand qui réceptionne les déchets, sera la principale source de chaleur du réseau, considérée comme énergie de récupération. Le principe est de récupérer la chaleur générée par des processus CONTACTS PRESSE Céline Hallier - 06 14 93 08 30 [email protected] Jeanne Rebuffat - 06 72 36 12 56 [email protected] Agglomération Grand Paris Sud 500 place des Champs-Élysées - BP 62 Courcouronnes 91054 Évry Cedex

produisant déjà de la chaleur (incinération des déchets, salles informatiques type data center, ou réseaux d'eaux usées). •La géothermie profonde, sur la nappe du Dogger, entre 1500 et 2000 m de profondeur, présente un fort potentiel en Ile-de-France. Cette technologie sera utilisée dans le cadre de cette DSP de façon complémentaire.

Un impact environnemental • L’agglomération Grand Paris Sud est très impliquée dans l’amélioration de ce service de chauffage, 2e plus gros réseau de chaleur de la région parisienne. Déployé à l’origine sur Evry et Courcouronnes, il sera renforcé sur ces deux villes et le sud de la commune de RisOrangis avec l’opération du Grand stade de rugby qui y sera intégré, ainsi qu’une partie de Lisses. •L’agglomération a délibéré pour classer le réseau de chaleur : dès le passage aux énergies renouvelables, les nouveaux bâtiments et les bâtiments faisant l’objet d’une lourde réhabilitation devront s’y raccorder. • Le réseau actuel fonctionne avec de l’eau surchauffée, ce qui implique de fortes pertes thermiques et contraintes réglementaires. L’objectif est aussi que le réseau soit compatible avec le recours aux énergies renouvelables, notamment en termes de régime de température.

Francis Chouat, Président de la Communauté d’agglomération Grand Paris Sud : « GPS peut et veut faire de l’excellence environnementale et énergétique un marqueur de notre territoire. A travers le vote du Conseil communautaire, nous allons réduire la consommation de gaz à effet de serre avec près de 80% d’énergie utilisable sur les 250 000 GWh utilisés. Ce sont ainsi près de 70 000 usagers impactés, 90 000 à terme, sur le 2e plus grand réseau de chaleur de l’Ile-de-France. C’est un pari gagnant écologiquement mais aussi économiquement car en moyenne, les foyers verront leur facture diminuer de plus de 200 euros par an. Cette délégation de service public est le fruit de longues années de travail et de détermination. Indéniablement, nous avons tous à y gagner. Elle est une étape pour tendre vers le 0% d’énergie fossile. Grand Paris Sud a vocation ainsi à semer, innover, amplifier ce mouvement et être exemplaire. Nous prendrons toute notre responsabilité. »

Philippe Rio, vice-président au développement durable et à la transition énergétique : "L'ambition de notre agglomération est de devenir un territoire propre débarrassé des énergies carbonées. Grand Paris Sud promeut un modèle vertueux à partir des ressources renouvelables et récupérables du territoire. Cette délibération n'est qu'une étape, nous pouvons pousser sa logique plus loin. Ainsi, Grand Paris Sud ratifie à sa manière les accords de Paris liés à la COP 21, son développement passera par une écologie au service des habitants, avec, ici, un coût de chaleur maîtrisé." CONTACTS PRESSE Céline Hallier - 06 14 93 08 30 [email protected] Jeanne Rebuffat - 06 72 36 12 56 [email protected] Agglomération Grand Paris Sud 500 place des Champs-Élysées - BP 62 Courcouronnes 91054 Évry Cedex

Plusieurs projets innovants et exemplaires • L’opération du Grand stade de rugby fera partie du périmètre raccordé au réseau de chaleur. Ce stade sera ainsi le 1er stade au monde de cette taille alimenté en énergies renouvelables. • D’autres projets énergétiques se déploient sur Grand Paris Sud :  La chaufferie biomasse au Grand Parc de Bondoufle alimentera les différentes tranches de logements. Le réseau sera développé au fur et à mesure de la construction du quartier. Les bâtiments seront reliés au réseau à compter de la 2e tranche de la Zac avec une mise en service des ouvrages à partir du 1er avril 2017. Le régime de température très bas permet de mettre en place des technologies de récupération de chaleur innovantes, notamment sur les fumées de la chaufferie biomasse. A termes, il y aura 80% d’énergies renouvelables sur ce réseau, avec des émissions de CO2 très faibles.  L’éco quartier des Docks de Ris, des installations en géothermie superficielle, à 90 m de profondeur, sur la nappe de l’Yprésien, sont en cours de mise en route.  Sur le Plateau de Ris-Orangis, le patrimoine d’Essonne habitat dispose d’un réseau privé alimenté par une géothermie profonde sur le Dogger.  A Grigny 2 et la Grande Borne à Grigny, se développe un projet de puits sur le Dogger dont les travaux ont débuté le 6 septembre dernier.

Grand Paris Sud, un territoire à énergie positive réaffirmé par le Contrat d'Intérêt National • Une politique globale énergie climat se met en place à l’échelle de Grand Paris sud, dans la continuité de ce qui existait dans les anciennes intercommunalités. Ainsi, dans le Contrat d’intérêt national, signé par le Premier ministre le 24 juin 2016, l’engagement environnemental de Grand Paris Sud est confirmé par la nécessité de « développer les énergies renouvelables et récupérables par un mix-énergétique vertueux » et « faire de la transition écologique et énergétique un marqueur fort du territoire et aller vers un territoire à énergie positive ».

Grand Paris Sud, lauréat de l’appel à projets du ministère de l’Ecologie • Le label Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV), dont était lauréat Evry Centre Essonne et signalés comme territoire en devenir les agglomérations de Sénart et des Lacs de l’Essonne, permettra de bénéficier de deux millions d'euros de subventions du ministère de l'Écologie.

CONTACTS PRESSE Céline Hallier - 06 14 93 08 30 [email protected] Jeanne Rebuffat - 06 72 36 12 56 [email protected] Agglomération Grand Paris Sud 500 place des Champs-Élysées - BP 62 Courcouronnes 91054 Évry Cedex

Ces crédits serviront à plusieurs opérations :  la rénovation énergétique des copropriétés dans le cadre du plan énergie patrimoine lancé fin 2015 (les chantiers sont en cours),  l'amélioration de la performance énergétique de la piscine de l'Agora (isolation du bâtiment, récupération de chaleur des eaux usées, pose de panneaux solaires pour l'eau chaude sanitaire - chantier à venir)  le développement de l'agriculture de proximité à Ris-Orangis (les études sont lancées).  l’amélioration de la performance énergétique de l'éclairage public, dans les parcs d'activités économiques du Moulin à Vent (Cesson), de l'Ormeau (Combs-laVille), du Levant (Lieusaint), du Château d'eau (Moissy-Cramayel) et Jean-Monnet (Vert-Saint-Denis). Le conseil du 13 septembre a pris une délibération en ce sens.