Le 10 janvier 2008

10 janv. 2008 - Nous sommes également heureux de constater que la vocation des parcs nationaux du Québec demeure de rendre accessible à la population ...
53KB taille 3 téléchargements 187 vues
Le 10 janvier 2008 Monsieur Serge Alain Directeur du service des parcs Direction du patrimoine écologique et des parcs Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs Édifice Marie-Guyart, 4e étage 675, boulevard René-Lévesque Est Québec (Québec) G1R 5V7 Objet : Appui au projet d’agrandissement du Parc national de Pointe-Taillon Monsieur, Par la présente, nous manifestons l’appui de Nature Québec au projet d’agrandissement du Parc national de Pointe-Taillon. Nous souhaitons souligner les efforts déployés afin d’agrandir et d’améliorer le réseau des parcs du Québec, surtout dans un contexte de milieu habité, comme c’est le cas pour la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Malgré tout, nous sommes forcés de constater que le projet d’agrandissement du parc est très restreint (3 km2), ce qui nous amène à nous questionner sur la capacité de ce parc « éclaté » à atteindre à long terme ses objectifs de conservation. Cependant, l’agrandissement reste non négligeable à l’échelle du « petit » Parc national de Pointe-Taillon, d’autant plus qu’il permettra de protéger des sites à valeur patrimoniale et une multitide d’espèces menacées et vulnérables. Les îles incluses dans le Parc, déjà très fréquentées, profiteront largement du statut de parc qui devrait conduire a une baisse sensible des pressions anthropiques qu’elles subissent. À cet effet, nous sommes d’avis que la mise en valeur de ces îles, par la SÉPAQ, devra en premier lieu, et avant le critère de rentabilité économique, respecter la capacité de support de ces milieux fragiles. Nous sommes également heureux de constater que la vocation des parcs nationaux du Québec demeure de rendre accessible à la population du Québec, via des terrains publics, des espaces naturels remarquables. Dans le cas présent, et dans un contexte de privatisation importante des rives du Lac Saint-Jean, augmenter l’accès public au lac à la population revêt un intérêt collectif certain. À moins d’un an de l’échéance de la Stratégie québecoise sur les aires protégées, Nature Québec espère voir au plus vite les énergie investies à l’établissement de nouveaux projets d’aires protégées, dont les parcs à l’étude, comme celui du projet de Parc patrimonial cri d’Assinica.

Mélanie Desrochers Responsable de la commission Aires protégées Nature Québec