Les dossiers Pays Campus France : Colombie

27 août 2015 - QS World University Ranking. 2014-2015 .... Sciences et technologies, Arts, Sciences ..... d'aides comme celles octroyées par l'Académie.
2MB taille 9 téléchargements 353 vues
n°n° 2027

Colombie

Les

CAMPUS FRANCE

D ssiers Août 2015

VENEZUELA

PANAMA

Bogota

COLOMBIE

BRÉSIL

ÉQUATEUR

PÉROU

Avant-propos

2

largement du numérique, l’élaboration de nouveaux référentiels d’évaluation, l’apparition de structures de valorisation de la recherche, les relations avec le monde économique, en constituent les exemples les plus visibles. Pour les acteurs français et colombiens de l’enseignement supérieur et de la recherche, l’objectif est de favoriser l’émergence de systèmes de formation et de recherche qui soient moteurs d’une dynamique de la compétitivité par l’innovation. Jean-Marc Laforêt Ambassadeur de France en Colombie La coopération universitaire et scientifique est l’un des piliers de la relation bilatérale. À l’occasion de la visite officielle en France du Président Santos, le 26 janvier 2015, et de la visite officielle du Premier ministre français en Colombie les 24-26 juin 2015, les dirigeants de nos deux pays ont marqué leur intérêt pour poursuivre son renforcement dans de multiples directions, en lien avec le secteur privé dans les domaines de la formation professionnelle et de l’innovation. Engagés dans des réformes qui se succèdent à des rythmes soutenus, les systèmes universitaires et scientifiques français et colombiens sont soumis à de nouveaux enjeux et défis. Ouverture et compétition internationale, nouvelles formes d’accès aux savoirs, évaluation de la recherche comme des formations, valorisation de la recherche… autant de champs nouveaux qui s’ajoutent aux activités traditionnelles d’enseignement et de recherche des universités. Désormais, les responsables en charge de ces institutions, comme les autorités de tutelle, défrichent des modes de gouvernance et des registres d’action marqués par des innovations constantes. Le lancement des MOOCs1 et plus

C’est dans ce contexte que se déploie une coopération universitaire et scientifique entre nos deux pays qui connait une forte progression. Si la tradition d’échanges d’étudiants et de professeurs est ancienne, l’accord de reconnaissance mutuelle des diplômes de 2010, 1er accord de ce type en Amérique latine, a permis d’impulser une nouvelle dynamique. Elle se traduit par une augmentation sensible des flux d’étudiants colombiens dans les établissements universitaires français. Avec près de 3 500 étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur en France en 2013/2014 (490 en Doctorat), la Colombie figure ainsi à la 2 e place parmi les pays latino-américains pour l’envoi d’étudiants en France. Ces échanges s’inscrivent dans le cadre de nombreux accords de mobilités et de doubles diplômes (130 accords en 2015 contre 23 en 2008) signés entre des universités colombiennes et françaises. Ils bénéficient du renouveau de l’enseignement du français en Colombie alors que deux universités ont intégré le réseau de l’Agence Universitaire de la Francophonie - AUF (Université des Andes et Université Nationale) depuis 2013. Dans le domaine scientifique, à la dynamique déjà ancienne et bien structurée qui existe dans le champ des sciences humaines et sociales, de l’agronomie, du droit et des sciences politiques, s’ajoute désormais un volet dédié à des coopérations en mathématiques, physique médicale, économie, et sciences de l’ingénieur. Enfin, un programme de coopération dédié à l’innovation (COOPOL-Colombie) est mis en place avec succès en 2015. À partir de ce socle, il est possible d’engager une nouvelle étape de la coopération francocolombienne afin d’atteindre un niveau de relations qui corresponde à nos potentiels de développement. Ces évolutions s’inscrivent dans la dynamique du lancement des Saisons croisées France-Colombie en 2017. Leur mise en œuvre sera coordonnée avec les événements et manifestations universitaires et scientifiques, qui seront une contribution au processus de paix en cours.

Visite officielle en Colombie du Premier ministre Manuel Valls les 24-26 juin 2015, lycée français de Bogota 1- Massive Open Online Course. Il s’agit de formations en ligne ouvertes à tous.

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

Sommaire

3

Colombie

4

INFORMATIONS CLÉS/INTRODUCTION

6

PARTIE 1

Données géographiques, démographiques, économiques Les contextes socio-économique, démographique et historique Les relations franco-colombiennes

L’enseignement supérieur colombien 1. Un développement rapide du secteur : potentiels et défis 2. Les établissements colombiens 3.  Les principaux organismes en charge du secteur de l’enseignement supérieur en Colombie 4. L’organisation des études supérieures et les diplômes 5. La recherche en Colombie

12

PARTIE 2

L’internationalisation de l’enseignement supérieur colombien 1. Une internationalisation croissante 2. L’évolution de la mobilité des étudiants colombiens 3. Les actions de promotion des principaux pays d’accueil des étudiants en mobilité

15

PARTIE 3

Le dispositif d’attractivité de la France 1. La francophonie et le réseau de coopération en Colombie 2. La mobilité des étudiants colombiens vers la France 3. Les actions de Campus France en Colombie 4. Les résultats de l’enquête TNS Sofres auprès des étudiants colombiens

24

PARTIE 4

La coopération bilatérale universitaire et scientifique et les perspectives 1. Les outils de la coopération 2. Les dispositifs de bourses en faveur de la mobilité 3. La coopération scientifique

www.campusfrance.org

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

Informations clés

4

Régime présidentiel depuis 1991

Données géographiques Superficie : 1 038 700 km² deux fois plus grand que la France métropolitaine Capitale : Bogota, située à 2 560 mètres d’altitude et qui compte 8 millions d’habitants Villes principales : Medellin (3,4 M), Cali (2,3 M), Barranquilla (1,2 M), Carthagène (980 000) Langues courantes : espagnol et 85 langues autochtones (guahibo, guambiano, arhuaco, inga, tucano, etc.)

Données démographiques Population (2014)(2) : 48 320 000 Population rurale (2013)(2) : 24,1 % 1% Croissance démographique (2014)(2) : 74 ans Espérance de vie (2013)(2) : 98e Indice de développement humain (IDH/186 pays)(2) : Part de la population en dessous du seuil de pauvreté(2) : 30,6 % Part de population de 15 à 24 ans(2) 2015 : 8 694 000 (17,5% de la population) 2025 : 9 000 000 (15,5% de la population) 94 % Taux d’alphabétisation (2011)(2) : (2) 4,9 % Dépenses d’éducation en % PIB (2013) : Étudiants en mobilité internationale 25 509 (1,2 %) (en % des étudiants colombiens)(3) : % évolution 2012 / 2008(3) : + 37 %

Données économiques PIB (2014)(1) : 400 Mds (2) Rang PIB (/rang 2010) : 30e rang (61) 5% Taux de croissance PIB (2015)(1) : Taux de chômage (4) : 11,8 % 21,9 % Taux de chômage < 25 ans (2013)(4) : (4) 42 % Part des richesses des 20 % les plus riches : 35 % Dette publique Brute (/PIB 2014)(1) : 2% Taux d’inflation 2014(1) : 29e Rang France / clients 2014(1) : 8e Rang France / fournisseurs 2014(1) : Part des principaux secteurs d’activité dans le PIB(5) : Services(2) : 57 % 37 % Industrie(2) : 6% Agriculture(2) :

USD

Données recherche Dépense intérieure de recherche et développement - DIRD (% PIB/2010)(3) : 0,17 % 39 % % financée par l’État(3) : (3) 3,5 % % DIRD financée par l’étranger : Nombre de chercheurs pour 100 emplois(3) : 0,43 % des copublications internationales 49,77 % parmi le total des publications scientifiques(3) : 5,2 % % de doctorants parmi le corps enseignant(6) :

Sources : (1) MAEDI, ministère des Affaires étrangères et du Développement international (2) Banque Mondiale (3) UNESCO (4) PNUD (Programme des Nations-Unies pour le Développement) (5) www.diplomatie.gouv.fr (6) Banco de la Republica de Colombia

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

Le miracle colombien ? Panorama de la situation géographique, économique et politique du pays La Colombie, d’une superficie deux fois supérieure à celle de la France, est caractérisée par une grande diversité géographique et une biodiversité riche. Le pays dispose d’un atout majeur, avec ses deux façades océaniques, pacifique et caraïbe. La présence sur 55 % du territoire de la forêt amazonienne mais aussi sa traversée par la cordillère des Andes, compliquent néanmoins les échanges entre les régions. La population est concentrée dans les Andes qui regroupent 80 % des habitants alors que l’Amazonie en compte seulement 2 %. Plus de 75 % de la population est citadine et la capitale mégalopole de Bogota a atteint 8 millions d’habitants. Une dizaine de villes ont plus de 500 000 habitants dont Medellin, Cali, Carthagène et Pereira. Depuis le début des années 2000, la Colombie, 4e pays d’Amérique latine par sa taille, et 3e par son PIB1, tend significativement vers des niveaux de vie plus élevés, poussant certains commentateurs à qualifier ces dernières années cette envolée de « miracle colombien ». Signe du potentiel du pays, la Coface, agence française spécialisée dans l’assurance-crédit à l’export, l’intégrait en 2014 au sein des « PPICS », nouveaux grands pays émergents à l’instar de l’Indonésie, du Pérou, des Philippines ou du Sri Lanka. Les taux de croissance du PIB sont soutenus depuis une décennie2. Stimulée par le secteur pétrolier, l’augmentation de la production est désormais portée par le dynamisme des filières de la construction et des infrastructures. Le cadre macro-économique stable, les faibles taux d’inflation et l’ouverture croissante au commerce et à l’investissement étranger, ajoutent aux facteurs expliquant le rattrapage rapide du pays, notamment par rapport aux économies de l’OCDE, pour laquelle le processus d’adhésion de la Colombie a d’ailleurs officiellement été lancé en 2013.3 Ces progrès ont été accompagnés au niveau social, d’une réduction forte de la pauvreté. Sur le plan politique, le pays, constitué en régime présidentiel depuis la Constitution de 1991, démontre également une certaine stabilité, avec la réélection en 2014 du président de centre droit Juan Manuel Santos. Après de nombreux épisodes de violence depuis son indépendance en 1819, la Colombie connaît une nette diminution de l’insécurité ces dernières années et les négociations de paix entamées depuis 2012, entre le gouvernement et les mouvements de guérillas, sont porteuses d’un grand espoir pour le futur.

Malgré cette ascension, le défi est désormais celui de la pérennisation des bons résultats économiques et sociaux, et l’achèvement de la pacification du pays. Sur le plan économique, les perspectives sont légèrement assombries par une situation de dépendance aux secteurs pétrolier et minier dans un contexte de baisse des cours. La Colombie pâtit par ailleurs d’une situation de croissance peu inclusive, caractérisée par un chômage encore important qui malgré une diminution, touche toujours près de 10 % de la population active. Enfin, les niveaux d’inégalités et d’activités informelles figurent toujours parmi les plus prononcés du sous-continent américain. Pour soutenir la croissance à long terme, le gouvernement mise notamment sur la réalisation d’investissements massifs pour améliorer les infrastructures de transport du pays 4. Afin de favoriser l’accroissement de la productivité et de la compétitivité, l’effort est également significatif pour soutenir le secteur de l’éducation, qui bénéficiera d’augmentation de crédits budgétaires en 2015. L’enseignement supérieur, souffrant d’un taux d’accès encore faible en comparaison avec d’autres pays d’Amérique latine5, constitue une priorité stratégique. Parmi les enjeux principaux du secteur pour les prochaines années : le renforcement de la qualité des formations et le soutien massif de l’innovation et de la recherche, avec un objectif affiché de l’État colombien d’atteindre 2 % du PIB dédié à la recherche et l’innovation d’ici à 2019. Enfin, l’aboutissement du processus de négociations de paix, ralenti depuis plusieurs mois, suite à de nouveaux épisodes de violence dans le pays, sera un élément décisif pour la stabilité de la Colombie dans le futur. Les liens Colombie – France La Colombie constitue le 1er partenaire commercial de la France parmi les pays andins et les échanges commerciaux franco-colombiens ont triplé entre 2004 et 2013. La France se positionne en 2013 en tant que 8e fournisseur du pays, loin derrière les États-Unis, la Chine et le Mexique mais en 2e position au sein des pays de l’Union européenne après l’Allemagne. En termes d’investissements, la France jouit d’une position nettement favorable en étant l’un des premiers pays investisseurs en Colombie, et le premier employeur étranger. Dans le domaine de la mobilité internationale, la mobilité d’étudiants colombiens vers la France, caractérisée par l’excellence de ses contingents, est en augmentation constante et le pays est, après le Brésil, le second pourvoyeur d’étudiants du continent en France.

1­– Après le Brésil et le Mexique. 2– Taux de croissance 2014 : 5 %. 3– L’OCDE compte actuellement 34 adhérents dont le Mexique et le Chili sur la zone Amérique latine. 4– Le gouvernement de J.M Santos a annoncé en 2014 un plan d’investissement de 50 mille milliards de dollars avec l’objectif d’améliorer les infrastructures de transports autour de 40 projets de développement des routes, trains et aéroports du pays. 5– 45 % de taux de scolarisation brut dans l’enseignement tertiaire contre 78 % en Argentine, 74 % au Chili. OCDE.

www.campusfrance.org

Introduction

5

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

Monsieur Valls, Premier ministre français et monsieur Juan Manuel Santos, président de la Colombie.

6

PARTIE 11

L’enseignement supérieur colombien 1. Un développement rapide du secteur : potentiels et défis Apparu dans le pays en période de colonisation espagnole, avec la naissance des premières universités à Bogota, le secteur de l’enseignement supérieur en Colombie se développe principalement durant les décennies 1960 et 1970, en parallèle de l’industrialisation et de l’urbanisation rapide du pays. Le nombre d’étudiants intégrant l’université est multiplié par 15, et les investissements publics sont importants pour pallier ces demandes et financer la construction de nouveaux établissements. Ces vingt dernières années, les effectifs d’étudiants colombiens inscrits dans les établissements d’enseignement ont poursuivi leur augmentation rapide, pour bondir de plus de 278 % entre 1990 et 20121. Parallèlement, la mise en place de politiques publiques sectorielles a permis d’accompagner ce mouvement de massification et sa régulation. L’enseignement supérieur et la recherche sont aujourd’hui considérés par le gouvernement colombien comme des priorités stratégiques pour contribuer au renforcement de la compétitivité de la main d’œuvre et permettre le développement économique futur du pays. Les défis restent néanmoins nombreux puisque le pays se distingue par un taux d’accès à l’enseignement supérieur encore faible situé autour de 50 %, soit bien en deçà de la moyenne des pays

Université Nationale - siège de Medellín

de l’OCDE2 et de certains voisins comme le Chili, l’Argentine ou l’Uruguay. L’analyse des taux de couverture de l’enseignement supérieur colombien révèle, par ailleurs, une grande hétérogénéité selon les régions : alors qu’il dépasse 75 % à Bogota, le taux d’accès à l’enseignement supérieur est inférieur à 10 % dans certains départements isolés recouverts par la forêt amazonienne comme Amazonas ou Putumayo. Une analyse plus détaillée des chiffres d’accès à l’enseignement supérieur montre, en outre, que, si les taux d’accès ont rapidement augmenté durant la dernière décennie, les avancées concernent principalement les cursus à visée technique ou technologique, reflétant la volonté du gouvernement de donner la priorité aux formations professionnelles. Le développement de la politique d’évaluation des formations et le renforcement de la qualité de l’enseignement constitue une autre problématique importante du secteur de l’enseignement supérieur en Colombie. Le pays est en effet caractérisé par la coexistence d’institutions internationalement reconnues pour leur excellence avec de nombreux établissements délivrant des formations de niveau hétérogène. En lien avec la qualité des formations, le taux d’abandon des études supérieures reste préoccupant. Selon le ministère de l’Éducation nationale colombien, en 2009, 1 étudiant colombien sur 2 ne terminait pas ses études supérieures. Outre les raisons personnelles expliquant cette désertion, le chiffre révèle la mauvaise adéquation entre certaines formations et le milieu du travail. La nécessaire adaptation du système d’enseignement supérieur colombien face à ces enjeux, nourrit les projets actuels des pouvoirs publics de réforme du secteur, toujours régit par un cadre législatif datant de 1992. Les discussions sur l’avenir de l’enseignement supérieur sont d’autant plus attendues qu’elles s’inscrivent dans un contexte de l’échec de la dernière tentative de réforme, proposée par le premier gouvernement de J.M Santos - qui avait dû être retirée du parlement en 2011 suite aux contestations universitaires. Le projet de loi visait notamment à renforcer l’autonomie des universités et leur financement par les acteurs privés. Le texte ouvrait également la voie à la création d’établissements d’enseignement supérieur à vocation lucrative ; un statut encore inexistant en Colombie.

1- Source : rapport 2014 réalisé par la Banque centrale colombienne Banco de la Republica de Colombia « l’Enseignement supérieur en Colombie, situation actuelle et analyse d’efficience » http://www.banrep.gov.co/docum/Lectura_finanzas/pdf/be_808.pdf 2- Soit 65,52 % en 2013.

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

7

2. Les établissements colombiens C’est pour pallier le manque d’organisation d’un secteur en pleine expansion, que la « Loi 30 » a été adoptée en 1992. Toujours en vigueur, elle constitue, outre la Constitution de 1991 qui consacre l’autonomie des universités, le texte normatif de référence qui fonde l’organisation du système d’enseignement supérieur colombien.

Ce texte pose les bases de la structuration de l’enseignement supérieur colombien, caractérisé par une dualité public/privé et organisé autour d’une typologie de 4 établissements :

Ces établissements délivrent des programmes de niveau équivalent Licence au maximum (pregrado) dans les filières techniques et technologiques.

– Instituts technologiques – Écoles techniques professionnelles

Ils délivrent des programmes de tous niveaux (pregrado et posgrado). Seules les universités – Instituts universitaires et Écoles technologiques délivrent des diplômes de Doctorat. – Universités

L  es établissements colombiens dans les classements internationaux Entité/ Organisme de référence

Nom classement

Quacqarelli-Symonds (QS)

QS World University Ranking 2014-2015

Meilleures places occupées par des établissements colombiens 5 universités classées Universidad de los Andes première université classée 262/800 Universidad Nacional de Colombia (316) Pontificia Universidad Javeriana (347) Universidad de Antioquia (501) Universidad de La Sabana (701)

Times Higher Education (THE)

Classement des établissements des BRICS et économies émergentes 2015

Universidad de los Andes classée 28/71

Les établissements d’enseignement supérieur colombiens Type d’établissement

Écoles techniques

Instituts technologiques

Instituts universitaires

Universités

Total

37

50

120

81

288

Dont établissements publics

9

6

15

31

61

Dont établissements privés

28

38

93

49

208

Dont établissements de régime spécial

-

6

12

1

19

Nombre d’établissements

Chiffres MEN 2012

Le secteur public colombien regroupe en 2013 25 % des établissements pour 53 % des étudiants. L’intégralité des établissements doit obtenir une accréditation auprès de l’État : Registro Calificado pour pouvoir proposer une formation académique.

www.campusfrance.org

L’Accréditation de haute qualité est, quant à elle, volontaire. Validée auprès du ministère de l’Éducation nationale, elle ne concernait cependant en 2012 que 8  % du total des programmes académiques du pays.

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

8

Dans le secteur privé, les ressources budgétaires des établissements proviennent essentiellement des recettes générées par les frais d’inscription. Pour les institutions publiques, les financements sont principalement issus des dotations du gouvernement central et des autorités territoriales, avec un budget situé depuis une dizaine d’années autour de 0,9% du PIB en moyenne 1 . Les financements publics sont caractérisés par leur fort niveau de concentration ; les trois universités Universidad Nacional, Universidad de Antioquia, et Universidad del Valle recevant, à elles seules 50 % des ressources. Les frais d’inscription dans l’enseignement supérieur colombien sont très différents selon que l’étudiant intègre un établissement public ou privé : ils varient ainsi de la quasi-gratuité pour certaines formations techniques publiques, à près de 5 000 euros annuels pour des institutions privées.

3. Les principaux organismes en charge du secteur de l’enseignement supérieur en Colombie

l’accès à l’enseignement supérieur. Elle est en charge de la délivrance des bourses aux étudiants colombiens pour des formations nationales et des séjours de mobilité internationale. ➙L  ’Association colombienne d’universités ACSUN : organisation qui réunit les universités publiques et privées et unique instance de représentation des universités auprès des institutions gouvernementales. ➙ La Commission Nationale de Garantie de la Qualité de l’Enseignement supérieur Comisión Nacional para el Aseguramiento de la Calidad de la Educación Superior – CONACES. Elle a pour charge d’évaluer les conditions minimum de qualité requises pour l’ouverture des établissements d’enseignement supérieur et/ ou des programmes académiques en Colombie. ➙ Le Conseil National d’Accréditation Consejo Nacional de Acreditación – CNA. Intégré par des membres du corps académique, il a pour responsabilité d’émettre un avis sur les demandes émises par les établissements en vue d’acquérir l’Accréditation de Haute Qualité (accréditation volontaire).

L’organisme principal en charge du secteur de l’enseignement supérieur est le Vice-ministère de l’Enseignement supérieur Viceministerio de Educación Superior ; structure créée en 2003 et faisant partie intégrante du ministère de l’Éducation nationale colombien Ministerio de Educación Nacional-MEN. Parmi les autres acteurs du système d’enseignement supérieur colombien : ➙ L’Institut Colombien pour le développement de l’Enseignement supérieur Instituto Colombiano para el Fomento de la Educación Superior - ICFES : entité publique créée en 1968, spécialisée dans l’évaluation de la qualité de l’éducation (tous niveaux) et la production d’informations sur le secteur ; ➙ L’Institut Colombien des Crédits éducatifs et études internationales Instituto Colombiano de Crédito Educativo y Estudios en el Exterior – ICETEX : entité publique de financement de

Étudiants de l’Université Manuela BELTRAN

L’enseignement supérieur colombien en quelques chiffres2 : Taux de couverture enseignement supérieur 2011

40,3 %

Nombre de programmes accrédités « Accréditation de Haute Qualité »

8,1 %

Total des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur 2012

1 959 429 Dont niveau pregrado 94 % Dont niveau posgrado 6 %

1- C  hiffres MEN 2012. 2- Source : MEN

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

9

Part d’étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur en Colombie par niveau et type de formation - 2012

4%

4% 2% 0,2 %

Professionnels universitaires 62 %

62 %

Technologues 28 % Techniciens 4 % Total pregrado 94 %

28 %

Spécialisations 4 % Masters 2 % Doctorats 0,2 % Total posgrado 6 %

Source : MEN 2012

4. L’organisation des études supérieures et les diplômes Pour accéder à l’enseignement supérieur, les étudiants colombiens doivent avoir terminé leurs études secondaires et avoir réussi l’examen d’État d’accès à l’enseignement supérieur conduit par l’IFCES, équivalent du baccalauréat français.

Les programmes de niveau équivalent Master et Doctorat Posgrado ➙ La Spécialisation a pour objectif l’acquisition de compétences dans le cadre d’un perfectionnement pour l’exercice d’une profession, ou dans une discipline ou domaine de connaissance particulier ;

Dans l’enseignement supérieur, l’acquisition des ➙ Le Master a pour vocation l’approfondissement compétences est validée par l’obtention de crédits, d’un domaine de connaissance et le dévelopProfessionnels pement des Masters 2% un crédit équivalent à 48 h de travail académique. compétences en matière de universitaires 62 % recherche ; Technologue➙ Le Doctorat est le grade académique le plus Les programmes de niveau élevé. Il conduit au0,2 titre Doctorats % de Docteur et permet équivalent Licence Pregrado 28 % d’exercer des activités d’enseignement et de Techniciens 4 % ➙ P rogramme de Technicien professionnel recherche. Técnico. Il s’agit de formation d’une durée de Spécialisations 4 % 4 à 5 semestres offrant une spécialisation rapide dans différentes filières techniques. Elle a une visée pratique et tournée vers le monde professionnel ; ➙P  rogramme de Technologue professionnel Tecnólogo. Formation de 6 à 7 semestres proche du Diplôme Universitaire de Technologie du système français. Elle contient un volet théorique plus approfondi que celle de Técnico ; ➙P  rogramme de Professionnel universitaire, d’une durée de 8 à 12 semestres. D’enseignement principalement théorique, il prépare à l’exercice dans de multiples filières : Sciences et technologies, Arts, Sciences humaines et sociales…

Carnaval des Blancs et Noirs, ville de Pasto – © Rocío CASTAÑEDA

www.campusfrance.org

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

10

5. La recherche en Colombie

O  rganisation schématique de l’enseignement supérieur

Panorama

Master

Enseignement Supérieur

Éducation Professionnelle Universitaire (8 à 12 semestres)

Éducation Technologique (6 à 7 semestres)

Éducation Technique Professionnel

Spécialisation

« Docteur en… »

L’évolution à la hausse des principaux indicateurs de performance de la recherche et de l’innovation en Colombie ces dernières années, témoigne du dynamisme d’un secteur en pleine mutation.

« Master en… »

Néanmoins, le pays présente des caractéristiques encore contrastées dans ce domaine, au regard notamment des concurrents argentin, mexicain et brésilien. La marge de progression est encore élevée pour bâtir un écosystème de la recherche et de l’innovation comparable à ceux des principales économies développées.

« Spécialiste en… »

« Professionnel en… »

Monde du travail

Doctorat

« Technologue en… »

« Technicien professionnel en… »

(4 à 5 semestres)

Il est possible de distinguer 3 phases dans la structuration du secteur de la recherche et de l’innovation dans le pays. ➙1  970-1990 : décennies caractérisées par une prise de conscience des pouvoirs publics de l’importance du renforcement des capacités du pays en termes de recherche, et la création des premiers organismes publics compétents dans ce domaine : l’agence de promotion de la science Colciencias et le Conseil National de Sciences et Technologies CNCyT. ➙ 1990-2000 : les prêts obtenus auprès de la Banque Interaméricaine de Développement – BID, jouent un rôle majeur dans la structuration du secteur et l’accroissement du nombre de doctorants dans le pays. En 1990, la « Loi 29 » est adoptée, qui définit une stratégie nationale en termes de Sciences et Technologie. ➙E  nfin depuis les années 2000, il faut signaler la publication en 2008 par Colciencias du document de stratégie nationale de Recherche et Développement pour les années à venir « Colombia Construye y Siembra Futuro »1. En 2009, Colciencias devient le Département d’État pour la Science, la Technologie et l’Innovation et voit ses moyens d’action renforcés.

Université los Andes 1- « La Colombie construit et sème le futur » http://www.cna.gov.co/1741/articles-311056_ColombiaConstruyeSiembraFuturo.pdf

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

11

L’Institut Colombien pour le développement de la Science et de la Technologie – Instituto colombiano para el desarrollo de la Ciencia y la Tecnología – Colciencias. Devenu en 2009 le Département d’État pour la Science, la Technologie et l’Innovation, il s’agit de l’acteur principal de la recherche du pays, équivalent au CNRS français. À ce titre, Colciencias coordonne également le Système National de Science, Technologie et d’Innovation, Sistema Nacional de Ciencia, Tecnología e Innovación, intégrant l’ensemble des acteurs publics et privés impliqués dans les activités de recherche et d’innovation dans le pays. Colciencias est en charge de la promotion et de l’orientation des politiques en faveur du renforcement de la recherche et de l’innovation en Colombie. En outre, elle opère en tant qu’agence de financement de la recherche par appel à projets et octroi de bourses d’études.

F  inancement de la recherche Le budget colombien dédié à la science, aux technologies et à l’innovation, ainsi que le budget consacré à la recherche et au développement ont connu une inflexion à la hausse à partir de 2007/2008 pour se stabiliser ces dernières années respectivement autour de 0,5 % et 0,2 % du PIB. Ces chiffres se situent en deçà de la moyenne observée en Amérique latine et des financements effectués dans ce secteur de la part des principales puissances de la zone : Brésil, Argentine, et Mexique1. En 2014, environ 54  % du budget dédié à la recherche et développement en Colombie était financé par le secteur public, 42 % par les acteurs privés et près de 3  % provenait de fonds étrangers. Pour inciter au financement de la recherche, le gouvernement colombien a engagé en 2011 une réforme introduisant la création d’un Fonds pour la Science, la Technologie et l’Innovation - FCTel. Alimenté à hauteur de 10 % des revenus générés par l’exploitation des ressources naturelles ; il permet le financement de projets de recherche entre les régions2. La Colombie comptait en 2013 329 élèves titulaires de Doctorat et 200 programmes de Doctorat délivrés. Ces chiffres ont connu une augmentation rapide ces dernières années. Ainsi en 2004 la Colombie comptait seulement 50 titulaires de Doctorat pour 47 programmes délivrés. Cette évolution s’est effectuée en parallèle de la croissance du nombre de bourses octroyées aux étudiants en Doctorat en provenance de sources diverses. Parmi les principaux pourvoyeurs de bourses d’accès à l’enseignement supérieur figurent les institutions publiques Colciencias,

La recherche colombienne en chiffres : comparaison régionale

Budget dédié à la science, technologies et innovation - en % du PIB - 20123

Colombie

Brésil

Argentine

Moyenne Amérique latine Caraïbes

0,47 %

1,74 %

0,65 %

1,15 %

312

13 912

1 673

­–

8 675

138 653

51 598



Nombre de diplômés doctorants 20124 Nombre de chercheurs5

Colfuturo ou Banco de la Republica (Banque centrale colombienne) et des entreprises privées telle que Ecopetrol. Les doctorants colombiens sont particulièrement mobiles : près de 60 % des boursiers de ce niveau académique poursuivaient leur cursus à l’international en 2013. Il faut souligner la marge de progression importante du nombre d’inscrits, puisque la part d’élèves en Doctorat représente, en 2013, 0,2 % du total des inscrits dans l’enseignement supérieur colombien.6 Les publications scientifiques répertoriées dans le web of science sont en croissance continue depuis ces dernières années (+ 422 % entre 2004 et 2014) et concernent principalement les filières des sciences de la santé et médecine et des sciences naturelles. Enfin, la recherche colombienne connait un processus d’internationalisation grandissant. Signe de cette ouverture : près de 50 % des publications scientifiques du pays sont des co-publications internationales.

1- Budget 2012 dédié à la science, technologies et innovation - en % du PIB au Mexique : 0,73 % 2- http://www.colciencias.gov.co/blog/regal-para-la-cienciatecnolog-e-innovaci-n 3- OCyt 2014 4- Red de Indicatores de Ciencia y Tecnologia – RICYT 5- Banque mondiale 6- À titre de comparaison, les doctorants représentent en France 2,5 % du total des étudiants en 2013/2014.

www.campusfrance.org

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

12

PARTIE 21

L’internationalisation de l’enseignement supérieur colombien 1. Une internationalisation croissante Puissance économique prometteuse du continent, la Colombie se voit mise au défi de consolider son système d’enseignement supérieur pour qu’il réponde au mieux aux exigences de formation d’une main d’œuvre qualifiée adaptée à un contexte d’économie globalisée. Dans ce contexte, les stratégies d’internationalisation des établissements, appuyées par les pouvoirs publics revêtent une importance significative pour permettre une montée en gamme de la qualité des formations, une ouverture sur le monde des étudiants colombiens ainsi qu’une attractivité renforcée du pays. En la matière, le pays souhaite désormais positionner son propre système d’enseignement

sur la scène internationale et attirer davantage d’étudiants étrangers. Ainsi les pouvoirs publics colombiens en charge du secteur de l’enseignement supérieur visent, en priorité au travers de la politique d’internationalisation, 3 grands objectifs détaillés dans les documents de réflexion stratégique adoptés sur le sujet1 : ➙ augmenter le nombre d’étudiants étrangers qualifiés inscrits dans les établissements colombiens ; ➙ améliorer la qualité des formations colombiennes et la structuration institutionnelle des établissements colombiens (notamment en termes de stratégie propre de relations internationales) ; ➙ r enforcer les capacités et la production du secteur de la recherche colombien. Ces objectifs se traduisent par la volonté de mettre en place des partenariats équilibrés, visant à l’instauration de coopérations structurantes et durables. Parmi les instruments favorisés  : la signature croissante, au niveau national, d’accords de reconnaissance mutuelle des diplômes pour encourager la mobilité dans les deux sens. À l’échelle des établissements, les accords bilatéraux se sont multipliés et des programmes de coopération sur mesure sont mis en place pour promouvoir des partenariats globaux, permettant la mobilité des élèves, des enseignants mais aussi le renforcement institutionnel et le montage de formations. Signe de l’importance croissante accordée à la dimension internationale : un rapport du MEN de 2013 signalait que 71 % des établissements colombiens développent actuellement une politique suivie d’internationalisation. Enfin pour améliorer son image auprès des étudiants internationaux, la Colombie a engagé une campagne de communication « Colombia Challenge your knowledge » relayée lors du salon institutionnel de l’enseignement supérieur NAFSA – Association of International Educators de 2014, avec la vocation de promouvoir la Colombie comme destination d’études supérieures et de recherche de qualité et campus d’enseignement de la langue espagnole.

Université de médecine de Antioquia

1- Il s’agit notamment du document « Reflexiones para la política de internacionalización de educación superior en Colombia » édité par le MEN en 2014.

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

13

2. Évolution de la mobilité des étudiants colombiens1 Mobilité sortante des étudiants colombiens

Les principales destinations des étudiants colombiens (2013) En hausse de 37 %, depuis 2008, la mobilité des étudiants colombiens dans le monde a connu une croissance comparable à l’ensemble de la mobilité étudiante mondiale. La tendance continue à la hausse sur la dernière année (2012/2013) : + 8 % pour atteindre 25 509. Toutefois, la marge de progression reste importante si l’on considère que la part des étudiants colombiens en mobilité internationale stagne à 1,2 %. Six pays accueillent à eux seuls près de trois étudiants colombiens mobiles sur quatre. Les États-Unis et l’Espagne, pour des raisons de proximité historique et culturelle, se partagent à parts presque égales la moitié du contingent. Néanmoins, leur part de marché s’effrite par rapport à 2012. La France maintient sa troisième position des pays de destination avec 2 476 étudiants (10 % du contingent colombien en mobilité), mais fait face à une concurrence de plus en plus diversifiée.2 Si les autres pays d’Amérique latine captent moins d’un étudiant colombien sur six, le Chili enregistre une très forte hausse et l’Australie et l’Allemagne séduisent un nombre croissant de ces étudiants.

Mobilité internationale des étudiants colombiens (2013) 2013 Pays d’accueil

Rang

effectifs

%

États-Unis

1

6 262

24,5 %

Espagne

2

5 754

22,6 %

France

3

2 476

9,7 %

Equateur

4

1 506

5,9 %

Australie

5

1 411

5,5 %

Allemagne

6

1 382

5,4 %

Chili

7

1 337

5,2 %

Italie

8

995

3,9 %

Royaume-Uni

9

932

3,7 %

Canada

10

672

2,6 %

25 509

100 %

Total Sources : Données UNESCO

1- Unesco données 2013 2- À noter cependant que l’estimation Unesco est nettement inférieure à celle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche français - MENESR, qui comptabilise 3 363 étudiants colombiens inscrits dans les établissements supérieurs français à la rentrée 2013.

www.campusfrance.org

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

14

3. Actions de promotion des principaux pays d’accueil des étudiants en mobilité États-Unis États-Unis

6 262

étudiants colombiens, 24,5 % du total (Source : Unesco 2013)

Le programme Fulbright est le principal outil de la politique de coopération universitaire. Il est complété par des initiatives conduites à titre individuel par des universités. Les compléments de financement sont sollicités auprès de Colfuturo pour les étudiants de Master ou de Doctorat. Les centres colombo-américains et l’Ambassade interviennent afin de permettre aux personnes sélectionnées dans le cadre de l’appel d’offre « jeunes talents » de bénéficier de cours d’anglais et de préparer les certifications demandées par les établissements universitaires américains. Les États-Unis sont la première destination pour les étudiants colombiens et 242 Colombiens étaient bénéficiaires d’une bourse Colfuturo pour l’année universitaire 2013/2014.

Espagne Espagne

5 754

étudiants colombiens, 22,6 % du total (Source : Unesco 2013)

Les étudiants colombiens sont éligibles au dispositif de bourses « MAE-AECID » du gouvernement espagnol. Elles sont généralement attribuées à des étudiants inscrits en Master et Doctorat. Ces bourses sont complétées par des dispositifs d’aides comme celles octroyées par l’Académie espagnole ou par des groupements d’universités comme celui d’Andalousie. Les aides portent essentiellement sur l’exonération des droits d’inscription. Les aides des fondations espagnoles, comme la fondation Carolina, ou celles attribuées par les œuvres sociales de grandes compagnies bancaires, comme la Caixa ou la Banque de Santander, complètent ce dispositif. L’Espagne est la deuxième destination pour les étudiants colombiens mais seuls 62 sont bénéficiaires du programme d’aides Colfuturo en 2013/2014.

 Allemagne Allemagne

1 382

étudiants colombiens, 5,4 % du total (Source : Unesco 2013)

Les aides proposées par l’Allemagne sont mises en œuvre par le DAAD. Elles se rapprochent du dispositif proposé par l’Ambassade de France. Le dispositif allemand vient en complément des bourses ou crédits-bourses accordés par Colfuturo ou Icetex (structure qui accorde des créditsbourses aux étudiants colombiens) et est centré sur la maîtrise de la langue. Les boursiers colombiens peuvent ainsi bénéficier de cours de langue pendant les 3 mois qui précèdent leur départ. À leur arrivée en Allemagne, ils bénéficient également de la possibilité de poursuivre ces enseignements pendant 6 mois. Le DAAD pilote directement une palette de 25 bourses proposées aux étudiants colombiens de niveau L icence et Master. Les étudiants inscrits en Doctorat peuvent, quant à eux, bénéficier de bourses allant jusqu’à atteindre 17 000 euros par an.

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

Royaume-Uni Le British Council Royaume-Uni assure la promotion de l’enseignement supérieur britannique et participe aux grands étudiants salons étudiants organicolombiens, sés en Colombie. Les 3,7 % du total dispositifs d’aides sont (Source : Unesco 2013) essentiellement portés par les universités britanniques. Elles offrent des conditions d’inscription attractives, les réductions proposées peuvent atteindre entre 20 et 50 % des frais habituellement demandés. Elles ciblent leur stratégie sur les étudiants de Master et de Doctorat. Alors que le Royaume-Uni n’accueille que 3,7 % des étudiants colombiens qui étudient à l’étranger, il figure au premier rang pour les bénéficiaires du programme Colfuro avec 261 étudiants pour l’année 2013/2014.

932

Salon EuroPosgrados : symbole de la promotion de l’offre académique française et européenne de très haut niveau. Initiative conjointe des homologues européens : DAAD (Allemagne), NUFFIC (Pays-Bas), Universidades.es (Espagne) et de Campus France, le salon étudiant EuroPosgrados est devenu un événement de référence de la promotion des formations européennes de niveau Master et Doctorat en Amérique latine. O rg a n i s é d e p u i s 2 0 0 8 e n C o l o m b i e , EuroPosgrados avait réuni en 2014 plus de 9 000 visiteurs. Une affluence record est attendue pour l’édition 2015 qui se déroulera du 5 au 8  novembre dans les villes de Bogota et Medellin.

Affiche EuroPosgrados 2015

www.campusfrance.org

15

PARTIE 31

Le dispositif d’attractivité de la France 1. La francophonie et le réseau de coopération en Colombie1 L’enseignement du français en Colombie s’inscrit dans une stratégie globale articulant l’éducation scolaire et universitaire, renforçant ainsi la politique d’attractivité et de mobilité. Cette stratégie se fonde sur quatre actions complémentaires : l’approfondissement du programme de bilinguisme en français (initié en 2011), dont une deuxième phase est entrée en action en 2014 ; le renforcement du français dans l’enseignement supérieur colombien ; la présence et le rayonnement du réseau des Alliances françaises en Colombie (31 500 étudiants) ; l’enseignement bi-culturel en français des 3 lycées français (3 500 élèves).

départements). Depuis 2009, 1 137 cycles de formations ont été proposés à 600 professeurs de français des établissements publics scolaires qui suivent ou ont suivi une formation linguistique et pédagogique sur l’ensemble du territoire. Au total, depuis 4 ans, ce programme a bénéficié à plus de 18 000 élèves des collèges et lycées publics.

 enforcement du français R dans le programme colombien de bilinguisme En janvier 2009, l’Ambassade de France en Colombie a lancé avec le ministère de l’Éducation nationale colombien (MEN) un projet visant à réintroduire le français dans les écoles, collèges et lycées publics de Colombie. Depuis 1994, seul l’anglais était enseigné comme langue étrangère dans le système scolaire public, ce qui créait une rupture avec la dynamique de la coopération universitaire caractérisée par le développement de doubles diplômes entre les institutions d’enseignement supérieur des deux pays. Dans un premier temps, la stratégie arrêtée pour la période 2009/2013 consistait à former en français et en didactique des professeurs colombiens de lycées publics et à lancer des évaluations volontaires de l’enseignement dans les départements de français d’universités publiques.  ormation de professeurs de français F de l’enseignement secondaire public Le projet a été élaboré selon deux modalités complémentaires : d’une part, mettre à disposition des lycées publics les étudiants colombiens de français de dernière année universitaire, afin qu’ils puissent y mener leur stage pédagogique ; d’autre part, élaborer des formations linguistiques pour les professeurs titulaires de ces établissements, assurées par les Alliances françaises et financées par les administrations locales (mairies ou

Maison coloniale, ville de Cartagena – © Rocío CASTAÑEDA

1- cf. carte dernière de couverture

www.campusfrance.org

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

16

Formation de professeurs universitaires et évaluation du français dans les universités Depuis octobre 2011, l’Ambassade de France, le réseau des Alliances françaises et le Ministère colombien ont lancé une deuxième phase consistant à former des professeurs universitaires de français et à conduire, sur la base du volontariat, l’évaluation des départements de langues universitaires. Ces diagnostics ont bénéficié à 17 professeurs qui interviennent dans ces établissements devant 2 350 étudiants. Ces actions significatives montrent que le plurilinguisme s’affirme comme une valeur ajoutée dans la formation éducative et universitaire.

Le français dans les universités et l’enseignement supérieur colombien L’Ambassade de France et le MEN colombien souhaitent accroître le nombre d’assistants de français dans les universités colombiennes. L’Ambassade a diffusé beaucoup plus largement les offres de postes financés par les universités colombiennes. 20 étudiants français occupent actuellement les fonctions d’assistants : l’objectif est d’atteindre le chiffre de 30 dans les universités dans les trois prochaines années.

De plus, les futurs professeurs profitent du programme d’échange d’assistants de langues, mis en œuvre en partenariat avec le Centre International d’Études Pédagogiques (CIEP). Ce programme permet aux assistants de langues d’effectuer un séjour d’un an en France.

2017 Année Croisée France-Colombie Première Année Croisée organisée en Amérique du Sud depuis l’Année France-Brésil (2009), l’Année France-Colombie débutera au 1er semestre 2017 par une Saison française en Colombie, suivie par une Saison colombienne en France au 2e semestre 2017. La décision d’organiser des Saisons croisées entre la France et la Colombie en 2017 a été prise par les gouvernements des deux pays, lors des visites officielles effectuées en 2015 à Paris du Président Juan Manuel Santos, et à Bogota par le Premier ministre français, Manuel Valls. Cette Année France-Colombie est un événement phare destiné à mettre en valeur les liens déjà très forts entre les deux pays et d’ouvrir de nouveaux champs de coopération dans tous les domaines : culturel, universitaire, scientifique, économique, touristique, sportif.

Femmes en habit traditionnel à Cartagena

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

17

2. La mobilité des étudiants colombiens vers la France 3 363 étudiants colombiens en France dont 74,3 % inscrits à l’université en 2013/2014. Répartition des étudiants colombiens par niveau en 2013/2014

20 % 34 %

46 %

Niveau L 860

Niveau M 1 147

Niveau D 493

Sources : MENESR-DGESIP-DGRI-SIES

Zone cafetière

Évolution de la répartition des étudiants colombiens par niveau d’études dans les universités françaises depuis 2009 Niveaux d'études

69

Droit, Sciences Po.

3 000 2 500

136 83

Économie, AES

2 000 1 500

26

Lettres, Langues, Sciences Hum. & Soc.

1 000 500 0

Répartition des étudiants colombiens par discipline et niveau dans les universités françaises en 2013/2014

2009

Niveau L Niveau M Niveau D Total

2010

2011

2012

2013

740

846

882

821

860

1 048

1 004

1 095

1 103

1 147

9,4 %

421

445

472

490

493

17,1 %

2 209

2 295

2 449

2 414

2 500

13,2 %

2009

2010

2011

2012

2013

Évolution 2009/2013

Sources : MENESR-DGESIP-DGRI-SIES

www.campusfrance.org

16,2 %

288

124 190 340 567 597

220

1 384

Médecine, 21 Pharmacie, 430 Dentaire 55 Sciences, Sciences 79 et techniques des 194 160 activités physiques et sportives 0

200

Niveau L

433 400

600

Niveau M

Sources : MENESR-DGESIP-DGRI-SIES

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

800

1 000

1 200

Niveau D

1 400

Total

1 600

18

Selon le MENESR, la France a accueilli 3 474 étudiants colombiens à la rentrée 2014, soit une croissance de 3 % par rapport au nombre enregistré à la rentrée 2013 (3 373) et de 19 % en cinq ans. 74 % des Colombiens sont inscrits à l’université, représentant 2 500 inscrits, soit une augmentation de 19,4 % en cinq ans avec une répartition universités/écoles supérieures relativement stable. Autre aspect notable : un nombre important de ces étudiants détient un niveau académique élevé : plus de 65  % des étudiants colombiens en université s’inscrivent en Master et Doctorat, lorsque 34  % viennent au niveau Licence (en moyenne, 55 % des étudiants étrangers sont en Master-Doctorat). La mobilité en Doctorat (19,7 %) est particulièrement dynamique avec une augmentation à ce niveau la plus rapide depuis 2009 (+ 17 % depuis 2009) devant les niveaux L et M.

À l’université, les étudiants colombiens suivent majoritairement les formations de Lettres, Langues Sciences humaines et sociales (55 %), loin devant les Sciences et STAPS (17 %). Suivent les formations d’Économie, Administration Économique et Sociale (14 %) de Droit, Sciences politiques, (12 %) Médecine, Pharmacie, Dentaire (2 %). La France a accordé 2 699 visas d’études en 20141, soit une progression de 15 % par rapport à 2010 et de 2 % sur la dernière année. La proportion des visas longs séjours tend à augmenter lentement (71 % en 2014/ 68 % en 2010). Cette dynamique de croissance des flux est confirmée par l’évolution constatée sur le terrain, au niveau du nombre de dossiers traités par l’Espace Campus France en Colombie. Ainsi entre 2013 et 2014 le nombre de dossiers étudiants a bondi de 27,4 %, illustrant l’intérêt grandissant du public colombien pour les études en France.

Étudiants colombiens en France en 2013/2014 % par filière

Licence

Master

Doctorat

Ensemble

Langues, Lettres, Sciences Humaines

65,9 %

52,0 %

44,6 %

55,4 %

9,2 %

16,9 %

32,5 %

17,3 %

Sciences Eco., AES

14,4 %

16,3 %

5,3 %

13,6 %

Droit, Sciences Po.

8,0 %

11,9 %

16,8 %

11,5 %

Médecine, Pharm., Dentaire

2,4 %

2,6 %

0,8 %

2,2 %

Total général

100 %

100 %

100 %

100 %

% par cursus

Licence

Master

Doctorat

Ensemble

Langues, Lettres, Sciences Humaines

41,0 %

43,1 %

15,9 %

100 %

Sciences, STAPS

18,2 %

44,8 %

37,0 %

100 %

Sciences Eco., AES

36,5 %

55,9 %

7,6 %

100 %

Droit, Sciences Po.

24,0 %

47,2 %

28,8 %

100 %

Médecine, Pharm., Dentaire

38,2 %

54,5 %

7,3 %

100 %

Toutes filières

34,4 %

45,9 %

19,7 %

100 %

Sciences, STAPS

Sources : MENESR-DGESIP-DGRI-SIES

1- Source : Ministère de l’intérieur.

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

19

Évolution du nombre de dossiers traités par Campus France 2011/2014

Années

2011

2012

2013

2014

Nombre de dossiers Campus France traités

1 447

1 310

1 349

1 719

-9,5 Évolution en %

2,97 27,42 18,79

Source : Campus France Colombie

Ville coloniale de Barrichara – © Rocío CASTAÑEDA

www.campusfrance.org

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

Témoignage

20

Doctorante en Sciences politiques, Paris-Est Marne-la-Vallée.

Quels sont, selon vous, les atouts du système d’enseignement supérieur français ? Dans mon laboratoire, il y a une très bonne ambiance, on s’entraide. Il y a une vraie convivialité doublée d’un vrai respect de l’autre. L’offre de séminaires est incroyable et de très grande qualité de plus ouverte à tous et gratuite. On peut donc partager non seulement avec les étudiants de sa propre université mais également avec des étudiants provenant d’autres universités. Ces rencontres sont extrêmement enrichissantes tant au niveau professionnel qu’humain. J’ai maintenant de nombreux collègues africains. Je me rends compte que nous avons beaucoup de similitudes d’ordre culturel, politique ou encore éducatif.

Pourquoi avez-vous choisi la France comme destination d’études ? Quand j’étais à l’université de Sciences politiques et relations internationales en Colombie, j’ai fait de très nombreuses lectures d’auteurs français. Et je me demandais quand je pourrais les lire en version originale ! C’est désormais chose faite. La France occupait une place toute particulière dans mon cœur. Je me devais donc d’apprendre la langue. L’étape suivante était d’y poursuivre mes études. Mes proches m’ont appuyée en ce sens. Et voilà !

Doctorante en Science politiques, je travaille sur un thème qui touche à l’Amérique latine, précisément à la relation Colombie-Venezuela depuis une perspective qui n’est pas très commune en Amérique latine : les zones grises. En France, j’apprécie de pouvoir développer ma pensée et l’objectivité que je peux y trouver.

Lina María PENAGOS,

« Je ne me suis jamais sentie exclue ou traitée différemment de par ma condition d’étrangère. » Comment se passe votre séjour d’études ? Mon séjour d’études se passe très bien. Il y a bien eu des démarches administratives à faire et qui ne sont pas source de plaisir mais c’est un passage obligatoire pour tous ! Ceci dit, il existe des structures d’accueil pour les étudiants étrangers… ce qui est très appréciable. Je ne me suis jamais sentie exclue ou traitée différemment de par ma condition d’étrangère. Le degré de formation et les compétences des enseignants sont exceptionnels. Ce sont tous des docteurs qui ont une très bonne perception de la réalité. Ils combinent de façon remarquable connaissances théoriques et pratiques. On dispose de conditions exceptionnelles pour nos études, un espace avec de nombreuses commodités. Sortie de ma position d’étudiante, j’ai découvert une offre culturelle incroyablement variée : il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges ! Les transports en commun permettent de se déplacer très facilement et de connaître un maximum de choses. Enfin, je suis une fidèle des restaurants universitaires qui proposent un service de qualité pour 3,20 euros !

L’idée des auditeurs libres me semble géniale. Cela m’a permis de rencontrer des retraités qui souhaitent mettre à profit leur temps libre pour faire des recherches. Je suis dans un cadre interdisciplinaire avec toute la richesse que cela représente.

Quels sont vos projets professionnels pour l’avenir ? En Colombie, je donnais des cours à l’université. Je souhaite poursuivre dans le secteur de l’enseignement. Lors de ma participation aux Doctoriales1, j’ai découvert que j’avais certainement des compétences pour travailler comme consultante pour des organisations internationales. J’aimerais donc, à terme, pouvoir combiner l’enseignement et le conseil. À la rentrée prochaine, j’aurai un travail qui est en lien direct avec ma formation. Ce sera donc doublement intéressant : une nouvelle source de financement et une nouvelle ligne sur mon CV. Entre la thèse et le boulot, je serai très occupée mais cela en vaut la peine.

Vous sentez-vous proche des étudiants français ? Avez-vous pu développer des contacts ? La France est un grand pays d’accueil d’étudiants internationaux. Cela permet de nombreuses rencontres non seulement avec les Français mais aussi avec la communauté étudiante internationale issue de tous horizons. C’est exceptionnel. J’ai maintenant un carnet d’adresses très intéressant qui pourrait me servir dans un futur proche. Professionnellement parlant, cette expérience à l’étranger sera, à n’en pas douter, un atout incontestable.

1- Manifestations organisées par de nombreuses universités françaises afin de mettre en relation les doctorants avec des représentants du monde de l’entreprise et nouer les contacts nécessaires à une insertion professionnelle réussie.

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

21

3. Les actions de Campus France en Colombie Au-delà de l’accompagnement offert au public colombien, Campus France Colombie mène tout au long de l’année de très nombreuses missions de promotion en province (25 pour l’année 2015). Organisées conjointement avec l’attaché de coopération universitaire et scientifique et avec le soutien du réseau des Alliances françaises de Colombie, ces missions sont l’occasion non seulement de rencontrer les responsables des bureaux des relations internationales de différentes universités mais aussi de proposer des conférences sur les études en France dans des universités, dans les Alliances françaises et dans les lycées français. Ce même travail de promotion est proposé dans les universités et lycées de Bogota. À ces missions de promotion, il convient d’ajouter la présence de Campus France sur les plus grands salons sur les études à l’étranger organisés dans trois des principales villes du pays (Bogota, Medellin et Cali) : EXPO-Estudiante et Europosgrados. Campus France est également présent à Barranquilla lors de la rencontre éducative, Cátedra Europa. De plus, pour développer sa présence en province et en accord avec les Alliances françaises de Colombie, Campus France s’appuie sur un réseau de personnes ressources au sein même des Alliances françaises. Désignées « correspondants Campus France », ces personnes reçoivent une formation par an, bénéficient d’un suivi tout au long de l’année et sont un premier contact fondamental

Espace Campus France à Bogota

pour les étudiants de province. La grande proximité avec les Alliances françaises se traduit également par le nombre croissant de conférences d’information sur les études en France proposées dans leurs murs. Relai de Campus France Paris, Campus France Colombie assure une large diffusion des lives vidéo chat organisés en partenariat avec Campus France Paris et Campus Channel et participe aussi à des twitcams organisées conjointement avec des institutions partenaires pour faire connaitre l’offre des établissements français à travers des dispositifs interactifs et innovants. Enfin, Campus France anime et promeut le réseau des anciens étudiants colombiens ayant fait des études en France France Alumni Colombie.

Lancement de France Alumni en Colombie : le nouveau réseau social français destiné aux anciens étudiants étrangers ayant fait des études en France. Le 4 février 2015 a eu lieu le lancement de France Alumni Colombie, le nouveau réseau social français destiné aux anciens étudiants colombiens ayant fait des études en France. Cette plateforme numérique a pour ambition de permettre à ces très nombreux alumni colombiens de rester en contact avec la France, ses écoles, ses universités, ses entreprises, son offre culturelle. Ce nouveau réseau développera des partenariats avec la Chambre de Commerce Franco-Colombienne, le réseau des Alliances françaises, les Associations d’anciens étudiants des lycées français et avec les universités colombiennes. Pierre-Marie BIOTTEAU - responsable Campus France Colombie

www.campusfrance.org

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

22

Baromètre Campus France / TNS Sofres 2013 : Focus étudiants colombiens Baromètre online réalisé par TNS de juillet à octobre 2013 auprès de 20 000 étudiants dont 324 étudiants colombiens (175 nouveaux arrivants en France, 149 ayant engagé ou terminé leurs études en France).

Les déterminants du séjour Apprendre une nouvelle langue ou renforcer ma connaissance de cette langue Obtenir un diplôme étranger, internationalement reconnu Vivre une expérience enrichissante personnellement Acquérir une expérience internationale Bénéficier de meilleures conditions d'enseignement 12 % 15 % 10 % 12 %

Suivre un cursus qui n’existe pas chez moi Étudier dans un pays où j’aimerais travailler

0

5

40 % 39 % 38 %

10 15 20 25 30 35 40 45 50 55

5 % auraient préféré

42 %

choisissent la France comme premier pays d’études à l’étranger

35 %

ont déjà étudié à l’étranger

Les 10 principales raisons du choix de la France

une autre destination

préféraient la France Préféraient mais ont hésité

65 %

29 % 27 % 33 % 24 % 37 %

Étudiants du monde

Étudiants colombiens

Un choix réfléchi

41 %

23 %

53 %

ont choisi la France en exclusivité

Principales préoccupations des étudiants colombiens 61 % Obtenir mon visa 56 % Trouver un logement

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Colombiens 61 % 61%

Pour la qualité de la formation en France Pour l'intérêt culturel de la France Pour apprendre ou améliorer mon niveau de français Pour la réputation des établissements ou des enseignants en France Pour le coût des études en France Pour ma connaissance de la langue française Pour la qualité de la vie quotidienne en France Pour l’art de vivre à la française Pour venir étudier en Europe Pour la valeur des diplômes français

59 % 37% 47 % 34% 42 % 43% 41 % 23% 33 % 37% 26 % 21% 22 % 20% 17 % 16% 16 % 41% Monde

54 % Améliorer mon niveau de français 51 % Définir mon budget sur place 50 % Réussir mes études sur place 50 % Trouver un travail étudiant sur place 40 % Compléter mon inscription dans l’établissement 33 % Trouver une bourse 20 % Réussir mon intégration/Me faire des amis

Les sources d’information privilégiées

87 % Site Internet Campus France 55 % Autres lieux officiels d’information : Alliances françaises, Ambassade de France... 52 % Espaces & Antennes Campus France 46 % Autres sites internet 42 % Entourage (famille, amis) 33 % Établissements universitaires 26 % Réseaux sociaux en ligne (facebook, twitter)

Ce qu’il faut retenir Les étudiants colombiens cherchent à la fois à s’ouvrir sur le monde, apprendre une langue et obtenir un diplôme internationalement reconnu. Par rapport aux autres étudiants, ils sont particulièrement sensibles à l’apprentissage d’une langue dans leur motivation d’études à l’étranger. 59 % des colombiens citent le perfectionnement en français pour expliquer le choix de la France contre 37 % des autres étudiants étrangers. L’attrait culturel du pays est une autre motivation principale. Alors que 61 % des étudiants colombiens évoquent comme principale raison du choix de la destination France la qualité de sa formation, ils ne sont que 16 % à signaler la valeur des diplômes français. Comme pour la majorité des étudiants accueillis en France, il s’agit souvent de leur première expérience à l’international. Leur choix de la France est majoritairement exclusif même s’ils sont plus nombreux que les autres à hésiter avec d’autres pays (47 % vs 40 %). Pour se renseigner, arbitrer puis se préparer au séjour, le site Campus France est largement utilisé (87 %).

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

23

Bilan des séjours d’études en France par les étudiants colombiens Niveau de satisfaction des conditions d’accueil…

Niveau de satisfaction détaillée des étudiants colombiens en cours de séjour

… de la France en général 35 % Oui, tout à fait

41 % Oui, plutôt

22 % Non, plutôt pas

… de l’Établissement

NSPP

47 % Oui, tout à fait

17 %

34 % Oui, plutôt

Non, plutôt pas

… des étudiants français 25 %

NSPP

20 %

43 % Oui, plutôt

Oui, tout à fait

10 %

Non, plutôt pas

3 % Non, pas du tout

0 % Non, pas du tout

Non, pas du tout

Estiment que leur intégration en France a été…

6% Très difficile

18 %

38 %

59 % 57 % 64 % 22 %

VIE QUOTIDIENNE La qualité de la vie quotidienne L’art de vivre à la française Les sorties, possibilités de loisirs L’intérêt culturel L’intérêt touristique

87 % 90 % 93 % 92 % 93 %

ENSEIGNEMENT La qualité de l’enseignement Les méthodes d’enseignement Le système de notation La qualité des infrastructures sur le campus

87 % 71 % 67 % 63 %

DÉPENSES

Très facile

Plutôt difficile

ACCUEIL & INTÉGRATION L’accueil des étrangers en France L’accueil des Français L’intégration sociale Les procédures administratives

Le système de santé Le coût de la vie L’offre de logement Le coût du logement Le coût des études

71 % 49 % 34 % 43 % 75 %

BÉNÉFICES FUTURS La possibilité de travailler en France après ses études La valeur des diplômes

33 % 84 %

38 %

Assez facile

Sont d’accords sur le fait que leur séjour d’études en France…

Satisfaits

Insatisfaits

Mitigés

Niveau de satisfaction et de recommandation

… a contribué à mon enrichissement personnel

95 %

… a valorisé mon cursus universitaire … me sera utile demain dans le cadre de mon activité professionnelle … a favorisé mon insertion professionnelle … m’est aujourd’hui utile dans le cadre de mon activité professionnelle

83 %

Niveau de satisfaction à l’issue du séjour

86 %

54 % Oui, tout à fait

75 %

39 % Oui, plutôt

6 % Non, plutôt pas 1 % Non, pas du tout

Niveau de prescription de la France après le séjour

55 %

77 % Oui, tout à fait

23 % Oui, plutôt

0 % Non, plutôt pas 0 % Non, pas du tout

Ce qu’il faut retenir À l’issue du séjour, les étudiants colombiens se montrent nettement satisfaits de l’accueil qui leur a été réservé par leur établissement et la France en général, bien qu’un peu plus partagés sur l’accueil des étudiants français (30 % négatifs). Cela explique sans doute que quatre étudiants sur dix regrettent une intégration un peu difficile au départ, mais la plupart en trouvent finalement les clefs si l’on en juge le taux de satisfaction final (93 %) et le taux de prescription parfait (100 %). Les étudiants colombiens sont satisfaits de la plupart des points mesurés et notamment la qualité de vie quotidienne et les possibilités de sorties et de découvertes. Il faut noter qu’ils sont plus critiques sur le système de notation français ainsi que la qualité des infrastructures sur les campus. Par contre, 67 % regrettent les faibles débouchés professionnels en France. Au final, ils sont largement convaincus des multiples gains de cette expérience (enrichissement personnel, valorisation du cursus, utilité dans leur activité actuelle, sinon pour le futur parcours professionnel).

www.campusfrance.org 0

20

40

60

80

Les Dossiers de Campus n° 27 -60Août 802015100 0 France 20 40 100

0

20

40

60

80

100

24

PARTIE 41

La coopération bilatérale universitaire et scientifique et les perspectives 1. Les outils de la coopération Pour l’enseignement supérieur, l’enjeu est de renforcer l’attractivité des établissements d’enseignement supérieur français afin d’accueillir les meilleurs étudiants colombiens. Cette stratégie se déploie dans un contexte largement internationalisé et très compétitif. L’atout principal de l’offre française repose sur le niveau de qualification du corps enseignant des établissements, peu fréquent en Colombie, sur la qualité de l’articulation formationrecherche qui est au cœur de l’offre de formation en Master et, depuis quelques années, sur la professionnalisation de l’ensemble des cursus universitaires. La coopération pédagogique se déploie également dans le champ de la formation professionnelle au sein de laquelle le Service national d’apprentissage (SENA) joue un rôle majeur. Deux entreprises, Renault et Schneider Electric sont directement impliquées dans des programmes de formations professionnelles abrités par le SENA. La question de l’évaluation et de la qualité de l’enseignement structure un autre volet de la

coopération institutionnelle à travers l’initiative conjointe pour l’évaluation et l’accréditation des programmes et établissements d’enseignement supérieur et de la recherche. La coopération universitaire repose sur un dispositif majeur : la signature en 2010 de la convention sur la reconnaissance mutuelle des études et des diplômes entre les conférences d’établissements en France (Conférence des Présidents d’Universités / Conférence des Directeurs des Écoles Françaises d’Ingénieurs) et l’Association colombienne des universités (Asociación Colombiana de Universidades). C’est sur cette base qu’ont pu se développer des programmes de doubles diplômes : de 23 en 2008 à 129 en 2014. Parmi les 87 établissements universitaires de Colombie, l’Université des Andes, la Javeriana, la Nationale, le Rosario, l’Externado à Bogota, celles de Caldas et du Quindio dans la zone cafetière, l’université del Valle et l’ICESI à Cali, la UIS à Bucaramanga, l’EAFIT, l’Université d’Antioquia et la Bolivariana à Medellin, l’Université del Norte à

3e Rencontres Universitaires France-Colombie Université et innovation : nouveaux enjeux de la coopération Les 14 et 15 mai 2015 se sont tenues à Cali – Colombie, les 3e Rencontres Universitaires France-Colombie avec pour thème central : « Université et innovation : nouveaux enjeux de la coopération ». Depuis 2011, les Rencontres universitaires francocolombiennes, organisées tous les deux ans, associent l’ensemble des acteurs des systèmes d’enseignement supérieur et de recherche des deux pays. Elles sont l’occasion de dresser le bilan des actions engagées et de définir

le plan de travail pour les deux années suivantes. Ces 3e Rencontres du nom ont permis de valider la feuille de route de la coopération universitaire franco-colombienne pour les deux prochaines années (2016/2017). Les présidents d’université, les responsables des grands instituts de recherche et les autorités de tutelle ont vérifié et analysé les stratégies de coopération universitaire en cours et proposé les adaptations nécessaires en vue d’une meilleure harmonisation et d’une plus grande convergence universitaire entre nos deux pays. Ont participé à cet événement, les recteurs des universités et les présidents associés à Ascun1, la CPU, le CDEFI, la Conférence des Grandes Écoles et Campus France ; le ministère de l’Éducation nationale colombien ; le ministère de l’Enseignement supérieur français ; les ministères des Affaires étrangères des deux pays et les institutions qui participent à la dynamique de l’enseignement supérieur (Icetex, Colfuturo, Colciencias, CNA, HCERES, AUF, CIRAD, IRD…).

Après Carthagène des Indes en 2011, Paris en 2013 et Cali en 2015, les prochaines Rencontres se dérouleront à Lyon 3e Rencontres Universitaires France-Colombie en 2017. 1- L’Association colombienne d’universités

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

25

Barranquilla et l’Université technologique Bolivar à Carthagène, sont les partenaires les plus actifs dans le champ de la coopération universitaire comme scientifique.

2. Dispositifs de bourses en faveur de la mobilité Les aides à la mobilité des étudiants colombiens se déclinent autour de 6 dispositifs et bénéficient au total à 200 boursiers : ➙ B ourses CEF (Centre pour les Études en France). Elles bénéficient en 2014 à une trentaine d’étudiants. Elles sont financées à part égale par Colfuturo, le poste et l’établissement d’origine membre de la CEF. ➙ Bourses de mobilité en Doctorat : 45 boursiers en Doctorat bénéficient actuellement de ce programme. Le ministère de l’Éducation nationale, et Colfuturo participent à la même hauteur que le poste au financement de la bourse. ➙B  ourses jeunes ingénieurs : à l’articulation entre le volet formation et le volet recherche, un programme de formation en France pour 20 élèves ingénieurs colombiens par an a été lancé en collaboration avec la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI) et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour la partie française, et le ministère de l’Éducation nationale et Colciencias, pour la partie colombienne. Les élèves qui participent à ce programme sont titulaires d’un double diplôme d’ingénieur, français et colombien. ➙B  ourses Semilleros-Colfuturo : elles sont proposées au lauréat des programmes Colfuturo à partir du Master. 161 étudiants colombiens bénéficient de cette aide à la mobilité vers la France, l’Ambassade de France prendra en charge la mise à niveau nécessaire en français pour un groupe de 20 étudiants. ➙ Bourses de mobilité pour professeurs du supérieur : ce programme cofinancé par ICETEX (organisme de financement à but pédagogique) et l’Ambassade de France permet le financement de missions en France pour des professeurs et enseignants chercheurs dans le cadre de doubles diplômes.

Programmes SER PILO FRANCIA et NEXO GLOBAL : pour une mobilité académique renforcée entre la France et la Colombie Le ministère de l’Éducation nationale de la Colombie et son homologue français ont confié la mise en place en 2015 et 2016 de deux programmes de mobilité étudiante à l’Agence Campus France, avec l’appui des Ambassades et des Alliances françaises en Colombie. Programme SER PILO FRANCIA Destiné aux meilleurs bacheliers colombiens disposant de moindres ressources, ce programme de mobilité a pour objectif de leur permettre d’effectuer leur premier cycle universitaire au sein d’établissements d’enseignement supérieur français proposant des formations en mathématiques, biologie, sciences de l’environnement, physique, chimie, technologies de l’information et de la communication et sciences de l’ingénieur. Une priorité sera accordée aux établissements français engagés dans des partenariats actifs avec les établissements colombiens. Après une préparation linguistique en Colombie puis en France, la vingtaine d’étudiants sélectionnés aura la possibilité de recevoir une bourse d’études afin d’effectuer 3 années de Licence en France à partir de la rentrée 2016. Programme NEXO GLOBAL Ce programme s’inscrit dans l’axe stratégique du département administratif des sciences, de la technologie et de l’innovation « Colciencias » du MEN. Il vise, d’une part, à augmenter la culture scientifique chez les jeunes colombiens, grâce à une bourse de mobilité vers la France pour des étudiants de premier cycle et, d’autre part, à faciliter la coopération scientifique entre la France et la Colombie via l’attribution d’une aide à la mobilité de chercheurs vers la Colombie et de chercheurs colombiens vers la France. Après avoir effectué 6 mois de formation en français à l’Alliance française, puis 2 mois intensifs en centre de français langue étrangère en France ; les étudiants colombiens sélectionnés seront accueillis pour un semestre non diplômant au sein d’établissements d’enseignement supérieur français proposant des formations de niveau Master 1 dans des disciplines scientifiques (sciences, sciences de l’ingénieur, agronomie, mathématiques.) Une dizaine d’étudiants colombiens pourraient bénéficier de ce programme dès janvier 2016, puis davantage en 2016/2017.

➙B  ourses filières francophones en médecine : elles sont attribuées à des étudiants en médecine issus des filières francophones des universités colombiennes.

Universidad del Valle, Cali – © Ronald Rocha

www.campusfrance.org

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

26

3. La coopération scientifique

Témoignage

Dans le domaine scientifique, l’objectif vise à promouvoir les domaines d’excellence de la recherche scientifique française. À la dynamique déjà ancienne et bien structurée qui existe dans le champ des sciences humaines et sociales, de l’agronomie, du droit et des sciences politiques, s’ajoute désormais un volet dédié à des coopérations en mathématiques, physique médicale, économie et sciences de l’ingénieur. Au-delà de l’appui à l’organisation de manifestations scientifiques (plus de 20 par an), le poste met en œuvre, en lien avec Colciencias (équivalent du CNRS en Colombie), deux actions à vocation structurante dans le domaine de la recherche. Le programme Ecos-Nord, qui permet le financement de 26 programmes de recherche sur trois ans, et le nouveau programme de « mobilité pour de nouveaux réseaux scientifiques » qui a pour but de renouveler les programmes et les réseaux de recherche entre les institutions colombiennes et françaises.

Parallèlement, l’Ambassade travaille à la consolidation de la présence des centres de recherche français en Colombie : le CIRAD et l’Institut de recherche pour le développement. De nouveaux programmes viennent d’être lancés : les actions conjointes menées par le CIRAD, Corpoica et le CIAT portent, dans le champ de la recherche agronomique, sur la diversité génétique, la résistance aux maladies du cacao et du manioc, et l’amélioration du rendement des cultures pérennes et notamment du caoutchouc. L’IRD développe des travaux en Colombie, dans le cadre de son département Environnement et Ressources, sur la biogéochimie et l’écologie des milieux continentaux, et sur la biodiversité et l’adaptation aux changements environnementaux.

Quels sont les liens existants de coopération avec la France ? Depuis 1987, 95 accords de coopération ont été signés entre l’Université Nationale et des institutions françaises de tous types : universités, écoles d’ingénieurs, écoles d’arts, conservatoires et organismes gouvernementaux d’appui à la recherche. Les accords signés avec les institutions françaises concernent de nombreuses filières : ingénierie, arts, sciences économiques, sciences humaines, politiques et sociales et sciences exactes.

Claudia Casallas, Bureau des Relations Internationales Faculté de Sciences économiques Université Nationale de Colombie Quelles sont les actualités de l’Enseignement supérieur en Colombie ? Le ministère l’Éducation a mis en place le Modèle d’Indicateurs de Développement de l’Éducation (Modelo de Indicadores del Desempeño de la Educación - MIDE) qui a pour objectif de mesurer la situation actuelle de 187 institutions d’éducation supérieure en Colombie. Ont été pris en compte trois axes associés à la qualité de l’éducation supérieure : les étudiants, les enseignants et l’environnement éducatif.

Quelle sont les priorités et perspectives de la coopération universitaire et scientifique avec la France ? L’une des priorités a été l’appui offert aux étudiants provenant de milieu modeste. La fondation France Solidarité en Colombie a appuyé plus de 100 étudiants de Licence ayant de très bons résultats académiques. L’appui prend la forme d’une aide économique versée tous les semestres. Par ailleurs, l’Université Nationale de Colombie a réalisé un effort majeur au niveau de la formation linguistique des étudiants. Plus de 60 cours de seconde langue ont été offerts à près de 2 000 étudiants. Et parmi les langues proposées, évidemment le français !

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

www.campusfrance.org

Témoignage

27

Quels sont les liens existants de coopération avec la France ?

Nelson CUEVAS, Coordinateur du programme ‘semillero de talentos’ – Jeunes Talents – Colfuturo. Brève présentation de Colfuturo La Fondation pour le futur de la Colombie Colfuturo est une organisation à but non lucratif, soutenue par le gouvernement et le secteur privé colombien depuis 1991 et dont l’objectif est d’inciter, orienter et financer le public colombien dans la mobilité d’études à l’international au niveau Master & Doctorat. Plus de 10 000 étudiants colombiens ont déjà bénéficié de bourses de la fondation pour réaliser un séjour d’études à l’étranger.

La France a toujours été un pays stratégique dans notre politique de coopération depuis la création du programme. Actuellement nous avons des partenariats avec Audencia Nantes, l’Université de Toulouse, l’École des Mines de Nantes, HEC, Sciences-Po et bien sûr avec l’Ambassade de France (accord CEF et Ascun). Ces conventions se traduisent pour les étudiants par des facilités offertes au niveau économique et académique pour effectuer un séjour d’études en France. En outre, les lauréats du programme Semillero de Talentos, bénéficient d’un soutien dans leur apprentissage du français dans les Alliances françaises du pays. Ces efforts sont reflétés par l’augmentation du nombre d’étudiants colombiens qui choisissent la France comme destination d’études pour réaliser leur Master & Doctorat. Actuellement, 891 lauréats des bourses Colfuturo ont pu y séjourner. Ce chiffre positionne la France comme 5e destination préférée des contingents Colfuturo.

Le DOSSIER pays Colombie est le 27e volume de la collection. Ces publications ont pour but d’offrir un panorama local en matière d’enseignement supérieur, de décrire le dispositif français de promotion de l’enseignement supérieur dans le(s) pays et de montrer dans quel(s) contexte(s) concurrentiel(s) ce(s) dispositif(s) se déploie(nt). Directeur de la publication : Béatrice Khaiat, Directrice générale Comité éditorial : Olivier Chiche-Portiche, Directeur de la Coordination géographique ; Jean-Christophe Rousseau, Responsable Amériques, Coordination géographique ; Andrea Marin, Responsable adjointe Amériques, Coordination géographique ; Krisztina Wale, Responsable promotion Amériques, Coordination géographique ; Anne Benoit, Directrice du service Communication, Presse et Études ; Didier Rayon, Responsable des Études, service Communication, Presse et Études ; Charlotte Dupont, Chargée d’études, service Communication, Presse et Études. Ce dossier pays a été rédigé conjointement par : Régis Guillaume, Attaché de coopération universitaire ; Pierre-Marie Biotteau, Responsable de l’Espace Campus France.

Édition : Anne Benoit, [email protected] Photos et visuels : droits réservés Campus France Cartographe : Philippe Rekacewicz - ©2014 geoatlas.com Réalisation : Studio Boss - Paris Impression et diffusion : Desbouis Grésil Imprimeur Campus France Agence française pour la promotion de l’enseignement supérieur, l’accueil et la mobilité internationale 28 rue de la Grange aux Belles 75010 Paris www.campusfrance.org Les DOSSIERS Campus France sont imprimés sur papier PEFC-FSC issu de forêts gérées durablement Août 2015 ISSN 2117-8496

Campus France remercie tout particulièrement : Lina María PENAGOS, Doctorante en Sciences politiques, Paris-Est Marne-la-Vallée. Nelson Cuevas, Coordinateur du programme Jeune Talents Colfuturo. Claudia Casallas, Faculté de Sciences économiques, Université Nationale de Colombie.

www.campusfrance.org

Les Dossiers de Campus France n° 27 - Août 2015

CAMPUS FRANCE

n° 20

Réseau éducatif et culturel français en Colombie MER DES CARAÏBES

Colombie

Magdalena

GOLFE DE URABA

Casanare

GOLFE DE PANAMA

Les 10 premiers établissements colombiens en termes de nombres d’inscrits

Universidad Nacional de Colombia

Publique

Nombre d’inscrits 42 454

Universidad Cooperativa de Colombia

Publique

48 313

Universidad de Antioquia

Publique

32 654

Privée

26 000 23 312

Établissement

Universidad Libre

Source : Campus France

Statut

Pontificia Universidad Javeriana

Privée

Universidad Santo Tomas

Privée

22 374

Universidad de Pamplona

Publique

21 854

Universidad Ped. Y Tec. De Colombia

Publique

21 691

Universidad del Tolima

Publique

21 654

Universidad del Valle

Publique

21 337

Inscriptions au niveau pregrado 2012 – MEN

Retrouvez les documents sur la mobilité internationale sur le kiosque de Campus France.

Placé sous la tutelle des ministres chargés des affaires étrangères et de l’enseignement supérieur et de la recherche, Campus France a pour principales missions la promotion de l’enseignement supérieur français à l’étranger, l’accueil des étudiants étrangers en France et la gestion des boursiers des gouvernements français et étrangers.