ne vous en faites pas si vous n'avez pas encore fait

dimanche, votre déclaration sera considérée comme ayant été produite dans les délais, si la date du cachet de la poste est le 1er mai 2017, au plus tard.
22KB taille 3 téléchargements 128 vues
NE VOUS EN FAITES PAS SI VOUS N’AVEZ PAS ENCORE FAIT VOTRE DÉCLARATION DE REVENUS Les Québécois ont jusqu’au 30 avril 2017 pour produire leur déclaration de revenus. Comme le 30 avril 2017 tombe un dimanche, votre déclaration sera considérée comme ayant été produite dans les délais, si la date du cachet de la poste est le 1er mai 2017, au plus tard. Selon un récent sondage de la TD, un quart (26 %) des Québécois affirment que la production de leur déclaration de revenus est une source de stress ou de confusion, ou encore une tâche intimidante. Toutefois, ces précieux conseils de la TD vous permettront de faire votre déclaration sans soucis. 1. PRODUISEZ VOTRE DÉCLARATION À TEMPS : Même si les pénalités de retard ne sont imposées que si vous produisez votre déclaration après la date limite et que vous devez de l’argent, il est fortement recommandé de produire votre déclaration avant la date limite – même si vous pensez que vous avez droit à un remboursement – pour parer aux imprévus. De nombreux Québécois croient à tort que la production de leur déclaration de revenus après la date limite n’entraînera pas d’amende ou de frais d’intérêt pour autant qu’ils aient une explication raisonnable. Les règles de l’Agence du revenu du Canada (ARC) sont très strictes pour ce qui est de la date limite de production de la déclaration de revenus. Les pénalités de retard et les frais d’intérêt ne sont annulés que dans certaines circonstances exceptionnelles et la décision est à l’entière discrétion de l’ARC. Par exemple, le fait d’être en vacances n’est pas une circonstance exceptionnelle valide. 2. DÉDUCTIONS OUBLIÉES : Renseignez-vous pour déterminer les dépenses que vous pouvez déduire. De nombreux Québécois ne profitent pas pleinement des crédits et des déductions auxquels ils ont droit parce qu’ils ne sont pas au courant. Par exemple, beaucoup de déductions sont omises : dons à des organismes de charité, frais de garde d’enfants, crédits d’impôt pour personnes handicapées, frais médicaux, assurance médicale de voyage et frais de déménagement. Ces omissions peuvent les priver d’un remboursement total supérieur. Rappelez-vous de planifier votre déclaration et de toujours garder les reçus nécessaires. 3. NOUVEAU POUR 2016 : Les règles fiscales changent souvent d’une année à l’autre et il est donc important de se tenir à jour. Pour l’année d’imposition 2016, il y a lieu de tenir compte de plusieurs nouvelles règles. Par exemple, vous devez déclarer la vente de votre résidence principale. Le fractionnement du revenu entre les membres de la famille a été supprimé et le taux d’imposition fédéral des revenus compris entre 45 282 $ et 90 563 $ a diminué (de 22 % à 20,5 %). Pour la liste complète de tous les changements, visitez le site Web de l’ARC. 4. ÉVITEZ LES ERREURS COURANTES : Un grand nombre de Québécois ne produisent pas leur déclaration de revenus correctement. Non seulement ils peuvent se priver de certains remboursements, mais ils s’exposent aussi à des pénalités élevées ou à des frais d’intérêt.

Les erreurs les plus courantes que les Québécois font dans leur déclaration de revenus sont : • • • •

Omission de déclarer les revenus de placement ou les revenus de provenance étrangère; Transfert inexact des déductions – frais d’études ou médicaux, par exemple – entre les membres de la famille; Choix fiscaux non indiqués ou formulaires requis non fournis (par exemple, feuillet T1135 pour les avoirs étrangers de plus de 100 000 $); Mauvaise tenue de dossiers, comme l’absence des reçus pour justifier les dépenses.

Si vous faites une erreur mineure dans votre déclaration d’impôt, vous pouvez corriger vos déclarations des dix dernières années. Si vous n’aviez pas produit de formulaire, vous pourrez le remplir tardivement, selon le formulaire manquant. En cas d’erreurs plus importantes, vous souhaiterez peut-être faire appel au Programme des divulgations volontaires de l’Agence du revenu du Canada. 5. N’HÉSITEZ PAS À DEMANDER DE L’AIDE : Un comptable ou un fiscaliste peut vous aider à préparer votre déclaration de revenus, s’assurer que tout est exact et vous faire profiter de toutes les déductions appropriées. Rappelez-vous de lui apporter tous les documents nécessaires et feuillets d’impôt ainsi que les avis de cotisation des années précédentes, car il en aura besoin. De plus, demandez à votre comptable ou à votre fiscaliste comment devancer ou reporter l’impôt sur le revenu selon votre tranche d’imposition. Les règles fiscales sont très compliquées et l’Agence du revenu du Canada a toujours eu pour position que « nul n’est censé ignorer la loi ».