Porte continentale et corridor de commerce Ontario

16 janv. 2009 - Après toutes les années de travail de concertation au sujet du développement harmonieux de la navigation commerciale sur le territoire ...
137KB taille 0 téléchargements 140 vues
870, avenue De Salaberry, bureau 207 ● Québec (Québec) G1R 2T9

Québec, le 16 janvier 2009

PAR COURRIEL

Madame Geneviève DeBlois Transports Canada Politiques sur l’intégration du transport des marchandises et sur les transporteurs routiers Tour C – 27e étage Place de Ville, 330 rue Sparks Ottawa (Ontario) K1A 0N5 [email protected] Objet : Porte continentale et corridor de commerce Ontario/Québec Madame, Nature Québec reconnaît la qualité du travail exécuté dans ce rapport afin de préparer l’avenir de l’industrie maritime et de ses partenaires. Le sujet qui attire notre attention concerne la possibilité de travaux de dragage de capitalisation dans la voie navigable du Saint-Laurent. Après toutes les années de travail de concertation au sujet du développement harmonieux de la navigation commerciale sur le territoire québécois, Nature Québec aurait pensé que les représentants de l’industrie maritime en seraient venus à réaliser l’importance absolument majeure que revêt pour la société en générale le maintien du statu quo en terme des dimensions actuelles de la voie navigable. En ce qui nous concerne, le rôle des différents paliers de gouvernement dans ce projet, particulièrement celui de Transports Canada à Ottawa, consiste actuellement à confirmer rapidement qu’il y aura tenue d’audiences publiques avant toute forme de dragage permettant à de plus gros navires de transiter sur le fleuve. Nous savons que cette responsabilité relève du ministère de l’Environnement, mais Transports Canada doit démontrer son leadership, sa vision. Déjà, en 1959, les travaux de creusage dans le lit du fleuve ont détruit à tout jamais de nombreux habitats, le régime hydrologique naturel et fait disparaître différentes espèces de poissons. À cette époque, l’industrie et les gouvernements ont bénéficié de l’ignorance de la société qui ne connaissait pas la notion de protection de l’environnement et l’importance de ce dernier en regard de leur qualité de vie.

Tél. : (418) 648-2104 Téléc. : (418) 648-0991 www.naturequebec.org [email protected]

…2

Madame Geneviève Deblois

-2-

Le 16 janvier 2009

Aujourd’hui, le contexte est bien différent. Malgré les efforts du gouvernement Harper afin de faciliter les processus d’autorisation de projets majeurs, que ce soit pour le développement ou l’expansion des mines, l’exploration gazière ou pétrolière, etc., il existe plusieurs catégories d’usagers du fleuve Saint-Laurent, des gens conscients et soucieux de justice, qui veulent préserver ce qui reste de résilience à ce grand cours d’eau, lequel appartient à tous et pas uniquement à l’industrie. Ces usagers veulent que cette résilience, sur laquelle ils ne détiennent aucun droit et qui les soutiens depuis des décennies, serve aussi au maintien de la vie aquatique et des milieux humides fragiles, ainsi qu’à d’autres secteurs d’activités économiques vibrants et essentiels aux collectivités riveraines et aux nombreux visiteurs qui viennent en bénéficier année après année. S’ajoute à cela que la société moderne est au fait des impacts potentiels qu’auront les changements climatiques sur les ressources en eau du Bassin laurentien. L’industrie maritime, à la lecture de ces documents, trouve le moyen de les occulter, voire d’oser agrandir cet immense tuyau de drainage caché sous la surface du fleuve, faisant fi des besoins essentiels à la vie des espèces aquatiques qui font partie intégrante du bassin, faisant fi des milieux fragiles et des autres usagers du fleuve. Soyez assuré que même si les lois sur la protection de l’environnement n’existaient pas ou étaient manipulées pour permettre ou faciliter la réalisation de tels travaux de dragage destructeurs, le public entier aura son mot à dire bien avant. Aucun moyen ne sera écarté pour forcer, si le besoin était, la tenue d’audiences publiques dans la plus grande transparence, afin que toute la population dise ce qu’elle pense de ces projets futurs. À défaut de quoi, aucun moyen ne sera écarté afin d’empêcher leur réalisation ou de faire prendre conscience au public des intentions de l’industrie maritime. Depuis 1997, nous avons collaboré conjointement avec l’industrie maritime et les ministères concernés, ainsi qu’avec d’autres acteurs et utilisateurs du fleuve Saint-Laurent à développer une stratégie de navigation durable. La vision que nous souhaitons voir émerger en est une qui doit absolument obliger l’industrie à comprendre que la notion de « bigger is better » peut s’appliquer sur les océans, mais que lorsque l’on parle de faire avancer ces mêmes géants des mers vers l’intérieur du continent, en l’occurrence dans le Saint-Laurent, alors ils doivent mettre à profit les ports naturels en eau profonde et faire du transbordement sur des navires plus petits (un euphémisme alors que nous avons laissé entrer des post-Panamax, mais ça n’ira pas plus loin, et si ces navires post-Panamax mettent en cause la sécurité, alors ils devront être retirés du fleuve Saint-Laurent), lesquels ne causeront pas de torts à cet écosystème vivant. Veuillez accepter, Madame, nos plus sincères salutations et veuillez considérer notre ferme désir de ne collaborer que dans le droit chemin.

Christian Simard Directeur général