Quand on veut, on peut

L'adolescent de 15 ans s'attire l'admiration des adultes qui le considèrent comme ... C'est fantastique de ... entreprend sa première année à l'école secondaire.
31KB taille 9 téléchargements 512 vues
Nom : _______________________________________

Groupe : _______________

Date :

_____________________

Quand on veut, on peut Aaron Fotheringham se moque de son handicap On remarque immédiatement Aaron Fotheringham quand il tourne, dérape, s’arrête un instant au sommet de la rampe avant de replonger dans la demi-lune. C’est celui en fauteuil roulant, celui avec un casque jaune, celui que le périlleux arrière a rendu célèbre sur Internet. Ses amis lui font des high fives 1 quand ils le croisent en BMX ou en patins à roues alignées. Ses amis le surnomment Wheels, roues en anglais. « C’est vraiment cool 2 de le regarder aller, souligne Cody Manning, âgé de 14 ans, les coudes appuyés sur le guidon de son vélo. Il nous inspire tous. » L’adolescent de 15 ans s’attire l’admiration des adultes qui le considèrent comme le pionnier d’un sport qui se situe entre le

les classes où le manuel Expressions est utilisé.

© ERPI Reproduction autorisée uniquement dans

patin à roues alignées et le BMX. « Non seulement pour la manière dont il parcourt le parc, mais quand vous parlez avec lui, vous constatez rapidement que ce jeune-là possède une bonne tête sur les épaules, qu’il est poli et positif », souligne Joe Wichert, coordonnateur municipal pour les sports extrêmes pour la ville de Las Vegas, qui possède 19 pistes pour les adeptes de la planche, du patin à roues alignées et du

1. High fives (expression anglaise) : geste amical de la main pour saluer une autre personne. 2. Cool (anglicisme) : super, génial.

DOSSIER 8 — E s p r i t s s p o r t i f s

Expressions / Recueil 1 10771

Nom : _______________________________________

Groupe : _______________

Date :

_____________________

vélo, mais un seul rider 3 en fauteuil roulant. « C’est fantastique de voir Aaron développer un nouveau sport. » Sa mère le considère comme un étudiant dans la moyenne qui entreprend sa première année à l’école secondaire. Mais quand il est question de son saut périlleux unique, Fotheringham parle d’angles, de dénivellation, d’inertie4 et de momentum 5. « Il faut être très précis avec la vitesse et il vaut mieux parfois ne pas effectuer le saut », mentionne-t-il. Aaron ressemble à un adolescent normal quand on le regarde avec ses cheveux bruns en broussaille et son sourire ironique. Puis vous regardez ses jointures amochées, ses épaules massives. Au-dessus du tronc, il arbore le physique d’un travailleur de l’acier. Il mentionne qu’il pourrait facilement mesurer 5 pieds 8 pouces6… si ses jambes n’étaient pas endommagées. Mais elles le sont. Il souffre de spina-bifida — une malformation congénitale de la moelle épinière —, une maladie qui

L’un des six enfants adoptés de la famille Fotheringham, Aaron a utilisé des béquilles pendant les huit premières années de sa vie, mais il se risquait parfois en fauteuil roulant pour suivre ses amis qui utilisaient leur bicyclette BMX. C’est à cet âge que le fauteuil est devenu son moyen de déplacement permanent après une troisième intervention douloureuse à une hanche.

3. Rider (mot anglais) : personne pratiquant un sport qui nécessite un équipement à roues. 4. Inertie : résistance des objets au mouvement. 5. Momentum (anglicisme) : circonstances favorables. 6. 5 pieds 8 pouces : 1 mètre 73 centimètres.

Expressions / Recueil 2 10771

DOSSIER 8 — E s p r i t s s p o r t i f s

les classes où le manuel Expressions est utilisé.

© ERPI Reproduction autorisée uniquement dans

affecte plus de 70 000 Américains.

Nom : _______________________________________

Groupe : _______________

Date :

_____________________

« Dès l’âge de trois ans, son médecin nous a mentionné qu’il devrait utiliser un fauteuil roulant, mentionne sa mère adoptive Kaylene Fotheringham. Celui-ci reposait dans un coin de sa chambre, mais il a dû finalement l’utiliser de façon permanente. Maintenant, il l’utilise presque continuellement. » Il y a six ans, Brian, le frère aîné d’Aaron, l’a entraîné dans la demi-lune près de leur domicile dans le secteur nord-ouest de Las Vegas. À sa première tentative, Aaron est tombé, s’est relevé et a réessayé. Il porte un casque protecteur conçu pour le motocross, des protecteurs aux coudes et une ceinture de sécurité. Il pratique maintenant ses trucs tous les jours. Parfois devant des auditoires internationaux. Des représentants d’une firme allemande spécialisée dans les fauteuils roulants et les pneus de vélos ont fait venir Aaron et sa mère en Allemagne au mois de janvier pour une tournée de promotion de 11 jours dans 3 villes d’Allemagne et de la

les classes où le manuel Expressions est utilisé.

© ERPI Reproduction autorisée uniquement dans

République tchèque. Chez lui, il profite de l’appui d’un manufacturier de fauteuils roulants de la Californie, qui dessine des modèles spéciaux pour lui. Des fauteuils avec suspension aux quatre roues, des amortisseurs, etc. « Il a constamment besoin de nouvelles pièces d’équipement, mentionne John Box, président d’une firme américaine spécialisée dans la fabrication de fauteuils roulants. De fait, ça représente un investissement approximatif de 20 000 $ par année pour qu’il continue de pratiquer ses manœuvres en fauteuil roulant. »

DOSSIER 8 — E s p r i t s s p o r t i f s

Expressions / Recueil 3 10771

Nom : _______________________________________

Groupe : _______________

Date :

_____________________

« Je me suis retrouvé dans un fauteuil roulant pendant 25 ans, de dire Box qui a été victime d’un sérieux accident en moto. J’ai pratiqué de nombreuses disciplines comme le hockey, le tennis, le basketball, le football et la plongée. Mais personne n’a accompli autant qu’Aaron pour les sports extrêmes. Quand vous vous retrouvez dans cette position, vous voulez sortir du lit et accomplir quelque chose dans votre vie. Il est formidable. »

Expressions / Recueil 4 10771

DOSSIER 8 — E s p r i t s s p o r t i f s

les classes où le manuel Expressions est utilisé.

© ERPI Reproduction autorisée uniquement dans

« Quand on veut, on peut : Aaron Fortheringham se moque de son handicap », La Presse, 25 mars 2007, p. S8.