smatis france

d'Administration et ses dirigeants effectifs qui sont le président du conseil d'administration et le directeur ..... d'Administration lors de la présentation du budget et du Business plan, ..... documents d'applications etc.…) ..... montant nets de réassurance de Best Estimate et celui des primes acquises nettes pour l'année.
2MB taille 1 téléchargements 35 vues
SMATIS FRANCE RAPPORT SUR LA SOLVABILITE ET LA SITUATION FINANCIERE EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2016

Table des matières I - Introduction......................................................................................................................................... 3 II- Synthèse .............................................................................................................................................. 4 A.

B.

C.

D.

E.

Activités et résultat .................................................................................................................... 7 A.1

Activité ............................................................................................................................. 7

A.2

Résultat de souscription ................................................................................................ 10

A.3

Résultat des investissements ........................................................................................ 11

A.4

Résultat des autres activités.......................................................................................... 12

A.5

Autres informations....................................................................................................... 12

Système de gouvernance ......................................................................................................... 13 B.1

Informations générales sur le système de gouvernance générale de l’entité .............. 13

B.2

Exigences de compétence et d’honorabilité ................................................................. 18

B.3

Système de gestion des risques .................................................................................... 21

B.4

Le systeme de contrôle interne ..................................................................................... 28

B.5

La fonction d’audit interne ............................................................................................ 30

B.6

La fonction actuarielle ................................................................................................... 32

B.7

La sous-traitance ........................................................................................................... 33

B.8

Informations supplémentaires ...................................................................................... 34

Profil de risque ......................................................................................................................... 35 C.1

Risque de souscription .................................................................................................. 36

C.2

Risque de marché .......................................................................................................... 38

C.3

Risque de crédit ............................................................................................................. 42

C.4

Risque de liquidité ......................................................................................................... 44

C.5

Risque opérationnel ...................................................................................................... 45

C.6

Autres risques ................................................................................................................ 45

C.7

Autres informations....................................................................................................... 45

Valorisation à des fins de Solvabilité ........................................................................................ 46 D.1

Actifs .............................................................................................................................. 46

D.2

Provisions techniques .................................................................................................... 49

D.3

Autres passifs................................................................................................................. 54

D.4

Méthodes de valorisation alternatives.......................................................................... 57

D.5

Autres informations....................................................................................................... 57

Gestion du capital..................................................................................................................... 58 1

E.1

Fonds propres ................................................................................................................ 58

E.2

Capital de solvabilité requis et minimum de capital requis .......................................... 59

E.3 Utilisation du sous-module « risque sur actions » fondé sur la durée dans le capital de solvabilité requis ...................................................................................................................... 61 E.4

Différences entre la formule standard et tout modèle interne utilisé.......................... 61

E.5 Non-respect du minimum de capital requis et non-respect du capital de solvabilité requis 61 E.6

Autres informations....................................................................................................... 61

Annexes quantitatives ........................................................................................................................... 62

2

I - I NTRODUCTION L’article 51 de la directive Solvabilité 2 et l’article 300 des Actes Délégués imposent à toute compagnie d’assurance de veiller à communiquer régulièrement des informations sur leur solvabilité et leur situation financière. Les articles 293 à 297 des Actes Délégués imposent plus précisément aux compagnies d’assurance d’établir un rapport de leur solvabilité et leur situation financière, sur les points suivants : -

l’activité et la performance, le système de gouvernance, le profil de risques, la valorisation à des fins de solvabilité, la gestion du capital.

Le présent « Rapport sur la Solvabilité et la Situation Financière » permet à SMATIS France de communiquer les informations relatives aux cadres de son activité et de ses performances, de son système de gouvernance, de son profil de risques, de sa valorisation et de sa gestion du capital. La structure de ce rapport est établie selon la structure prévue à l’annexe XX des Actes Délégués. Il reprend donc le plan type prévu dans le règlement européen sur les actes délégués :

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 3

II- S YNTHESE Activité et résultats La mutuelle dénommée SOLIDARITÉ MUTUALISTE DE L’ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS ET SALARIÉS DE FRANCE sous le sigle SMATIS FRANCE est une personne morale de droit privé à but non lucratif régie par les dispositions du livre 2 du code de la mutualité, exerçant principalement des opérations d’assurance accidents et maladie, des engagements dépendant de la durée de la vie humaine, versant un capital en cas de mariage ou de naissance d’enfants, faisant appel à l’épargne en vue de la capitalisation en contractant des engagements déterminés, et acceptant des engagements mentionnés ci-dessus en réassurance. A titre accessoire ; elle assure la prévention des risques accidents et maladie, ainsi que la protection de l’enfance, de la famille, des personnes âgées, dépendantes ou handicapées et met en œuvre diverses actions sociales. Les contrats Santé individuels représentent 59,2% du chiffre d’affaires réalisé en 2016, suivis des contrats Santé collectifs (39,9%) et des contrats Prévoyance individuelle (1,0%). Selon les garanties couvertes, ces contrats sont répartis en groupes de risques homogènes et affectés aux différentes lignes d’activités réglementaires définies par la directive Solvabilité II. En 2016, la performance de souscription de SMATIS FRANCE, brute de réassurance, a reculé (-2,1 M€) en raison du marché très concurrentiel lié à l’ANI. Les traités de réassurance ayant un impact limité sur les comptes, la performance de souscription nette de réassurance marque une détérioration de -1,6 M€. Sur le volet financier, l’encours des placements en valeur nette comptable diminue de 2,2 M€. Les produits financiers nets de la mutuelle reculent de 0,3 M€. Système de gouvernance SMATIS FRANCE est une mutuelle dont l’AMSB est constitué par les membres de son Conseil d’Administration et ses dirigeants effectifs qui sont le président du conseil d’administration et le directeur général. Les membres de l’AMSB ainsi que les responsables des quatre fonctions clés répondent aux exigences en matière de compétences et d’honorabilité. La politique de rémunération en place au sein de la mutuelle répond aux attentes règlementaires. SMATIS FRANCE est sujette à des risques financiers, des risques assurantiels et des risques opérationnels. La mutuelle a défini un cadre de gestion des risques qui permet d’identifier, d’évaluer et de maîtriser ces risques grâce à une gouvernance appropriée, des processus et des contrôles formalisés dans des politiques écrites, parmi lesquelles la politique générale de gestion des risques, la politique de gestion des risques financiers, la politique de souscription, la politique de provisionnement, la politique de réassurance, la politique de gestion des Risques opérationnels. SMATIS FRANCE procède à l’évaluation de son besoin global en solvabilité, à la vérification du respect permanent des exigences de capital et de celles concernant les provisions techniques, et la mesure dans laquelle le profil de risque de la mutuelle s'écarte des hypothèses au travers un processus ORSA qui est intégralement conduit au moins une fois par an. SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 4

En ce qui concerne le contrôle interne et la conformité, l’audit interne et la fonction actuarielle, la gouvernance, les objectifs et les processus déployés dans l’entité sont formalisés dans des politiques écrites qui sont revues et validées par l’AMSB tous les ans. Profil de risque La mutuelle évalue ses risques de souscription, de marché, de crédit et son risque opérationnel par la formule standard. En complément, La mutuelle procède à l’identification et l’évaluation d’autres risques majeurs dont le risque de liquidité. En plus de ces évaluations, La mutuelle procède à des analyses de scénarii et des mesures de sensibilités pour tester la survenance de situations défavorables. Ces analyses permettent à la mutuelle de définir un système de limites et de surveillance des expositions à ces différents risques. Parmi les différents risques auxquels La mutuelle est sujette, le risque le plus important est la souscription santé non vie et dont le SCR représente 53% de la somme des catégories de risques avant diversification (hors risque opérationnel). Ce risque est principalement basé sur le volume et la volatilité des montants de provisions techniques et de cotisations de La mutuelle. En 2016, ce risque a évolué de 12,7% par rapport à 2015, principalement en raison de l’augmentation des montants de cotisations (+7,5% sur les primes acquises entre 2016 et 2015 et 5,5% entre le budget 2017 et le réalisé 2016) et des provisions associées. Valorisation à des fins de solvabilité Conformément à l’article 10 des règlements délégués, SMATIS FRANCE respecte pour l’évaluation de ses actifs et de ses passifs la hiérarchie des méthodes de valorisation, à savoir : 1) Par défaut, la Mutuelle valorise les actifs et les passifs en utilisant un prix coté sur un marché actif pour les mêmes actifs ou les mêmes passifs. 2) Lorsqu’il n’est pas possible d’utiliser un prix coté sur un marché actif (c’est à dire respectant les critères du marché actif au sens des normes comptables internationales en vertu du règlement (CE) n°1606/2002) pour les mêmes actifs ou les mêmes passifs, SMATIS FRANCE valorise les actifs et les passifs selon un prix coté sur un marché actif pour des actifs et des passifs similaires, en effectuant des ajustements pour tenir compte des différences. Ces ajustements reflètent les facteurs spécifiques à l’actif ou au passif. 3) Lorsque les deux méthodes précédentes ne peuvent être appliquées, SMATIS FRANCE utilise des méthodes de valorisation alternatives : a. Une approche de marché portant sur des actifs ou des passifs similaires. b. Une approche par revenus c. Une approche par les coûts ou par le coût de remplacement actuel. 4) Dans le respect du principe de proportionnalité énoncé à l’article 29, paragraphes 3 et 4 de la Directive 2009/138/CE, SMATIS FRANCE dispose de la possibilité de valoriser un actif ou un passif en retenant sa valeur dans les comptes sociaux.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 5

Avec ces méthodes, le total du bilan est de 92,8 M€ en norme Solvabilité II, contre 85,7 M€ en norme comptable française. Gestion du capital Le dispositif de gestion des fonds propres vise à garantir l’adéquation du montant de capitaux propres de SMATIS FRANCE avec le développement de son activité. La mutuelle doit au minimum générer, via ses résultats, les fonds propres nécessaires à sa croissance, prévue dans le plan d’affaires. Les fonds propres de SMATIS FRANCE sont exclusivement constitués d’éléments de fonds propres de base de niveau 1, non restreints. Leur montant diminue en 2016, par rapport à l’exercice précèdent, tandis que le capital de solvabilité requis de la mutuelle, calculé en application de la formule standard, est stable entre les deux années. Le ratio de couverture du capital de solvabilité requis par les fonds propres éligibles, qui en résulte, s’établit à 278% contre 311% à la clôture de l’exercice précèdent. Le ratio de couverture du minimum de capital requis par les fonds propres éligibles de SMATIS France est de 1 111% contre 1 243% à la clôture de l’exercice précèdent.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 6

A.

A CTIVITES ET RESULTAT A.1

A CTIVITE

I N F O RM A T I ON S G E N E R A L E S La mutuelle dénommée SOLIDARITÉ MUTUALISTE DE L’ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS INDÉPENDANTS ET SALARIÉS DE FRANCE sous le sigle SMATIS FRANCE (appelée la « mutuelle » dans le reste du document) est une personne morale de droit privé à but non lucratif régie par les dispositions du livre 2 du code de la mutualité. Depuis sa création en 1943, le siège de la mutuelle est situé à Angoulême (Charente) 6, rue du Piave. La mutuelle est inscrite sous le numéro de SIREN 781 166 293. La mutuelle détient les agréments suivants : Branches

Date d'agrément

Date de publication

Dispense

Branche donnée en garantie

01

Accidents

01/09/2003

12/09/2003

Non

02

Maladie

01/09/2003

12/09/2003

Non

20

Vie-Décès

01/09/2003

12/09/2003

Non

RNM du garant

Branche prise en garantie

Table 1 : Liste des agréments L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, 61 Rue Taitbout, 75009 Paris) est l’organisme en charge de son contrôle financier. Les Commissaires aux comptes titulaires sont GROUPE EXPERTS CONSEILS représenté par Monsieur Michel DAMPERAT et AUDICO représenté par Monsieur Patrick CRUCHON.

F ILI A LE S

D E LA M U T U E L L E

Au 31 décembre 2016, la mutuelle détient les entreprises ci-dessous : Filiales

Activité

% de détention

SC DU PIAVE

Société Civile Immobilière

99,99%

SMATIS INNOVATION

Société de courtage

99,99%

GIE SMATIS

Groupement d’Intérêt Economique

70,00%

Table 2 : Entreprises détenues par la mutuelle

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 7

A CT IV I T E S

D E LA M U T U E L LE

En vertu de l’article 3 du titre Ier de ses statuts, la mutuelle exerce les opérations d’assurance suivantes : -

A titre principal :

-

o

Couvrir les risques de dommages corporels liés à des accidents ou à la maladie ;

o

Contracter des engagements dont l’exécution dépend de la durée de la vie humaine, verser un capital en cas de mariage ou de naissance d’enfants, faire appel à l’épargne en vue de la capitalisation en contractant des engagements déterminés ;

o

Avec la possibilité d’accepter les engagements mentionnés ci-dessus en réassurance.

A titre accessoire : o

Assurer la prévention des risques de dommages corporels liés à des accidents ou à la maladie, ainsi que la protection de l’enfance, de la famille, des personnes âgées, dépendantes ou handicapées ;

o

Mettre en œuvre une action sociale ou gérer des réalisations sanitaires, sociales ou culturelles.

La mutuelle couvre pour l’ensemble des risques supra 88 103 adhérents au 31.12.2016 contre 78 131 en 2015. Le nombre de personnes protégées à fin 2016 s’élève à 145 236 (127 946 à fin 2015). En 2016, la mutuelle a lancé neuf nouvelles gammes de garanties complémentaires santé individuelles ou issues d’une Convention Collective Nationale, hors garanties sur-mesure proposées aux entreprises. La mutuelle s’appuie sur un réseau de distribution de collaborateurs dédiés à la relation avec ses adhérents et clients. La mutuelle fait de l'accessibilité un de ses engagements : sur www.smatis.fr, dans ses agences, ou encore au travers de son centre d'appels téléphoniques, installé au siège de la Mutuelle. Au 31 décembre 2016, le chiffre d’affaires hors taxes issu des affaires directes de la mutuelle s’établit à 90,6 M€ et se décompose de la manière suivante : En milliers d’euros

Primes acquises

Poids

Risques Non-Vie Individuels

53 656

59,2%

Risques Non-Vie Collectifs

36 138

39,8%

868

1,0%

Risques Vie Total

90 662

100,0%

Table 3 : Segments significatifs Au cours de l’année 2016, SMATIS FRANCE a vu son volume de cotisations augmenter de 6,3 M€, soit une évolution de +7,4%. Cette évolution est principalement due à : 

une augmentation significative du segment collectif, fruit de la nouvelle stratégie commerciale amorcée fin 2014,

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 8



une augmentation liée à l’impact des aides complémentaires santé (ACS) après diminution par les effets de l’ANI sur les contrats individuels.

En norme Solvabilité II, ces différents produits sont répartis en groupes de risques homogènes, selon les garanties qu’ils incluent, et affectés à des lignes d’activités réglementaires, principalement : En milliers d’euros

Primes acquises

Non-Vie - Assurance des frais médicaux Vie - Assurance vie avec participation aux bénéfices Total

Poids

89 794

99,0%

868

1,0%

90 662

100,0%

Extrait du tableau S.05.01 Primes, sinistres et dépenses par ligne d’activité, en annexe quantitative du présent rapport Table 4 : Lignes d’activités réglementaires Solvabilité II significatives Une correspondance existe entre les produits commercialisés par la mutuelle, les segments auxquels ces produits sont attachés et les lignes d’activité réglementaires Solvabilité II, exploitées dans la production des calculs et états prudentiels1. La notion de segment est un axe d’analyse utilisé par La mutuelle aux fins de pilotage de son activité.

1

Cf. Annexe Quantitative

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 9

A.2 P E R F OR M A N CE

R ESULTAT

DE SOUSCRIPTION

D E S OU S C RI P T I ON

En milliers d’euros

2016

Primes acquises Vie Non-Vie Charges des sinistres et provisions + Frais de gestion des sinistres Vie Non-Vie Autres charges techniques Vie Non-Vie Résultat technique brut Vie Non-Vie

2015

Var.

90 662

84 408

7,4%

868

904

-4,0%

89 794

83 504

7,5%

71 488

64 303

11,2%

704

731

-3,7%

70 784

63 572

11,3%

22 340

21 127

5,7%

88

89

-1,1%

22 252

21 038

5,8%

-3 166

-1 022

209,8%

76

84

-3 242

-1 106

-9,5% 193,1%

Table 5 : Résultats de souscription Comme indiqué précédemment, le chiffre d’affaires affiche une progression de 7,4% et atteint 90,7 M€ à fin 2016. Cette croissance est portée par les activités en non-vie du segment collectif. La charge des prestations et des autres provisions et frais de gestion des sinistres augmente de 11,2% et s’établissent à 71,5 M€ à fin 2016. Cette augmentation provient essentiellement des activités en non-vie du segment collectif. Les autres charges techniques s’élèvent à 23,3 M€ à fin 2016, en augmentation de 5,7% par rapport à 2015 du fait de l’accroissement général du volume d’affaire (augmentation des frais de gestion variables), et plus particulièrement des commissions de courtage. Ainsi, le résultat technique brut passe de -1,1 M€ en 2015 à -3,2 M€ en 2016, soit une diminution de 2,1 M€.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 10

A.3 C OM P O SI T IO N

R ESULTAT

DES INVE ST ISSEME NTS

D U P O R T E F E U I LLE

Les activités exercées par la mutuelle l’exposent, par leur nature, à des risques sur de courtes périodes. En conséquence, la mutuelle investit une part importante de ses actifs dans des produits stables et de long terme : les produits de taux, des obligations d’Etats et d’entreprises principalement. Son portefeuille est également composé d’actions et de placements immobiliers qui en dynamisent la rentabilité, ainsi que d’autres actifs divers (parts de fonds communs de placement, liquidités …). Les investissements de la mutuelle ainsi répartis, sont ajustés en permanence au cours de l’année, au gré des évolutions du marché financier. VNC En milliers d’euros

Montant

Var / à 2015.

Poids

Classe d’actifs Actions

242

-38,6%

0,4%

54 685

3,9%

79,6%

OPCVM

8 214

-28,9%

12,0%

Immobilier

2 892

-5,4%

4,2%

Obligations

Participations

362

-43,6%

0,5%

Autres

2 281

413,7%

3,3%

Total

68 676

0,0%

100,0%

Table 6 : Composition des placements au 31.12.2016 En 2016, l’encours des placements en valeur nette comptable est resté stable, l’encaissement de revenus financiers a compensé les pertes de valeurs sur certaines lignes d’actifs et a permis de faire face aux besoins de liquidité sur l’activité assurantielle. Actions L’encours de la poche actions au portefeuille de la mutuelle est en baisse significative en 2016 du fait d’une réduction de l’exposition à ce risque. Produits de taux La valeur de la poche obligataire au sein du portefeuille de la mutuelle augmente en 2016 suite au réinvestissement des liquidités dégagées lors des ventes sur la poche OPCVM. En 2016, l’exposition sur les OPCVM obligataires a été réduite au profit de titres obligataires détenus directement. Immobilier En 2016, aucune acquisition d'immeuble n'a eu lieu.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 11

Autres Le développement de l’activité du collectif en gestion déléguée a eu pour conséquence une augmentation du montant des dépôts auprès des délégataires de gestion. Ces dépôts, anciennement classés en créances, ont été remontés dans les autres actifs pour un montant de 1,9 M€ en 2016.

R E S U LT A T

D E S A C T I V IT E S D E P L A C E M E N T En milliers d’euros Classe d’actifs Actions

Produits financiers nets 2016

2015

Var.

-13

89

1 973

2 147

OPCVM

0

0

0%

Immobilier

0

0

0%

Participations

0

0

0%

Autres

 0

0

0%

1 960

2 236

Obligations

Total

-114,6% -8,1%

-12,3%

Table 7 : Résultat des activités de placement (yc. Réserve de capitalisation) En 2016, les produits financiers nets de la mutuelle diminuent de 0,3 M€ par rapport à 2015, du fait de la diminution des rendements des obligations et des actions, de la diminution des amortissements des surcotes/décotes et de l’augmentation des intérêts débiteurs.

A.4

R ESULTAT

DES AUTRE S ACTIVITES

La mutuelle n’exerce pas d’activité, en dehors de ses métiers de souscription et de placement, qui génèrerait des produits et dépenses significatifs. Les activités annexes représentent 0,7% des activités de souscription.

A.5

A UTRES

INFORMATIONS

Aucune autre information importante concernant l’activité n’est à noter.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 12

B.

S YSTEME DE GOUVERNANCE B.1

I NFORMATIO NS GENERALE DE L ’ ENT IT E

GENERALES SUR LE SY STEME DE GOUVERNANCE

La gouvernance de SMATIS France est fondée sur la complémentarité entre des instances représentant les adhérents (Assemblée Générale, Conseil d’Administration), des administrateurs élus chargés de missions permanentes (au premier desquels figurent le président du Conseil d’Administration et le Comité d’audit depuis l’ordonnance n°2008-1278 de décembre 2008 sur le contrôle légal des comptes) et des directeurs salariés choisis pour leurs compétences techniques et managériales. Le système de gouvernance de SMATIS France, a été mis en place en conformité avec les articles 41 à 49 de la directive cadre Solvabilité 2, transposés aux articles L.114-21, L.211-12 à 14 du code de la mutualité et détaillés dans les articles 258 à 260, 266 à 275 des actes délégués.

LE

S Y S T E M E D E G OU V E RN A N CE , SE P A RA T I ON D E S RE S P ON S A B IL IT E S

IM P LI C A T I O N D A N S LE S O P E R A T I ON S D E L ’ E NT RE P R IS E

( COM IT E S )

ET SON

Dans cette partie sont décrites les principales missions régaliennes des différentes instances de la Mutuelle. Pour leur part, les principales missions et responsabilités des fonctions-clés sont exposées au chapitre B3 Processus d’intégration dans la structure organisationnelle et dans les prises de décision (y compris gestion des risques) Il n’y a pas eu de changement important du système de gouvernance au cours de la période de référence. Il n’y a eu aucune transaction importante conclue durant l’exercice avec les personnes exerçant une influence notable sur l'entreprise ou des membres de l’organe d'administration, de gestion ou de contrôle de l'entreprise. L’adéquation du système de gouvernance par rapport à la nature, l'ampleur et la complexité des risques inhérents à l’activité de la mutuelle est évaluée selon les principes décrits dans la section relative au « RESPECT DE LA POLITIQUE POUR LES MEMBRES DU CONSEIL D’ADMINISTRATION ET DES DIRIGEANTS EFFECTIFS » du chapitre B2 du présent document. 

Présentation des acteurs de la gouvernance

Plus particulièrement, au sein de SMATIS France, le système de Gouvernance est constitué de :  La gouvernance politique assurée au travers de différentes instances et qui par le biais du Conseil d’Administration définie et valide les orientations et donc la stratégie de la Mutuelle, et ce généralement sur la base de propositions préalablement débattues au sein d’une émanation du Conseil d’Administration : le Bureau. Le Conseil d’Administration suit l’effective mise en œuvre de ces orientations.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 13

 La gouvernance opérationnelle qui a pour mission au travers de ses différents organes de mettre en œuvre la stratégie préalablement définie et validée par la gouvernance politique. Le Directeur Général en tant que Dirigeant opérationnel ayant à charge de reporter de la bonne application de l’ensemble à la gouvernance politique. Le maillage entre les 2 niveaux de gouvernance est assuré par la Direction Générale (Dirigeant opérationnel). Les dirigeants effectifs (Président et Dirigeant opérationnel) mettent en œuvre la stratégie définie et peuvent engager la mutuelle auprès de tiers. Dans le respect du principe des quatre yeux, les dirigeants effectifs dirigent effectivement la Mutuelle. Le système de gouvernance se présente comme suit : Gouvernance politique ASSEMBLEE GENERALE (Représentant les adhérents)

Commission financière

CONSEIL D’ADMINISTRATION (Administrateurs + Direction Générale)

COMITE D’AUDIT

BUREAU

Fonctions clés Audit interne

DIRECTION GENERALE Gestion des risques Comité de souscription Comité de Direction Comité Projets

Comité d’ engagements

Conformité

Comité de qualité des données

Comité s de pilotage

Actuariat Comité incidents Comité s de suivi des risques

Gouvernance opérationnelle

Effectif à partir de 2017 Le processus décisionnel est décrit ci-après au travers de la description et des missions des instances de gouvernance :

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 14

1.1.1. Description des organes de Gouvernance Politique Assemblée Générale Le périmètre d’intervention, les responsabilités et les modalités de fonctionnement de l’Assemblée Générale sont conformes aux dispositions du code de la mutualité et aux statuts de la Mutuelle :  Approuver les différents rapports (rapports de gestion, solvabilité, ...) et les comptes (rapports sur les comptes annuels, comptes consolidés, conventions réglementées, ...),  Procéder à la nomination des administrateurs,  Etudier et voter les évolutions majeures Les résultats des votes et les décisions de l’Assemblée Générale sont communiqués annuellement à l’ensemble des adhérents. Conseil d’Administration Le périmètre d’intervention, les responsabilités et les modalités de fonctionnement du Conseil d’Administration sont conformes aux dispositions du code de la mutualité et aux statuts de la mutuelle. Le Conseil d’Administration a un rôle décisionnel. Il est chargé de définir et valider les orientations stratégiques de la mutuelle sur la base de propositions préalablement débattues au Bureau. Enfin, il veille par l’intermédiaire de ce dernier à la bonne application de cette stratégie. Ses principales missions et responsabilités sont d’examiner et d’approuver :  la politique stratégique et le Business plan associé,  la politique d’offre / tarification  le budget, la stratégie de placements et l’arrêté des comptes,  les principales politiques écrites ( Sous Traitance/externalisation- Gestion des Risques …) Les membres qui le composent sont élus pour 6 ans par l’Assemblée Générale. Conformément à Solvabilité 2, ils fournissent chaque année, la preuve de leurs compétences, expérience professionnelle et honorabilité à l’Autorité de Contrôle. Comme le code de la mutualité et les statuts l’y autorisent, le Président et le Conseil d’Administration délèguent au Directeur Général un certain nombre de leurs pouvoirs. Bureau Le Bureau est composé d’un groupe de 7 administrateurs dont le président et les vice-présidents, il trouve son origine dans les statuts de la mutuelle. Le Directeur Général de la mutuelle assiste aux réunions du Bureau en tant qu’invité. Ses principales missions et responsabilités sont de :  Préparer et exposer les dossiers à soumettre au Conseil d’Administration  Procéder au suivi des décisions prises par le Conseil d’Administration,  Assurer le suivi de la mise en œuvre de la stratégie de la Mutuelle Commission financière Cette commission est mandatée et placée sous la responsabilité du Conseil d’Administration. Elle est constituée de membres permanents que sont le Président du Conseil d’Administration, le 1er VicePrésident, le 2nd Vice-Président, le Trésorier ainsi que le Trésorier adjoint. Le Directeur Général assiste de droit à ces réunions et le Directeur Administratif et Financier en est l’invité permanent en tant que personne qualifiée. Créée en vertu des dispositions de l’article 223-2 des Statuts de la Mutuelle, sa principale mission et responsabilité est de déterminer les orientations de la mutuelle en matière de placements financiers. SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 15

Cette commission se réunit au moins une fois par mois et a pour principales attributions de :  Choisir les intervenants financiers sur la base d’un cahier des charges et à partir d’un appel d’offre,  Définir les allocations stratégiques en adéquation avec la gestion actif/passif et la réglementation et en regard de l’appétence au risque validée par le Conseil d’Administration lors de la présentation du budget et du Business plan,  Suivre les investissements réalisés et leurs performances par rapport aux objectifs fixés ainsi que la bonne application des règles définies au travers du mandat de gestion,  Définir et suivre le budget de Trésorerie pour s’assurer de la maîtrise opérationnelle du risque de liquidité Comité d’Audit Les modalités de fonctionnement, le champ de ses attributions, sa composition ainsi que ses moyens d’investigations sont retranscrits au travers d’une charte validée par le Conseil d’Administration en date du 31/01/2014 et plus spécifiquement précisés au B3 Processus d’intégration dans la structure organisationnelle et dans les prises de décision (y compris gestion des risques). Ce comité est composé d’au moins 3 membres (autres que le Président du Conseil d’administration et le Trésorier) choisis parmi les membres du Conseil d’Administration et sur des critères précisés par la charte, à savoir : -

-

Des critères d’indépendance (absence de lien avec la Direction, le contrôle interne et la conformité ainsi qu’avec les commissaires aux comptes ou tout autre prestataire pouvant compromettre leur liberté de jugement), devant permettre l’absence de conflit d’intérêt. Des critères de compétences leur permettant de remplir les missions afférentes au Comité. 1.1.2. Organes de Gouvernance Opérationnelle

Direction Générale Le Directeur Général est nommé par le Conseil d’Administration, et assiste de droit aux réunions du Conseil d’administration, aux réunions du Bureau et de la Commission financière. Dans le cadre de ses fonctions, le Directeur Général de la Mutuelle agit dans le cadre de délégations qu’il a reçues du Président et du Conseil d’Administration et de sous délégations qu’il a consenties à certains salariés de la mutuelle. La Direction Générale a pour principales missions et responsabilités de :  Faire appliquer la stratégie de la mutuelle validée par le Conseil d’Administration,  D’assurer la direction du personnel,  De définir et faire appliquer l’ensemble des procédures et des actions permettant d’atteindre les objectifs annuels (en particulier le business plan)  Rendre compte régulièrement au Conseil d’Administration du suivi de l’effective mise en œuvre de la Stratégie (état d’avancement, atteinte des objectifs, exercice de délégation, …) Pour conduire sa mission, elle s’appuie sur les instances propres à la gouvernance Opérationnelle ainsi que sur les Directions et services existants au sein de l’entreprise. Les Comités de pilotage SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 16

Le Comité de Direction Le Comité de Direction réunit à fréquence régulière le Directeur Général ainsi que les Directeurs opérationnels de la mutuelle (Direction Commerciale, Direction Administrative et Financière et Direction des Systèmes d’Information). Ce comité est une instance de réflexion, de suivi et de décision et a pour objet principal :    

La réflexion stratégique à soumettre au Conseil d’Administration, La déclinaison opérationnelle de cette Stratégie en plans d’actions ou projets, De s’assurer de l’adéquation des moyens financiers pour y répondre (financier, humain, …) La mise en œuvre, le suivi et le pilotage du déploiement de la Stratégie de la Mutuelle,

A ce titre, il participe directement au processus de déclinaison et de suivi de la stratégie de la mutuelle par les Directions opérationnelles qui reportent au comité de l’avancement, des risques et des éventuelles problématiques rencontrées. Ce Comité permet au Directeur Général d’assurer un pilotage de l’ensemble. Le Comité de projets Les principales missions afférentes à ce Comité sont le suivi et la revue des projets. Sur la base du reporting qui en est fait, le Directeur Général s’assure que l’ensemble des projets sont pilotés et suivis opérationnellement ; toute dérive ou identification de risque porté par un projet est remontée vers la Direction Générale ou en Comité de Direction pour prise en compte. Les Comités opérationnels de suivi des risques Le Comité de souscription Le comité de souscription est un acteur central de la gestion des risques SMATIS. Il est composé de responsables opérationnels ou fonctionnels, et se réunit à fréquence régulière ou en fonction d’évènements générateurs (nouvelles offres, demandes d’habilitations de courtiers ou délégation de gestion…) Il reporte au Comité de Direction. Son périmètre d’intervention et ses missions en termes d’encadrement des risques sont précisés en B3 Processus d’intégration dans la structure organisationnelle et dans les prises de décision (y compris gestion des risques) Le Comité d’engagement Le comité d’engagement a pour objectifs de réaliser un premier arbitrage dans le respect de la politique de souscription de la Mutuelle. Dans le cadre de cette politique, le Comité d’engagement est sollicité pour toutes les demandes qui sortent des standards énoncés dans la politique (conditions de souscription, réponses aux appels d’offres, commissionnement du courtage...) Le comité d’engagement a un rôle d’acceptation de certains risques financiers issus de ces demandes dont il identifie et mesure les impacts et les accepte au regard de la déclinaison de l’appétence aux risques de la Mutuelle. Le Comité de qualité des données A partir de l’année 2017, le comité de qualité des données de la Mutuelle se réunira à la fin de chaque phase de calcul Solvabilité 2 pour revoir les processus d’alimentation, de calculs et la qualité des données via la soumission des rapports des différentes parties prenantes. SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 17

Lors du comité, les incidents et anomalies survenus et les plans d’actions définis seront actés et validés. Le Comité incidents Le comité incidents, sous la responsabilité du Responsable Gestion des Risques, a pour missions de s’assurer que les incidents opérationnels reportés font l’objet de plans d’actions suivis. Le comité est composé des représentants des Directions opérationnelles, de la Conformité. Ce Comité incidents se réunit à fréquence régulière, un reporting est assuré à minima annuellement vers la Direction Générale. En cas d’arbitrage nécessaire, d’insuffisance des moyens mis en œuvre ou de risque identifié, le responsable du Comité peut s’adresser directement à la Direction opérationnelle concernée ou à la Direction Générale pour y remédier.

LA

P OL IT IQ UE D E R E M UN E RA T I O N

Le Directeur Général bénéficie d’une participation aux régimes de prévoyance et au contrat retraite supplémentaire, au même titre et au même niveau de garanties que l’ensemble des salariés de la Mutuelle. Seuls les salariés ayant une activité commerciale bénéficient d’un intéressement aux résultats de leur segment basé sur le volume d’adhésions réalisé. Cette part variable représente, en moyenne, 25 % de la rémunération globale des commerciaux composée d’une rémunération mensuelle fixe, d’avantages en nature et de la participation aux régimes de prévoyance et au contrat retraite supplémentaire.

B.2

E XIGENCES

DE COMPE TENCE ET D ’ HONOR ABILITE

Conformément aux obligations découlant de la loi bancaire de 2013 ainsi qu’à l’article 42 de la directive cadre Solvabilité 2, transposées à l’article L.114-21 du code de la mutualité et développées aux articles 258 et 273 des actes délégués, l’ensemble des dirigeants et responsables de fonctions clés est soumis à une exigence double de compétence et d’honorabilité. SMATIS accorde une importance graduée à son niveau d’exigence en matière de compétences et d’honorabilité, conformément au principe de proportionnalité, qui se décline selon la complexité, la nature et l’envergure des activités, des domaines et des risques au sein desquels la personne évolue. Pour chaque acteur identifié comme tel par SMATIS, une preuve de la compétence est apportée par l’expérience professionnelle, les qualifications acquises ou les formations passées et futures. L’honorabilité se prouve par la présentation d’un extrait de casiers judiciaires. L’ensemble des dispositions relatives aux administrateurs est décrit dans la procédure de gestion des compétences de la gouvernance correspondante de SMATIS.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 18

D E S CR I P T I ON

D E S E X I G E NC E S D ’ A P T I T U D E S , D E C ON N A I S S A N CE S E T D ’ E X P E RT IS E

L’évolution des compétences constitue un prérequis pour assurer l’efficience et la pertinence de la gouvernance de SMATIS. Elle repose sur : 

Un périmètre d’application défini, avec une identification des membres qui composent le système de gouvernance et des responsables des fonctions clés. L’ensemble de ces acteurs sont impactés par les exigences d’aptitudes, de connaissances et d’expertise ;



Une procédure de « Gestion prévisionnelle des emplois et compétences » qui impacte notamment les responsables des fonctions clés et les membres du Comité de Direction.

L E RE S P E CT D IR IG E A N T S

D E LA P OL I T IQU E P OU R LE S M E M B RE S D U

C ON S E I L

D ’A D M I N IS T RA T I O N E T D E S

E F F E CT IF S

D’une part, l’évolution et le suivi des compétences se traduisent opérationnellement pour les administrateurs, par les mesures suivantes : 





Une identification des besoins particuliers de SMATIS, déclinée selon le principe de proportionnalité. Pour chaque rôle et chaque mandat, les exigences et niveau d’exigence définis sont établis par le Président et le Directeur Général, puis soumis à étude du Bureau et à validation du Conseil d’administration. Des programmes de formation continue sont définis annuellement par le Président et le Directeur Général afin de maintenir chaque membre à un niveau de compétence important, eu égard à leurs mandats, Des programmes de formations spécifiques d’intégration sont également définis par le Président et le Directeur Général, dans les cas d’arrivées d’un nouvel administrateur ou d’élection d’un nouveau membre du comité d’audit.

Ainsi : -

Les membres du conseil d’administration disposent collectivement de la compétence et de l’expérience nécessaires mentionnés à l’article L114-21 du code de la mutualité. Ces compétences concernent les activités d’assurance et de gestion financière, la stratégie de l’organisme et son modèle économique, son système de gouvernance, l’analyse comptable, statistique et/ou actuarielle, les techniques de contrôle interne et de gestion ainsi que le cadre règlementaire applicable à l’organisme. Cette exigence de compétence collective reste proportionnée à la nature, à la portée et à la complexité des garanties, des portefeuilles et des activités de SMATIS.

-

Les compétences individuelles de chaque membre du conseil d’administration, des dirigeants effectifs sont suivies et vérifiées à minima tous les 2 ans, ou lors de la mise à jour de la procédure de gestion des compétences de la gouvernance.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 19

LE

R E SP E CT D E L A P OL I T I QU E P OU R L E S R E S P O NS A BLE S D E S F O N CT I O NS - C LE S

D’autre part, l’évolution et le suivi des compétences des responsables des fonctions clés, s’appuient opérationnellement sur les éléments suivants : 

Un maintien à jour des référentiels de compétences



Une déclinaison des enjeux stratégiques de l’entreprise en application RH



La mise en place d’un plan de formation continue



Parallèlement à ces éléments, les responsables des fonctions clés suivent des formations /séminaires/conférences leur permettant d‘assurer un maintien de leur compétence.

D E S CR I P T I ON 

D U P RO CE S SU S D ’ A P P RE CI A T I ON D E LA C OM P E T E N CE E T D E L ’ HO N OR A B IL IT E

Processus d’appréciation de la compétence des administrateurs :

Sur la base des expériences professionnelles et/ou sociales antérieures, des formations suivies, des informations dispensées, de l’assiduité aux instances, le niveau d’acquisition des compétences du système de gouvernance SMATIS sera apprécié, par le Président et le Directeur général. Les processus d’appréciations et d’évaluations sont réalisés : -

A chaque sélection de nouveaux candidats Tous les 2 ans 

Processus d’appréciation de la compétence des responsables des fonctions clés :

L’appréciation de la compétence des responsables des fonctions clés est intégrée au processus de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences. Celui-ci se décline en 4 étapes : -

Mise à jour des référentiels « emploi et compétences » Gestion des compétences Gestion prévisionnelle des compétences Formation

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 20

B.3 P R O CE S SU S

S YSTEME

DE GESTION DES RISQ UES

E T P O L IT I QU E S D E G E ST I O N D E S RI S Q UE S

En application de l’article 44 de la directive cadre Solvabilité 2 et de l’article 259 des actes délégués, SMATIS a mis en place un système de gestion des risques. Le principal objectif du dispositif de Gestion des Risques mis en place au sein de SMATIS France est de permettre à la mutuelle de piloter ses risques, dans le respect des dispositions contenues dans la Directive Solvabilité 2. Il comprend :    

Des dispositifs d’identification des risques encourus par la mutuelle Des processus d’évaluation des risques ; Des mesures de contrôle et de maîtrise ; Des procédures de suivi et de gestion de ces risques lorsqu’ils sortent des limites d’acceptabilité.

Le système de Gestion des Risques de SMATIS France est décrit dans sa politique générale de Gestion des Risques.

P R O CE S SU S D ’ ID E N T I F I C A T IO N ,

M E S UR E , C ON T RO LE , GE S T I O N E T D E C LA R A T ION D E S RI S QU E S

La détermination du profil de risque de la Mutuelle emprunte tout ou partie de sa méthodologie aux processus de gestion des risques opérationnels et s’effectue selon 3 étapes :  Identification des risques  Evaluation des risques  Valorisation des risques L’identification des risques se fait au travers d’une approche par les processus, elle est complétée au regard de l’évolution de l’environnement (règlementaire, nouvelles activités…), ainsi que de tout nouveau type d’incident identifié sur une activité. L’évaluation du risque tient compte de l’impact potentiel de chaque risque et de sa probabilité d’occurrence. La Mutuelle tient compte des évolutions sur le périmètre de la gestion des risques (en particulier pour les risques jugés sensibles) au travers :   

de revues périodiques et du reporting du suivi et de l’analyse des pertes opérationnelles du suivi et de l’analyse d’ indicateurs-clés de risques prioritaires (limites de risques /KRI)

Ceci entraine une révision de l’évaluation des risques et de la mise à jour de la cartographie des risques en cohérence.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 21

P R O CE S SU S D ’ IN T E G RA T I ON D A N S LA S T RU CT U RE OR G A NI S A T I ON N E LLE D E CI SI ON ( Y COM P R I S F O NC T I ON GE S T I ON D E S R I S QU E S )

E T D A NS LE S P RI S E S D E

Le dispositif de Gestion des Risques de SMATIS France s’appuie au sein de l’entreprise sur 5 niveaux

Conseil d’Administration Direction Générale

Responsable Gestion des Risques

Correspondants Risques

Opérationnels

fonctionnels différents, comme c’est le cas pour le dispositif de Contrôle Interne : Chacun de ces niveaux fonctionnels remplit là aussi un rôle bien précis dans le dispositif de gestion des risques de la mutuelle et assume des responsabilités clairement établies.

Le pilotage s’appuie autour de 3 lignes de défenses : 

 

1ère ligne de défense : Opérationnels et Correspondants Risques, qui occupent un rôle essentiel dans l’identification et l’évaluation des risques liés aux activités, pour l’actualisation de la cartographie et pour le déploiement des contrôles destinés à maîtriser les risques identifiés. 2ème ligne de défense : La fonction Gestion des Risques, renforcée par les fonctions Actuariat et Conformité ainsi que par le Contrôle Interne 3ème ligne de défense qui est assurée par la fonction Audit Interne

Les missions, les rattachements et les compétences de chaque fonction clé permettent une garantie de la fiabilité des travaux d’évaluation, d’adéquation, de maîtrise et de suivi du plan de maîtrise des risques. Les fonctions clés interviennent en support du management dans l’élaboration et la mise au point des opérations de contrôle interne. Leur périmètre est décrit ci-après. Dans le cadre de la gestion des risques, l’ensemble des instances impliquées dans le système de gouvernance de la mutuelle contribuent au pilotage des risques dans les périmètres d’interventions et les niveaux fonctionnels qui sont les leurs.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 22

Ceci concerne tout à la fois : - l’AMSB, - différents Comités intervenant sur des périmètres permettant de gérer des risques spécifiques, - les Fonctions clés. Leurs contributions sont décrites ci-dessous : 

Le Conseil d’Administration

En tant qu’organe chargé de l’administration et de la gestion de la mutuelle, le Conseil d’Administration occupe un rôle central dans le dispositif de Gestion des Risques des organismes d’Assurance, conformément aux dispositions de la Directive Solvabilité 2. En termes de responsabilités, le Conseil d’Administration :



-

Suit régulièrement les risques substantiels auxquels la mutuelle est confrontée,

-

Approuve annuellement les politiques écrites concernant la gestion des risques

-

Sollicite s’il le juge nécessaire le Responsable Gestion des Risques sur les risques que peuvent faire naître les opérations stratégiques envisagées.

-

Définit et suit l’appétence aux risques de la Mutuelle

La Direction Générale

Mandatée par le Conseil d’Administration, la Direction Générale met tout en œuvre pour déployer au niveau opérationnel un dispositif de gestion des risques qui réponde aux attentes du Conseil d’Administration et qui soit conforme aux exigences réglementaires. En termes de responsabilités, la Direction Générale : -

-



Suit et évalue régulièrement ce dispositif, en s’appuyant sur le Responsable Gestion des Risques, et remonte au Conseil d’Administration les risques substantiels auxquels est soumise la mutuelle Soumet au moins une fois par an au Comité d’audit un rapport sur la gestion des risques

Les Comités du Conseil D’Administration o

Le Comité d’Audit

Par nature, le comité d’audit joue un rôle majeur dans le suivi du dispositif de gestion des risques, en s’appuyant sur les travaux de contrôle et d’audits internes. Le comité dispose de plusieurs sources d’information (cartographie des risques, rapport d’audit interne, diligences des commissaires aux comptes, …), pour apprécier toute déviance par rapport au cadre de tolérance défini par le conseil d’administration. Il s’assure ainsi de la convergence entre les diverses sources d’évaluations disponibles.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 23

o

La Commission Financière

Les fonctions de la Commission Financière en matière de gestion des risques sont les suivantes : -



Valider annuellement la Stratégie de gestion des risques financiers, avant présentation et approbation par le Conseil d’Administration Etre alertée en cas d’évolution défavorable du profil de risques financiers de la mutuelle Etablir et suivre les mandats de gestion signés avec les gestionnaires d’actifs

Les Comités opérationnels

o

Le Comité de Souscription

Le Comité de Souscription intervient principalement dans le cadre du risque de souscription. Il s’assure de la maîtrise des risques liés : - Aux Créations ou modifications majeures des offres existantes, - A la souscription de nouveaux risques : - A l’ouverture des codes courtiers, Il participe de même à la maitrise du Risque opérationnel au travers de l’habilitation des délégataires de gestion.

o

Le Comité d’engagement

Le comité d’engagement contribue par son activité à encadrer les risques de souscription encourus par la mutuelle en mettant en cohérence les efforts tarifaires avec les limites fixées par le Business Plan (tarif entreprise/ commissionnement..). o

Le Comité qualité des données

Le comité de qualité des données participe à la gestion des risques en contribuant à la détection de défaillances en matière de qualité des données. Bien que son périmètre actuel soit restreint aux données entrant uniquement dans les calculs de solvabilité 2, ses reporting contribuent à la remontée d’incidents opérationnels et à l’identification de nouveaux risques liés à la saisie ainsi qu’au cheminement des données au sein des services impliqués dans les calculs. o

Le Comité incidents

Ce comité, sous la responsabilité du Responsable Gestion des Risques, participe à la gestion des risques en reportant les incidents majeurs observés, en suivant les risques les plus prégnants et en s’assurant de la bonne maîtrise et adaptation des moyens de maîtrise associés à ces risques.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 24



Les Fonctions clés o La fonction Gestion des Risques   

 

Met en place le dispositif de Gestion des Risques à partir des orientations données par la Direction Générale et anime le réseau des « correspondants Gestion des Risques » Veille notamment à la mise en place et à la mise à jour régulière du « volet risques » de la cartographie opérationnelle des processus – Coordonne au moins une fois par an et pour le compte de la Direction Générale, le rapport relatif à la cartographie des risques, et participe à l’élaboration du rapport ORSA (coordonné par la fonction Actuariat). En coordination avec la fonction Actuariat, s’assure de la définition et du suivi de l’Appétence au risque sur les risques assurantiels, financiers et opérationnels, Vérifie que les risques pris sont conformes aux politiques et limites définies (cf. la « Politique ORSA » de SMATIS France), et que le cas échéant des actions correctrices sont engagées. Reporte de ces éléments au Dirigeant opérationnel

o

La fonction Actuariat

La fonction actuariat, telle que décrite à l’article 48 de la directive cadre ainsi qu’à l’article 272 des actes délégués, est en charge de : Coordonner le calcul des provisions techniques ; Contribuer à la mise en œuvre du système de gestion des risques (notamment dans le cadre de l’ORSA) et coordonner l’élaboration du rapport ORSA - Donner un avis sur la politique générale de souscription et sur l’adéquation des accords de réassurance. Au sein de SMATIS France, la fonction actuariat coordonne au moins une fois par an et pour le compte de la Direction Générale, le rapport ORSA destiné à être présenté au Conseil d’Administration. -

o

La fonction Audit Interne

La fonction audit interne concourt au pilotage des risques de la mutuelle en tant que responsable de la troisième ligne de défense du dispositif de gestion des risques. A ce titre, le plan d’audit interne et les audits réalisés ont pour objectifs de revoir les processus impactants, directement ou indirectement, la gestion des risques et leurs niveaux de maîtrise à toutes les échelles fonctionnelles et/ou métiers de l’organisme. Le rapport d’audit annuel synthétise sous formes de recommandations les constats observés en matière de gestion des risques et s’assure de leur bonne prise en compte au sein de l’organisme.

o

La fonction Conformité

La responsable Conformité est un Correspondant Contrôle Interne à part entière qui s’intègre dans le dispositif du contrôle interne et de la gestion des risques. Elle s’appuie sur le dispositif de contrôle interne pour s’assurer de la conformité. En termes de responsabilités, la responsable Conformité : SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 25



 



Identifie les domaines de l’entreprise devant faire l’objet d’une attention particulière en termes de conformité, notamment les processus auxquels elle doit nécessairement être associée ; elle s’intègre donc naturellement au process d’évaluation des risques et des moyens de maîtrise alloués. Fait mettre en œuvre une veille règlementaire avec identification des impacts. Au titre de la Conformité s’assure de leur prise en compte. Informe le Gestionnaire des Risques/ Contrôleur Interne des impacts de cette veille pour intégration de ces éléments, s’il y a lieu, dans le référentiel de Contrôle Interne et Gestion des Risques (identification et valorisation des risques, dispositif de contrôles/maîtrise approprié). Sensibilise les opérationnels sur les problématiques liées à la Conformité.

En cas de problèmes majeurs de conformité, la responsable Conformité peut saisir directement la Direction Générale et solliciter l’avis extérieur de tout expert qu’elle juge nécessaire de consulter

E V A LU A T I O N

D E S R IS QU E S

D E S CR I P T I ON

D U P RO CE S SU S

ORSA

SMATIS France, dans le cadre de sa mise en conformité à Solvabilité 2, a entrepris dès 2012 de définir une méthodologie d’évaluation de ses risques et de sa solvabilité. Les étapes principales de la démarche sont : -

Une identification du profil de risque de la mutuelle afin de couvrir tous les risques importants qui pourraient avoir une incidence sur le respect des engagements. Pour ce faire, l’identification passe par : -

La réalisation de la cartographie des risques ;

-

La réévaluation des risques de la formule standard si nécessaire ;

-

La détermination du capital ORSA pour couvrir ces risques; La dépendance entre les risques a été estimée et prise en compte dans le calcul du capital.

-

L’utilisation de stress tests pour s’assurer de la couverture du SCR dans le cadre du suivi continu de la solvabilité.

-

La projection du capital ORSA sur la base des hypothèses du Business plan (incidence de la Stratégie, des projections commerciales et de marge). Des stress tests sont effectués sur les hypothèses afin d’encadrer les résultats obtenus.

Toutes ces étapes sont menées à bien avec la participation du Comité de Direction pour en valider les hypothèses et évaluations retenues. Les résultats sont présentés au Bureau et au Conseil d’Administration. Le Conseil d’Administration approuve la politique d’ORSA et s’assure que le processus ORSA est adapté et mis en œuvre. Si nécessaire, le conseil d’administration demande, selon son jugement, de revoir et/ou corriger des hypothèses. SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 26

D E C LA R A T I ON

S U R L A FR E QUE N CE D ’ A P P R OB A T I O N D E L ’ E V A L U A T I ON I NT E RN E D E S RI S Q U E S

E T D E LA S OL V A B I LIT E P A R L ’AMSB

La réalisation et la validation de l’ORSA est effectuée au moins une fois par an.

P OL I T IQ U E D ’ I NV E S T I S S E M E N T S D E C LA R A T I ON

E X P LI QU A N T C OM M E N T L ’ E NT RE P R IS E A D E T E R M IN E S E S P R OP R E S B E SO I N S D E

S O LV A BI LIT E C OM P T E T E N U D E S ON P R OF IL D E R IS QU E A I N S I QU E D E S IN T E R A CT I ON S E NT RE LA G E S T I ON D E S E S F ON D S P ROP R E S E T S O N S Y S T E M E D E GE S T I O N D E S RI S QU E S

Le profil de risque de l’organisme a été construit à partir de la formule standard et en estimant un besoin global de solvabilité (risques non inclus dans la formule standard et analyse de l’horizon de projection pertinent.

I N F O RM A T I ON S

S UR LA G E ST I ON D U R I S QU E D E C R E D I T

La politique de gestion du risque de crédit de SMATIS France met en évidence les deux types de risques de crédit auxquels l’entreprise doit faire face dans le cadre de sa gestion financière : 

Risque de crédit reposant sur la qualité de signature des émetteurs du portefeuille obligataire, et risque de concentration par emetteur.



Risque de crédit sur le réassureur

Elle se base sur des indicateurs calculés : 

Par mandats de gestion, avec des limites de concentration par groupe d’émetteurs et par niveau de rating.



Par réassureur avec une limite globale de concentration

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 27

B.4 D E S CR I P T I ON

LE

SYST EME DE CONTROLE INTERNE

D U SY S T E M E D E C ONT R O LE I NT E R N E

P R IN CI P E S Le dispositif de Contrôle interne et de Gestion des Risques répond aux principes généraux suivants :     

O B J E CT I F S

pragmatisme et proportionnalité en regard de la taille de la mutuelle, de son organisation et de son activité Implication de l’ensemble des acteurs de l’entreprise Identification et spécification des responsabilités Séparation des activités opérationnelles, des activités de contrôles, dans la mesure du possible, Formalisation des dispositifs P OU R S UI V I S

Le principal objectif du dispositif de Contrôle Interne mis en place au sein de SMATIS France est de permettre à l’entreprise de s’assurer de la bonne conduite de ses opérations au regard : 

De la réglementation et des règles administratives en vigueur



De la stratégie qu’elle a décidé de mettre œuvre



Des « standards » définis pour la réalisation de ses opérations (processus, procédures, documents d’applications etc.…)



Des risques qu’elle supporte dans le cadre de son activité

Elle a aussi pour objectif de donner à la Direction Générale et au Conseil d’Administration les moyens de piloter et de gérer les risques inacceptables et pour lesquels aucune action corrective n’est prévue.

O R GA NI S A T I ON

GE N E R A L E D U C ON T RO LE I N T E R NE

D’une manière générale, le dispositif de Contrôle Interne repose au sein de l’entreprise sur 5 niveaux fonctionnels différents :     

le Conseil d’Administration la Direction Générale le Contrôleur interne les correspondants contrôle interne les opérationnels

Chacun de ces niveaux fonctionnels remplit un rôle bien précis dans le dispositif de contrôle interne de la mutuelle et assume des responsabilités clairement établies. De fait, cela induit l’implication au dispositif de l’ensemble des niveaux hiérarchiques de la mutuelle. SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 28

P E R IM E T RE

D U C ON T R O L E IN T E R N E

En terme de périmètre, le contrôle interne couvre l’ensemble des domaines considérés comme sensibles au travers des textes (Code de la Mutualité et Directive Solvabilité 2) et couvre notamment : 

La conformité o conformité des opérations au regard des dispositions réglementaires



Le pilotage de l’entreprise o s’assurer que la stratégie est clairement établie et mise en œuvre et que les grands équilibres de l’entreprise sont respectés



La comptabilité et la Gestion financière o garantir la qualité de l’information financière et sécuriser les processus



La Gestion et le financement des Risques o sécuriser les engagements de SMATIS France vis à vis des adhérents



Les Risques opérationnels (Gestion, management des moyens, des Systèmes d’informations, commercial etc. o sécuriser les modalités de réalisation des opérations



Les Risques relatifs à la protection de la clientèle o S’assurer de la bonne application de ces règles

Tout en couvrant en terme de Gestion des Risques, les risques liés à la souscription, à la gestion de l’actif/passif, aux investissements, aux liquidités, à la réassurance et l’ensemble des risques liés à l’opérationnel.

D E S CR I P T I ON

D E L A M I SE E N ΠUV RE D E LA F ON CT I ON C ON F OR M IT E

La conformité couvre deux domaines décrits au sein de la politique de conformité et de contrôle interne de la mutuelle : 

Conformité interne : Vérifier que les activités de SMATIS FRANCE sont menées selon les politiques et stratégies établies par les organes dirigeants



Conformité externe : Vérifier la conformité des opérations d’assurance : -

aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur (veille) ;

-

en vue d’assurer les règles de protection de la clientèle.

Il est à noter que plus spécifiquement, concernant les domaines relatifs à la Conformité, une organisation et des dispositifs spécifiques de suivis et d’encadrement participent à la maîtrise de la lutte anti blanchiment et de la protection des données personnelles (CNIL)

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 29

B.5

LA

FONCTION D ’ AUDIT INTER NE

La taille de SMATIS France ne permettant pas la création d’un service dédié, la fonction Audit interne est assurée par un auditeur interne, salarié du GIE UGO, et placé sous la responsabilité du Directeur Général. Cette fonction intervient suivant les modalités précisées dans le cadre de la charte d’Audit Interne de SMATIS et suivant le plan d’audit validé par le Comité d’Audit. Elle est totalement indépendante au regard des activités qu’elle évalue.

P OL I T IQ U E LA

E T P LA N D ’ A U D I T I NT E R N E

M I S S I ON D E L A F ON CT I ON A UD IT IN T E R NE

L’objectif principal de la fonction audit interne est de donner aux instances dirigeantes de SMATIS France une assurance raisonnable quant à la conformité et à la maîtrise des opérations et ce en : -

-

Identifiant et en contrôlant la maitrise des risques par une approche structurée et focalisée sur les enjeux de SMATIS France et de ses métiers ; Evaluant la pertinence et l’efficacité des processus par rapport à leur conformité avec les règles, normes, procédures, lois et réglementations en vigueur ; Evaluant la maitrise des processus opérationnels, fonctionnels et la réalisation des opérations au regard des préoccupations de l’organisation, en matière stratégique, opérationnelle et financière ; Détectant les éventuels dysfonctionnements et émettant les recommandations destinées à enclencher les actions correctives nécessaires, S’assurant de la mise en œuvre des recommandations (cf. plan d’audit).

O B LIG A T I O N

D E R E ND RE COM P T E

Dans le cadre de son obligation de rendre des comptes à la Direction générale et au Comité d’audit, l’auditeur interne est rattaché hiérarchiquement à la Direction générale et a une relation étroite et continue avec le Comité d’audit afin de garantir son indépendance. L’auditeur interne communique annuellement à la Direction générale et au Comité d’audit un rapport d’audit sur : -

Le niveau global de maîtrise des opérations et des problèmes significatifs relatifs aux processus de contrôle des activités de management des risques et de gouvernement d’entreprises et/ou des améliorations potentielles de ces processus ;

-

Le degré d’avancement et les résultats du plan d’audit annuel ainsi que sur le caractère suffisant des ressources du service.

P E R IM E T RE

D U P LA N D ’ A UD I T I NT E RN E

Le périmètre d’intervention de l’auditeur interne de SMATIS France s’étend à l’ensemble de l’organisation et de ses filiales. SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 30

Pour assurer une bonne exécution de sa mission et conformément à son indépendance, l’auditeur interne est responsable : -

D’élaborer un plan d’audit annuel en utilisant une méthodologie appropriée fondée sur les risques, couvrant tous les risques identifiés par le management et les préoccupations de celui-ci en matière de contrôle, et de soumettre ce plan, ainsi que ses mises à jour périodiques, à la Direction générale et au Comité d’Audit pour revue et approbation ;

-

De mettre en œuvre le plan d’audit annuel, tel qu’approuvé, incluant au besoin, les tâches et projets particuliers demandés par la Direction générale et le Comité d’Audit ;

-

D’effectuer le suivi de la mise en œuvre des recommandations ;

-

De considérer le champ d’intervention des auditeurs externes et des régulateurs, si cela est approprié, afin d’assurer une couverture d’audit optimale à un coût global raisonnable ;

-

De se coordonner avec les autres fonctions de contrôles et de supervision (gestion des risques, conformité, sécurité, aspects juridiques, éthique, environnement, audit externe) et de les surveiller ;

-

De veiller à ce que le personnel du service audit interne dispose, à tout moment, des connaissances, compétences, expériences et certifications professionnelles pour répondre aux exigences de la charte d’audit interne.

P OU V OIR

D E LE L A F O NC T ION A U D IT I NT E R N E

Dans le cadre de ses missions, l’auditeur interne de SMATIS France est autorisé à : -

Disposer d’un accès illimité à toutes les fonctions, dossiers, bases de données et à l’ensemble du personnel ;

-

Consulter en toute liberté le Comité d’audit et s’entretenir librement avec les membres du Comité d’audit ;

-

Allouer les ressources, déterminer les fréquences, sélectionner les thèmes, définir l’étendue des travaux et appliquer les techniques requises pour atteindre les objectifs de l’audit ;

-

Obtenir l’assistance nécessaire des salariés des unités de l’organisation où se déroulent les audits, ainsi que l’assistance d’autres services spécialisés internes à l’organisation ou externes, en fonction des budgets octroyés ;

SMATIS France est responsable de l’efficacité de son système de contrôle interne et des améliorations à y apporter si nécessaires. Par conséquent, l’auditeur interne de SMATIS France n’est pas autorisé à : -

Accomplir des tâches opérationnelles pour l’organisation ou ses filiales ;

-

Initier ou approuver des transactions comptables externes à la fonction d’audit interne ;

-

Mettre en œuvre des contrôles opérationnels ou des actions correctives, les Directions opérationnelles étant responsables de l’efficacité de leurs systèmes de contrôle interne ;

-

Diriger les activités de tout salarié de l’organisation ne faisant pas partie du service d’audit interne, sauf dans le cas où cet employé a été affecté de manière appropriée à l’équipe de l’auditeur interne ou a été appelé, d’une quelconque façon, à l’assister.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 31

INDEPENDANCE

D E LA F O N CT I ON A UD I T IN T E R NE

Pour garantir l’indépendance la fonction audit interne de SMATIS France : -

Le responsable de la fonction audit interne a un accès direct au Comité d’audit ; La démission ou le remplacement de l’auditeur interne doit être revu et soumis à l’approbation du Comité d’audit et de la Direction générale de SMATIS France.  

B.6 LA

LA

FONCTION ACTUARIELLE

M I S S I ON D E L A F ON CT I ON A CT U A RI E LLE

Au sein de SMATIS France, la fonction actuariat : -

Coordonne les travaux et établit le rapport de la fonction actuarielle ;

-

coordonne au moins une fois par an et pour le compte de la Direction Générale, le rapport ORSA destiné à être présenté au Conseil d’Administration ;

-

coordonne les travaux relatifs au Pilier 1 de Solvabilité 2.

La fonction actuariat est confiée au responsable du service Actuariat/Statistique.

LES

P R I NC I P A UX T R A V A U X D E L A FO NC T I O N A C T U A R IE L LE

Coordination des évaluations ORSA en lien avec la gestion des risques, les directions opérationnelles et la Direction Générale. Coordination des travaux du Pilier 1. Réalisation du premier rapport actuariel dans le cadre de Solvabilité 2. Ce rapport a porté sur : -

Le provisionnement : processus, gouvernance, qualité des données, évaluation La politique de souscription : processus, gouvernance, suffisance du tarif La politique de réassurance : processus, gouvernance, résultats de réassurance.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 32

B.7

LA

SOUS - TRAITA NCE

SMATIS France a défini ce qui est considéré comme relevant de la sous-traitance au regard des obligations liées à Solvabilité 2. Par conséquent, les critères permettant de qualifier la criticité des sous-traitants et le dispositif de suivi et contrôles correspondants ont été établis sous la responsabilité du service Contrôle interne et gestion des risques. Le dispositif de gestion des risques mis en œuvre pour les activités sous-traitées comprend formellement les éléments suivants : 

La description de la sous-traitance critique couverte par la politique de sous-traitance.



Un processus de sélection préalable des sous-traitants envisagés, afin de vérifier leur capacité à exécuter les services à externaliser et l’absence de conflit d’intérêt avéré ou possible.



La contractualisation formelle de la sous-traitance, avec notamment : o

les droits et obligations des parties,

o les termes et conditions, incluant des clauses de réversibilité permettant à Smatis d’internaliser les opérations ou de changer de sous-traitants sans affecter la qualité des prestations, o et imposant au sous-traitant de respecter les mêmes exigences de confidentialité et de sécurité des opérations que celles auxquelles SMATIS est soumise. 

La surveillance / le contrôle des prestations réalisées par le sous-traitant pendant toute la durée du contrat.

P E R IM E T RE

D E LA S OU S - T R A I T A N CE SP E C I F IQU E A

S O LV A BI LIT E 2

La sous-traitance de SMATIS France fait l’objet d’un dispositif de gestion des risques spécifiques dès lors qu’elle concerne des activités critiques ou des fonctions clefs du système de gouvernance au sens de la directive Solvabilité 2. Pour SMATIS, une sous-traitance est considérée comme critique dès lors qu’elle implique toutes activités ou fonctions clés pour mener à bien des activités de base assurantielle, c’est-à-dire, des activités2 : o o

Cœur de métier Significatives pour SMATIS

SMATIS France dispose à cet effet d’une liste des sous-traitants critiques agréés assortie d’une description des activités qui leurs sont déléguées.

2

Nota : une activité n’est pas critique lorsqu’elle se limite à la mise à disposition de ressources.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 33

R O LE S

E T R E SP O N SA BI LIT E S

Les principaux intervenants dans le processus de sous-traitance sont : -

Les métiers opérationnels, la cellule dédiée au suivi des Sous Traitants gestion et délégataires

-

Le Comité de Souscription,

-

Le Service Juridique/Conformité, ainsi que le Contrôle Interne et la Gestion des Risques,

L’ensemble des dispositifs afférents à la sous traitance et l’externalisation sont mis en œuvre dans le respect de la législation applicable ainsi que dans le respect des accords signés.

D E S CR I P T I ON

D E S S OU S - T R A I T A NT S CR IT I Q UE S

Les sous-traitants critiques ont été qualifiés comme tel car leurs activités affectent le cœur de métier de la mutuelle ou bien peuvent mettre en péril les opérations de la mutuelle en cas de défaillances. Gestion du tiers payant : Cela résulte d’un choix historique et stratégique d’externalisation du tierspayant dans un souci d’efficacité vis-à-vis des clients de SMATIS France. Délégataires de gestion : Au titre de l’évolution de sa politique commerciale conduisant au développement accru du courtage, SMATIS a estimé nécessaire d’intégrer les délégataires de gestion sur lesquels s’appuient les courtiers dans son périmètre de sous-traitants critiques. Sous-traitants SI : les systèmes d’information de la mutuelle reposent sur trois sous-traitants dont les activités sont externalisées dans un souci -

de continuité d’activité

-

de simplicité

-

de conservation des données stratégiques de la mutuelle (services d’hébergement)

Mandataire de portefeuille d’actifs : Cette externalisation résulte de l’expertise financière et technique détenu par les mandataires pour gérer des portefeuilles longs terme.

B.8

I NFORMATIO NS

SUPPLEMENTAIRES

Aucune information supplémentaire n’est à mentionner.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 34

C.

P ROFIL DE RISQUE

De par ses activités, ainsi que par l’environnement économique, concurrentiel et réglementaire dans lequel elle évolue, la mutuelle est soumise à de nombreux risques. En raison de nombreuses éventualités et incertitudes liées à ces risques, la mutuelle a formalisé des procédures et des contrôles qui lui permettent d’identifier et de gérer ses risques. Ces procédures et ces contrôles sont implémentés à la fois au cœur des processus opérationnels qui supportent les activités de la mutuelle, mais aussi dans des processus spécifiques dédiés à la gestion des risques. L’organisation de la gestion des risques est détaillée dans la section B.3 du présent document. Cette organisation fait ressortir que la mutuelle est soumise à des risques assurantiels (ou risque de souscription), des risques financiers (le risque de marché et le risque de crédit), des risques opérationnels et d’autres risques3 inhérents à l’activité et au développement de l’entité (risques qui ne sont pas compris dans le périmètre du modèle standard) qui font l’objet de processus particuliers. Une approche compréhensible de l’évaluation des risques par la formule standard conduit à la représentation suivante : SCR (Formule standard)

Autres Risques Significatifs6

Opérationnel

Marché

Crédit

Souscription Vie

Souscription Santé NSLT

Le profil de risque de la mutuelle est particulièrement marqué par les catégories de risque suivantes :  Risque de souscription santé  Risque de marché Le montant cumulé du SCR de ces catégories de risque représente 88 % de la somme de l’ensemble des catégories de risque (hors risque opérationnel). Si les risques décrits dans cette section entraînent des conséquences financières quantifiables, ces éléments sont reflétés dans la composition du SCR décrits dans la partie E.2 de ce document. En plus de calculer le SCR nécessaire pour couvrir le risque pris dans les conditions prévues de façon règlementaire, la mutuelle réalise régulièrement, dans le cadre de l’ORSA des tests de sensibilité afin de contrôler l’adéquation entre les protections prises et la possibilité que se réalisent des scénarios avec des risques supérieurs à ceux initialement anticipés.

3

Cf. section C6 – Autres risques

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 35

C.1 L’ E X P O S IT I ON

R ISQUE

DE SOUSCR IPTION

A U R I SQ UE D E S OU S C RI P T I O N

La description du profil des risques techniques liés à la souscription se fonde principalement sur la nature des garanties contenues dans les produits d’assurance commercialisés et le volume d’affaire correspondant. En ce qui concerne les garanties en Santé : Les produits concernent les risques de dommages corporels liés à des accidents ou à la maladie. L’une des principales responsabilités de la mutuelle dans le cadre de ses activités d’assurance est d’établir des réserves en cas de survenance d’un événement mettant en jeu une police d’assurance. Ces réserves doivent être suffisantes pour garantir le paiement du sinistre dans le futur. De plus, dans le cadre de ses activités d’assurance futures, la mutuelle doit également ajuster ses tarifs afin de s’assurer que le montant des primes futures permettra de couvrir le montant des sinistres à payer et les dépenses associées. Dans ce cadre, des provisions sur primes sont établies. Ces réserves doivent être suffisantes pour garantir le paiement des sinistres dans le futur. Toutefois, ces estimations sont essentiellement basées sur des hypothèses qui peuvent s’avérer différentes des observations a posteriori, notamment en cas de hausse de la fréquence ou de la sévérité des sinistres, en particulier si elle affecte les principaux portefeuilles de la mutuelle. Enfin, la survenance de catastrophes peut avoir des conséquences majeures sur les activités et les résultats actuels de la mutuelle. En ce qui concerne les garanties en Vie : L’activité de la mutuelle consiste en l’engagement de verser au souscripteur (ou à ses ayants-droit), une somme donnée à une date déterminée, par un événement particulier se rattachant à la vie de l’assuré ou à son décès. Ces produits concernent les garanties Temporaires Décès et Obsèques. La description du profil des risques techniques liés à la souscription se fonde principalement sur la nature des garanties contenues dans les produits d’assurance commercialisés et les risques associés : • Risque de mortalité : représentant la perte résultant d'une hausse des taux de mortalité, pour les polices pour lesquelles l'augmentation du taux de mortalité entraîne une augmentation de la valeur des passifs d'assurance, • Risque lié aux dépenses : représentant une évolution défavorable des dépenses engagées notamment dans le cas de hausse des frais de gestion des contrats d’assurance, • Risque de catastrophe : perte résultant de l'incertitude relatives aux hypothèses de fixation des prix et de provisionnement lié à des événements extrêmes ou irréguliers, notamment par les garanties liées aux catastrophes.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 36

• Autres risques : La mutuelle n’assurant que des garanties Temporaires Décès et Obsèques, les autres sous-modules de risques (révision, cessation, invalidité, et longévité) ne concernent pas la Mutuelle. Une approche compréhensible de l’évaluation des risques par la formule standard conduit à la représentation suivante : Risque de souscription 12,7 M€

Risque Vie 0,5 M€

Risque Santé NSLT 12,2 M€

Risque de mortalité 0,5 M€

Risque de dépenses 0,1 M€

Risque catastrophe 0,1 M€

Autres risques 0,0 M€

Risque de Prime et Réserve 12,1 M€ Risque de Catastrophe 0,4 M€

Il apparait donc que le risque de souscription de la mutuelle est principalement constitué par le risque de souscription santé, en particulier risque de prime et de réserve. Le montant cumulé du SCR de ces risques représente 96,0% de la somme du risque de souscription (hors diversification).

LA

C O N CE N T RA T I ON D E S E X P O S IT IO N S S U R LE S RI S QU E S D E S O U S CR I P T I ON

Concentration des expositions pour les risques en non-vie 

Pour le risque de réserve, la mutuelle établit ses réserves sur la base de la cadence de liquidation des prestations observée sur les périodes précédentes, pour les sinistres survenus et non déclarés.



Pour le risque de prime, le niveau de souscription sur lequel la mutuelle s’engage est concrètement représenté par le montant de primes.



Pour le risque de catastrophe, il concerne exclusivement le risque d’accident de masse. Ce risque est évalué par l’estimation du nombre d’adhérents dans un lieu public restreint.

Le montant du SCR pour chacun des 3 risques en non-vie est issu d’un calcul principalement basé sur les montants nets de réassurance des provisions techniques et des cotisations. Le tableau suivant fait apparaitre la valeur de ces indicateurs. SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 37

En milliers d’euros

2016

Best Estimate - Non-Vie - Assurance des frais médicaux Cotisations - Non-Vie - Assurance des frais médicaux

2015

Var.

7 515

7 332

2,5%

62 988

57 519

9,5%

Table 8 : Evolution des expositions pour le risque de souscription non-vie Leur évolution par rapport à N-1 est principalement caractérisée par l’augmentation du montant des cotisations de 9,5% (+5,5 M€) expliquée par la constance du taux de cession en réassurance en face d’une augmentation de 7,5% des cotisations bruts. Concentration des expositions pour les risques en vie De façon simplifiée, le niveau de souscription sur lequel la mutuelle s’engage, est représenté par le montant nets de réassurance de Best Estimate et celui des primes acquises nettes pour l’année. En milliers d’euros

2016

Best Estimate – Vie - Assurance vie avec participation aux bénéfices Cotisations – Vie - Assurance vie avec participation aux bénéfices

2015

Var.

3 337

3097

7,7%

868

904

-4,0%

Table 9 : Evolution des expositions pour le risque de souscription en vie Leur évolution par rapport à N-1 est principalement caractérisée par :  

LA

l’augmentation des Best Estimate : liée à l’augmentation de l’engagement de la mutuelle dû au vieillissement du portefeuille et à la baisse des taux d’actualisation la diminution des cotisations :  liée à une moindre souscription

S E N SI B ILIT E D E S E X P O S IT I ON S S U R LE S RI S QU E S D E S OU SC RI P T I O N

La mutuelle a réalisé des analyses de scenarios et des mesures de sensibilités afin de déterminer l’impact sur le niveau de SCR et de fonds propres en cas de survenance de tels scenarios. Ces analyses font ressortir que le scenario le plus défavorable serait la hausse du chiffre d’affaire de 20%, avec un impact négatif sur le ratio de solvabilité de la mutuelle, le ratio de solvabilité restant au-dessus des exigences règlementaires.

C.2 L’ E X P O S IT I ON

R ISQUE

DE MARCHE

A U R I SQ UE D E M A R CHE

Le risque de marché est le risque de perte qui peut résulter des fluctuations des prix des instruments financiers qui composent un portefeuille. Ce risque a, non seulement un impact sur la politique d’investissement de la mutuelle, mais aussi sur la valeur des engagements liés aux contrats d’assurance.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 38

Les risques qui composent le risque de marché sont les suivants : 



   

Le risque action, qui concerne tous les instruments / produits financiers : actions détenues en direct ou à travers des fonds investis en actions que la mutuelle détient dans son portefeuille d’investissement. Le SCR action est déterminé en mesurant la sensibilité de la valeur des actifs à une variation du prix des actions en investissement sur le marché. Le risque de taux, qui résulte de changements au niveau de la courbe de base des taux d’intérêts sans risque et de l’augmentation de sa volatilité. Il peut engendrer un écart défavorable si l’impact au bilan de la mutuelle est moins favorable à l’actif qu’au passif. Le risque immobilier, qui concerne la perte potentielle liée à la sensibilité de la valeur des actifs à une variation défavorable du marché immobilier. Le risque de spread, qui représente la perte que la mutuelle subirait en cas de dégradation de la situation de solvabilité d’une contrepartie obligataire. Le risque de change, qui mesure la sensibilité des actifs et des passifs à une variation des cours des devises différentes dans lesquelles sont enregistrés les actifs et passifs au bilan. Le risque de concentration, qui traduit le fait que la volatilité d’un portefeuille augmente avec sa concentration sur un même émetteur.

Parmi ces risques de marché, les risques les plus importants sont le risque de spread, le risque de taux et le risque action qui représentent 87,9% de la somme du SCR cumulé sur le risque de marché. A titre indicatif, la constitution du portefeuille d’actif de la mutuelle, et l’évolution des positions au regard de l’exercice précédent, peut être représenté par le tableau suivant : VM En milliers d’euros Actions

2016

Poids

2015

Poids

Var.

203

0,3%

343

0,5%

-40,8%

59 983

79,7%

58 042

76,7%

3,3%

OPCVM

8 201

10,9%

11 977

15,8%

-31,5%

Immobilier

4 078

5,4%

4 268

5,6%

-4,5%

357

0,5%

642

0,8%

-44,4%

Autres

2 408

3,2%

441

0,6%

446,0%

Total

75 230

100,0%

75 713

100,0%

Obligations

Participations

-0,6%

Table 10 : Evolution des investissements sur la période Ce portefeuille est composé majoritairement, à plus de 75%, d’obligations. Les montants des différentes positions par rapport à l’année précédente sont relativement stables. Elles sont principalement liées une politique d’investissement basée sur une allocation d’actif prudente sur 2016 au regard d’un contexte financier de taux bas.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 39

LA

C O N CE N T RA T I ON D E S E X P O S IT IO N S S U R LE S RI S QU E S D E M A R C HE

Le risque action La mutuelle investit plus de 7,5% de son portefeuille en actions ou équivalent (actions, part OPCVM actions et participations), soit 5,6 M€. La mutuelle investit une partie non négligeable de son portefeuille en actions (ou équivalent), ce qui l’expose à une baisse plus ou moins durable des marchés action qui est prise en compte dans l’appréciation de son risque action. En effet, la mutuelle pourrait enregistrer des moins-values latentes voire des dépréciations d’actifs. Les principales concentrations de son portefeuille action sont traduites par les représentations suivantes par zone géographique par un secteur d’activité4. En milliers d’euros

2016

Europe

En milliers d’euros 203

Industrie

140

Amerique

0

Technologie

Asie

0

Travaux Publics

Afrique

0

Océanie

0

Autres

0

Total

203

2016

63 0

Total

203

Table 11 : Répartition du portefeuille d’action Le risque de taux d’intérêt La mutuelle est exposée aux fluctuations de la courbe des taux d’intérêts du fait de la différence de sensibilité pour des chocs haussiers de taux entre ses expositions à l’actif (baisse de la valeur de marché des obligations) et au passif (baisse des montants des provisions techniques Best Estimate). Cette congruence est gérée, dans une certaine mesure, par des mécanismes de gestion d’actif / passif basés sur différents facteurs. Toutefois, le niveau de risque sur le portefeuille obligataire à l’actif est supérieur au gain lié à la baisse des provisions Best Estimate au passif du fait des montants en jeu. Cependant, la duration plus faible de l’actif par rapport au passif participe à une certaine maîtrise du risque de remontée des taux. Le tableau ci-dessous présente la synthèse de cet équilibre : En milliers d’euros

Duration

Montant

Var.

Actifs sensibles aux taux

3,41

59 983

3,3%

Passifs sensibles aux taux

5,53

10 852

4,1%

Table 12 : Comparaison Actifs vs Passifs sensibles aux taux d’intérêt

4

La répartition par secteur d’activité ne tient pas compte de la transparisation des OPCVM ni des participations

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 40

Le risque de spread Comme pour le risque de taux, la poche obligataire représente la part la plus importante du portefeuille d’investissement de la mutuelle. La mutuelle est soumise au risque de spread. Le tableau suivant montre la répartition du portefeuille par type d’obligation (Etat ou Entreprise) et par rating. Etat

Entreprise

En milliers d’euros

2016

BBB ou mieux

En milliers d’euros

11 799

Autres

0

Total

11 799

BBB ou mieux

2016 41 577

Autres

6 607

Total

48 184

Table 13 : Répartition du portefeuille d’obligation Par ailleurs, les obligations d’Etats notées AA ou mieux représentent 80% de cette catégorie. Le risque immobilier La valeur de marché des immeubles de la mutuelle représente une part mineure (5,4%) de son portefeuille d’actifs. Les placements pénalisés au titre du module de risque immobilier correspondent aux immeubles et bâtiments détenus par la Mutuelle. Au 31.12.2016, SMATIS France disposait du siège de la mutuelle pour une valeur de 2,3 M€ ainsi que deux sociétés civiles immobilières pour une valeur de marché globale de 1,8 M€. La valeur de marché de ces biens a été évaluée lors d’une expertise immobilière effectuée par un expert indépendant. Le risque de change Certains fonds détenus par la Mutuelle sont composés de placements indexés dans une devise étrangère, entrainant ainsi une exposition de la Mutuelle au risque de change. Toutefois, ces placements ne sont pas significatifs. En revanche, aucun engagement au passif n’est soumis aux variations des cours de change.

LA

S E N SI B ILIT E D E S E X P O S IT I ON S S U R LE S RI S QU E S M A RC HE

La mutuelle a réalisé des analyses de scenarios et des mesures de sensibilités afin de déterminer l’impact sur le niveau de SCR et de fonds propres en cas de survenance de tels scenarios. Ces analyses font ressortir les scenarios les plus sensibles suivants : -

Baisse de la valeur de marché des obligations de 20%

-

Baisse de la valeur de marché des actions de 20%

-

Baisse de la valeur de marché de l’immobilier de 20%

Le scenario le plus défavorables serait la baisse de la valeur de marché des obligations de 20%, avec une baisse du ratio de solvabilité de la mutuelle, celui-ci restant cependant au-dessus des exigences règlementaires. SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 41

LES

T E C H N I Q UE S D ’ A T T E N UA T I ON D E S R I SQU E S D E M A RC HE

Comme décrit dans la section B3 de ce document en relation avec le principe de personne prudente, la mutuelle a mis en place différentes politiques d’investissement visant à sécuriser sa gestion d’actif au regard du risque de marché, en particulier : -

les limites de risques utilisées (les allocations stratégiques d'actifs et les allocations tactiques d'actifs

-

les mandats passés avec trois sociétés de gestion

C.3 L’ E X P O S IT I ON

R ISQUE

DE CREDIT

A U R I SQ UE D E

CREDIT

La mutuelle fait face à un risque de crédit dans les cas où elle subirait un défaut de paiement d’un de ses partenaires d’affaires, de façon particulière :

LA

-

le défaut d’un réassureur ou d’un partenaire d’affaire (ex. : une banque…)

-

ou l’inexécution par un créancier de ses engagements (y compris les impayés de règlement de ses primes par un adhérent).

C O N CE N T RA T I ON D E S E X P O S IT IO N S S U R LE S RI S QU E S D E C R E D IT

En ce qui concerne le risque de défaut des réassureurs, le montant des expositions est légèrement supérieur à 3 M€ (en hausse de 23% par rapport à 2015), et réparti sur 3 réassureurs, dont le principal concentre plus de 99% des montants. En ce qui concerne le risque de défaut des autres partenaires d’affaire, le montant des expositions est de 250 K€, et réparti sur différentes banques dont les deux principales sont notées A et représentent 85% des montants des dépôts. En ce qui concerne le risque d’impayé des créanciers, le tableau suivant montre la répartition du montant des créances dont la date est dépassée depuis moins de 3 mois et depuis plus de 3 mois. En milliers d’euros

2016

Montant des créances échues depuis moins de 3 mois Montant des créances échues depuis plus de 3 mois Total Réassureurs

2015 7 608

8 295

89

225

7 697

8 520

Table 14 : Répartition des créances échues

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 42

LA

S E N SI B ILIT E D U R I S QU E D E

CREDIT

La mutuelle a réalisé des analyses de scenarios et des mesures de sensibilités afin de déterminer l’impact sur le niveau de SCR et de fonds propres en cas de survenance de tels scenarios. Ces analyses font ressortir les scenarios les plus sensibles suivants : -

Baisse du rating du réassureur principal (AA/BBB)

-

Baisse du rating des contreparties bancaires (A/BBB)

Le scenario le plus défavorable serait la baisse du rating du r éassureur principal, avec une baisse mineure du ratio de solvabilité de la mutuelle, celui-ci restant au-dessus des exigences règlementaires.

LES

T E C H N I Q UE S D ’ A T T E N UA T I ON D U RI S QU E D E

CREDIT

La mutuelle a mis en place des procédures et contrôles pour anticiper et limiter les conséquences du défaut d’une de ses contreparties. Les mécanismes de détection et limitation du risque de contrepartie comprennent les éléments suivants : Pour limiter le risque de défaut des partenaires d’affaire (réassureurs et banques) -

les critères de choix des banques et des réassureurs sont basés essentiellement sur l’appréciation de la solidité financière des compagnies. Le suivi annuel de l’évolution des ratings ;

Pour limiter le risque de défaut lié à des impayés : la mutuelle a mis en place des procédures de gestion proactive des crédits détenus auprès des créanciers et ce, notamment dans le but d’éviter une perte financière en cas d’impayé. Les créances commerciales font l’objet de procédures de suivi strict. Toute créance commerciale échue au-delà de six mois est provisionnée.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 43

C.4

R ISQUE

DE LIQUIDITE

Le risque de liquidité correspond au risque que la mutuelle ne soit pas en mesure de faire face à ses besoins de paiement grâce à ses ressources financières liquides. Le risque de liquidité fait l’objet d’un suivi spécifique par la mutuelle à la fois pour ses activités d’assurance et ses placements financiers. La mutuelle établit une projection et un suivi de ses flux de trésorerie dérivant de son activité assurantielle, de son portefeuille financier et de sa gestion courante. Pour son activité de placement financier, les projections de flux de trésorerie comprennent, pour le principal : -

flux entrants : les positions de trésorerie ou assimilées, les coupons versés à recevoir, le remboursement des obligations à l’échéance, les dividendes, les revenus locatifs

-

flux sortants : les remboursements d’emprunt, les investissements planifiés

Pour son activité assurantielle, les projections de flux de trésorerie comprennent, pour le principal : -

flux entrants : primes, prestations recouvrables par les réassureurs

-

flux sortants : prestations à payer, commissions, primes aux réassureurs

Pour sa gestion courante, les projections de flux de trésorerie comprennent, pour le principal : -

flux sortants : flux de trésorerie relatifs aux charges d’exploitation (taxe, salaires, autres charges)

La mutuelle a une gestion indépendante de sa liquidité. En se basant sur les projections de trésorerie à court et moyen terme, la mutuelle ajuste le niveau de liquidité de certaines de ses positions d’investissement afin de rendre son actif plus ou moins liquide selon ses besoins ou négocie ces niveaux de concours bancaires.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 44

C.5

R ISQUE

OPERAT IONNE L

Comme indiqué dans la section B3 de ce document, la fonction Gestion des Risques : 

Veille à la mise en place et à la mise à jour régulière du « volet risques » de la cartographie opérationnelle des processus - outil central du dispositif de gestion des risques de la mutuelle



S’assure que les niveaux d’acceptation de risque définis dans la cartographie opérationnelle sont bien respectés, et le cas échéant que les actions correctrices sont engagées. Dans cette optique, le Responsable Gestion des Risques s’appuie sur les Correspondants Gestion des Risques pour identifier les manquements observés, charge à lui, le cas échéant, de se rapprocher des responsables opérationnels pour y remédier.



Coordonne au moins une fois par an et pour le compte de la Direction Générale, le rapport relatif à la cartographie des risques, et participe à l’élaboration du rapport ORSA (coordonné par la fonction Actuariat) destiné à être présenté au Comité d’Audit

C.6

A UTRES

RISQUES

L’identification d’autres risques, leur évaluation et la définition d’une appétence à ces risques passent par des critères d’appréciation de nature qualitative. Leur suivi est donc réalisé par la cartographie des risques, et intégré dans le besoin global en solvabilité lors de l’ORSA. Comme pour les autres catégories de risques, les propriétaires de ces risques ont la responsabilité d’émettre des alertes pour lesquelles des réponses proportionnées seront prévues.

L’évaluation du Besoin Global de Solvabilité réalisé dans le cadre de l’ORSA intègre l’ensemble de ces risques, afin de ne pas se limiter au seul périmètre retenu dans le modèle standard.

C.7

A UTRES

INFORMATIONS

Aucune autre information relative au profil de risque de la mutuelle n’est à noter.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 45

D.

V ALORISATION A DES FINS DE S OLVABILITE D.1

a.

A CTIFS

V A L OR I SA T I ON

D E S P LA C E M E NT S D E LA

MUTUELLE

Au 31.12.2016, la Mutuelle SMATIS France disposait d’un volume de placements en valeur de marché de 75,2 M€ pour une valeur comptable de 68,7 M€. Conformément à l’article 10 des règlements délégués la valorisation à la valeur boursière est la méthode de valorisation privilégiée. L’ensemble des placements de la Mutuelle est donc valorisé en valeur de marché lorsque celle-ci est disponible (placements cotés sur les marchés financiers). Pour les placements composés de biens immobiliers (biens immobiliers détenus en ligne directe et SCI), une évaluation réalisée par une expertise indépendante a été retenue. Enfin, pour les autres placements (par exemple pour le fonds d’intervention SFG), l’application d’une méthode de valorisation par projection des flux futurs n’est pas possible. Par conséquent une valorisation par valeur comptable a été retenue, en effet les axiomes de l’article 9 des règlements délégués sont respectés. En résumé, la Mutuelle applique hiérarchiquement les méthodes de valorisation suivante :

La répartition des placements de la Mutuelle au 31.12.2016 est présentée ci-dessous : VNC En milliers d’euros Actions Obligations

Valeur comptable au 31.12.2016

Valeur de marché au 31.12.2016

Méthode de valorisation

242

203

Valeur de marché

54 685

59 983

Valeur de marché

OPCVM

8 214

8 201

Valeur de marché

Immobilier

2 892

4 078

Valeur d'expertise

362

357

Valeur comptable

Autres

2 281

2 408

Valeur comptable

Total

68 676

75 230

Participations

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 46

Table 15 : Comparaison S1 vs S2 des placements

b.

P LA C E M E N T S

E N R E P R E S E N T A T I O N D E LA P R OV I S I ON P O UR E NG A G E M E N T S S O CI A UX

La Mutuelle est tenue de verser à chaque salarié, lors du départ en retraite, une indemnité de fin de carrière (IFC). Le montant de cette indemnité dépend notamment de l’ancienneté du salarié, de sa rémunération en fin de carrière. SMATIS France a décidé d’externaliser la gestion de ces engagements en souscrivant un contrat avec d’une société d’assurance. Selon la directive Solvabilité 2, la Mutuelle est dans l’obligation d’intégrer une provision pour IDR dans son bilan prudentiel. Un ajustement du bilan prudentiel est donc obligatoire afin de prendre en considération la provision pour IDR. Pour respecter les axiomes de la comptabilité, il est nécessaire d’ajouter l’actif permettant de couvrir cette provision. La valeur de marché du fond sur lequel SMATIS France a investi au travers la société d’assurance est de 0,6 M€. Par ailleurs, un nouveau contrat a été souscrit auprès d’une deuxième société d’assurance dans le cadre d’une retraite supplémentaire. De la même manière, la Mutuelle est dans l’obligation d’intégrer une provision à hauteur du montant investi au 1 janvier 2016 dans son bilan prudentiel. Pour respecter les axiomes de la comptabilité, il est nécessaire d’ajouter l’actif permettant de couvrir cette provision. La valeur de marché du fond sur lequel Smatis France a investi au travers de la société d’assurance est de 0,4 M€.

c.

V A L OR I SA T I ON

D E S A CT IF S I N C OR P O RE L S

La Mutuelle SMATIS France dispose d’actifs incorporels représentant une richesse au bilan comptable de 1,3 M€. Dans le cadre de la valorisation du bilan économique, ces actifs ne représentent pas une richesse matérielle disponible à des fins de solvabilité. Par conséquent, ce montant est entièrement annulé dans le cadre de l’évaluation du bilan prudentiel conformément à l’article 12 du règlement délégué.

d.

L IQ U ID I T E S ,

L I V RE T S E T C A S H A LA B A N QU E

Dans la mesure où SMATIS France dispose de la possibilité de récupérer à tout moment (sans respect d’un délai de préavis), et sans pénalité sur le capital ses liquidités placées sur des comptes courants ou sur des livrets bancaires, la valorisation de ces actifs par valeur comptable a été retenue.

e.

P R OV IS I O N S

CEDEES

La Mutuelle est uniquement réassurée sur son activité Non-Vie. Les Best Estimate de Cotisation et de Sinistre cédés dans le cadre de son activité Vie sont donc nuls. Les Best Estimate de cotisations cédées et de sinistres cédés sont calculés séparément. Le calcul implique une évaluation de la frontière des contrats et la délimitation des contrats de réassurance SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 47

existants pour la détermination du périmètre des cotisations et sinistres à céder dans le calcul du Best Estimate. Le calcul prend en compte la valeur temporelle de l’argent en utilisant le taux d’intérêt sans risque, et le défaut des contreparties. Le calcul est fait sur la base des flux financiers entre assureur et réassureurs, et la prise en compte des décalages temporels des flux financiers entre d’une part les flux liés aux contrats d’assurance et d’autre part les flux liés à leur couverture par des contrats de réassurance. Les modalités de détermination de la part des réassureurs dans les provisions Best Estimate sont précisées dans la section « D2 – Provisions techniques de de ce document » (cf. EVALUATION DES ENGAGEMENTS BEST ESTIMATE CEDES) Le Best Estimate de Cotisation cédé est de 0,6 M€ et le Best Estimate de Sinistre cédé est de 3,0 M€.

f.

C R E A NC E S

En vertu de l’application du principe de proportionnalité, défini à l’article 29 de la Directive 2009/135/CE, la Mutuelle a choisi de valoriser ses créances à leurs valeurs dans les comptes sociaux. Les créances sont valorisées de manière nette dans les comptes sociaux. En effet, la valorisation des créances conformément aux normes internationales entraînerait des coûts disproportionnés par rapport au montant total de ses charges administratives. Par ailleurs, le montant des créances douteuses pour lesquelles la probabilité de remboursement a été jugée faible par la Mutuelle, est entièrement provisionné et donc annulé dans les comptes sociaux. La créance du CICE s’impute sur l’impôt sur les sociétés dû au titre de l’année au cours de laquelle les rémunérations prises en compte pour le calcul du CICE ont été versées. Il peut ensuite être imputé sur les 3 années suivantes et au-delà de ce délai, il est restitué. Le risque de défaut des créances restantes est donc négligeable et la valorisation à la valeur des comptes sociaux n’entraînerait alors pas de biais significatif. L’ensemble des créances de la Mutuelle au 31.12.2016 sont ainsi valorisées à 9,6 M€.

g.

AUTRES

A C T I F S D ’ E X P L O I T A T I ON

De la même manière que les créances, la valorisation des autres actifs d’exploitation selon les normes internationales (IFRS) entraînerait des coûts disproportionnés par rapport au montant total de ses charges administratives. Dans le respect du principe de proportionnalité et compte tenu des montants très faibles considérés, SMATIS France a choisi de valoriser ces actifs en retenant leur valeur dans les comptes sociaux. Les autres actifs d’exploitation sont ainsi valorisés à hauteur de 0,6 M€. Ceux-ci ne feront pas l’objet d’une pénalité en termes de modules de risques.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 48

h.

I N T E RE T S

C OU RU S N O N E CH U S E T A M O R T I SS E M E N T P OU R SU R COT E S / D E C O T E S

Le montant comptabilisé au titre des intérêts courus non échus et des surcôtes/décôtes est déjà valorisé dans la valeur de marché des placements de la Mutuelle. Afin d’éviter tout double comptage, ces postes du bilan sont alors annulés dans le cadre du calcul du bilan économique de la Mutuelle SMATIS France.

D.2 M ON T A NT S

P ROVISIONS

T ECHNIQ UES

D E S P R OV I S I ON S T E CH NI QU E S

SII

Les QRT S.17.01 et S.12.01, figurant en annexe du présent rapport, reflète le montant des provisions techniques par ligne d’activité, avec leur décomposition par meilleure estimation et marge de risque. Le montant de provision comptabilisée au titre de l’activité Santé (frais médicaux), Allocation Hospitalière (AH) et Décès accident représente un peu plus de 70% du montant global des provisions enregistrées au passif du bilan de SMATIS FRANCE. Les données utilisées pour le calcul des provisions Best Estimate pour sinistres sont vues au 31.12.2016.

M E T HOD E S a.

D E V A L O R I S A T I ON D E S M E I LLE U RE S E S T IM A T IO NS N ON - V I E

Best Estimate de Sinistres

La provision Best Estimate pour sinistres est évaluée de la manière suivante : - estimation des flux de trésorerie futurs à partir de la cadence mensuelle de liquidation des prestations, avec les mêmes triangles utilisés pour les provisions comptables - actualisation des flux de trésorerie futurs avec la courbe des taux sans risque sans ajustement de volatilité fournie par l’EIOPA La charge ultime pour sinistres de SMATIS a donc été déterminée à partir des cadences mensuelles de règlements nets de frais de gestion et bruts de réassurance des années de survenances comprises entre 2003 et 2016. Aucun facteur de queue n’a été appliqué. En effet, cinq ans après la survenance d’un sinistre, il n’y a plus de règlements y afférents. Les montants de prestations futurs ont été déterminés à partir de triangles de prestations développés à l’aide de la méthode de provisionnement de Chain-Ladder5.

5

Chain Ladder : Méthode de calcul des PSAP, largement utilisée pour le calcul de provisions en normes Best Estimate. Elle consiste en une projection de la charge sinistre par exercice de rattachement sur la base des développements passés. SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 49

Les frais considérés ici sont les Frais de gestion des sinistres qui sont exprimés en fonction du flux de règlement des sinistres. La courbe de taux EIOPA est une courbe annuelle alors que les flux de SMATIS sont mensuels. De ce fait, la Mutuelle a suivi les recommandations de l’EIOPA et a donc retenu le taux à 1 an pour les durées inférieures à 1 an, et des interpolations mensuelles de la courbe sur les échéances au-delà d’un an. Les provisions Best Estimate pour sinistres retenues sont de 9,4 M€.

b.

Best Estimate de Cotisations

Le Best Estimate de Cotisations correspond à la meilleure estimation des prestations à payer pour les sinistres non encore survenus. Afin d’évaluer son Best Estimate de Cotisations, la Mutuelle a utilisé l’approximation suivante :

où Appel de Cotisation 2017 correspond au montant de cotisations sur lesquelles la Mutuelle était engagée au 31.12.2016. Le ratio combiné correspondant au ratio de sinistralité attendue en 2017 sur les cotisations sur lesquelles la Mutuelle était engagée au 31.12.2016, a été approximé en retenant le ratio P/C combiné de l’exercice 2016 :

Les frais généraux pris en compte incluent l’ensemble des frais d’administration, de gestion, d’acquisition et autres charges techniques. Cette approche permet d’approximer la meilleure estimation des flux futurs de trésorerie liée aux sinistres futurs. Les provisions Best Estimate de cotisations retenues sont de 1,8 M€.

M E T HOD E S c.

D E V A L O R I S A T I ON D E S M E I LLE U RE S E S T IM A T IO NS V I E

Provision pour Sinistre à Payer en Vie

La provision pour sinistre à payer correspond au coût total estimé que représentera pour l’entreprise d’assurance le paiement de tous les sinistres survenus jusqu’à la fin de l’exercice, déclaré ou non, déduction faite des sommes déjà payées au titre de ces sinistres. Le calcul de la provision tient compte des considérations suivantes : -

Elle est constituée séparément pour chaque sinistre à concurrence du montant prévisible des charges futures ;

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 50

-

Elle prend également en compte les sinistres survenus, mais non déclarés à la date de clôture du bilan et les frais de gestion des sinistres (chargement de gestion) quelle que soit l’origine. Ces frais sont évalués sur la base des frais réels supportés par la compagnie.

Deux méthodes de calcul ont été retenues : la méthode de Chain Ladder et la méthode des dossiers en instance. Les provisions Best Estimate pour sinistre à payer en vie sont de 0,5 M€. d.

Provision mathématique

La provision mathématique représente la somme que doit provisionner Smatis France dans ses comptes au titre de sa garantie Obsèques. Elle est calculée au 31.12.2016 comme étant la différence de l’engagement futur de l’assureur (verser le capital garanti au décès de l’assuré) et l’engagement futur de l’assuré (verser les cotisations prévues lors de la souscription à chaque échéance). Ces engagements sont calculés en utilisant les tables de mortalité réglementaires BE, TH -TF 00-02 (selon le sexe de l’assuré) qui permettent de déterminer les probabilités de décès à chaque âge, et un taux d’escompte financier (courbe de taux de l’EIOPA). L’engagement de la Mutuelle intègre les frais de gestion annuels sur capital. Concernant l’engagement de l’assuré, la cotisation prise en compte est la dernière cotisation annuelle versée, diminuée des frais de gestion sur cotisation. Le Best Estimate prend en compte l’ensemble des frais nécessaires pour écouler le risque. Ainsi, en plus des frais de gestion des sinistres, une partie des frais d’administration doit être prise en compte : -

Frais nécessaires à l’élaboration de reportings (états réglementaires, rapport annuel...), Frais liés à la détermination des provisions (calcul des provisions, validation cabinet d’actuariat).

Afin d’effectuer les calculs, la Mutuelle a pris en considération certaines hypothèses : -

-

Hypothèse démographique : la table de mortalité retenue pour l’évaluation des provisions mathématiques est la TF00-02/TH00-02. C’est la dernière table réglementaire qui est aussi utilisée pour les produits actuellement commercialisés par SMATIS. Hypothèse technique : le taux technique BE est la courbe de taux EIOPA au 31.12.2016 sans ajustement de volatilité.

Pour les contrats à cotisations viagères et temporaires, le taux de chargement sur primes s’élève à 25 % lorsque la date de souscription est antérieure au 01.01.2008, et est variable selon l’âge à la souscription pour les contrats dont la date de souscription est postérieure au 01.01.2008. L’application des techniques actuarielles décrites plus haut conduit à une provision mathématique Best Estimate de 2,0 M€. e.

Provision pour participation aux excédents

La dotation de la provision pour participation aux excédents au 31.12.2016 est déterminée selon des règles de comptabilité précises. A partir du tableau de distribution cumulée des bénéfices et de la dotation cumulée de la provision pour participation aux bénéfices, la mutuelle projette le montant à SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 51

liquider selon les années, en respectant la règle de 8 ans. Une hypothèse a été faite sur la dotation de l’année n. Il est supposé qu’elle est versée en année n+8. Ainsi, la dotation de 2016 sera versée en 2024. La provision pour participation aux excédents et aux ristournes Best Estimate est de 0,9 M€.

BEST ESTIMATE

E T N O R M E S A CT U E L L E S

Risque

Nature de provisions S1

Non-vie

Provisions pour prestations à payer

9 359

Total Provision techiques NonVie Provisions pour sinistres à payer

9 359

Vie

Provisions (K€) sous S1

Provisions pour prestations à payer Provisions pour participation aux excédents et ristournes Total

Total Provision techiques Vie

Nature de provisions S2

Provisions (K€) sous S2

Assurance des frais médicaux

12 717

12 717

2 205 Assurance vie avec participation aux bénéfices 532

3 693

645 3 382

3 693

Table 16 : Comparaison S1 vs S2 des provisions pour sinistre Les données du tableau ci-dessus sont nettes de frais. Les écarts de valorisations entre les provisions comptables et les provisions Best Estimate s’expliquent par l’environnement de taux bas (taux d’actualisation négatifs les premières années), et par la prise en compte du Best Estimate de cotisations, absent des provisions comptables et avec une charge en provision positive en norme Solvabilité 2 du fait du ratio combiné supérieur à 1.

MARGE

D E R I S Q UE

La Marge de Risque représente le coût de transfert du portefeuille de la Mutuelle. Elle s’élève à 1,8 M€ et est estimée par 6 % de la somme des SCR futurs actualisés (après déduction des SCR Marché, contrepartie hors réassurance et des impôts différés). La formule exacte de la Marge de risque est la suivante (avec CoC = 6 %) :

La Mutuelle a choisi d’évaluer sa marge de risque par l’évaluation de la valeur projetée exacte de chaque sous-module de SCR en utilisant l’hypothèse que la Mutuelle réaliserait pour l’exercice 2017, uniquement le chiffre d’affaires sur lequel elle est engagée au 31.12.2016 (montant pris en compte pour évaluer le Best Estimate de Cotisations). SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 52

Le SCR Souscription Vie est déterminé de manière proportionnelle à l’écoulement du Best Estimate des provisions mathématiques et de la PSAP vie. Le SCR Contrepartie lié à la réassurance est proportionnel aux provisions techniques de réassurance. Le SCR Santé et Opérationnel sont déterminés à l’aide de la formule exacte.

Année

BSCR SCR Opérationnel Ajustement pour ID

0 510 521 11 857 130 68 831 12 012 876 2 693 809 -

1 439 935 10 359 319 62 780 10 494 316 2 882 781 -

2 314 515 95 563 35 461 362 778 72 203 -

3 272 944 47 083 26 903 296 933 35 573 -

4 239 124 22 086 21 500 252 149 16 687 -

5 207 726 8 456 17 519 215 176 6 389 -

6 179 828 2 425 14 637 184 689 1 832 -

SCR

14 706 685

13 377 097

434 981

332 507

268 837

221 565

186 521

SCR Vie SCR Non vie SCR Santé SCR Marché SCR Contrepartie (réassurance)

Risk Margin

1 826 750

La marge pour risque de SMATIS FRANCE à fin 2016 est de 1,8 M€. Le montant est inchangé par rapport à l’année précédente. Il représente 11,1% de l’ensemble des Best Estimate bruts de réassurance.

E V A LU A T I O N

D E S E NG A G E M E N T S

B E ST E S T I M A T E

CEDES

La Mutuelle est uniquement réassurée sur son activité Non-Vie. Les Best Estimate de Cotisation et de Sinistre cédés dans le cadre de son activité Vie sont donc nuls. Les Best Estimate de cotisations cédées et de sinistres cédés sont calculés séparément. Le calcul implique une évaluation de la frontière des contrats et la délimitation des contrats de réassurance existants pour la détermination du périmètre des cotisations et sinistres à céder dans le calcul du Best Estimate. Le calcul prend en compte la valeur temporelle de l’argent en utilisant le taux d’intérêt sans risque, et le défaut des contreparties. Le calcul est fait sur la base des flux financiers entre assureur et réassureurs, et la prise en compte des décalages temporels des flux financiers entre d’une part les flux liés aux contrats d’assurance et d’autre part les flux liés à leur couverture par des contrats de réassurance. La part des réassureurs dans les provisions Best Estimate est déterminée comme suit : Étape 1 : détermination du taux de cession global à partir du montant total des primes cédées et le montant des primes reçues ; Étape 2 : calcul de la part des réassureurs dans les provisions pour Best Estimate actualisée avec le taux de cession global ; Étape 3 : détermination des flux de trésorerie liée à la part des réassureurs dans les provisions pour Best Estimate actualisé (en fonction des paiements bruts) ;

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 53

Étape 4 : prise en compte de la probabilité de défaut pour la part des provisions non nanties et non réglées (ajustement pour défaut de la contrepartie) ; Étape 5 : prise en compte de la part des réassureurs dans les primes futures (utilisation du taux de cession global) Probabilités de défaut SMATIS France est réassuré auprès de trois réassureurs. Pour calculer le risque de défaut, la mutuelle a considéré les notations des agences de notation S&P et Moody’s. C’est la 2ième meilleure note attribuée par les agences de notation aux réassureurs qui est prise en compte pour le calcul de la probabilité de défaut cumulée. Le tableau ci-dessous fournit pour chaque réassureur la note à retenir, ainsi que la probabilité associée : Réassureurs

Rating

Probabilité de défaut

Réassureur 1

Aa3

0,10%

Réassureur 2

AA-

0,10%

Réassureur 3

NR

10,00%

Table 17 : Niveau de solvabilité des principaux réassureurs Le taux de recouvrement calculé avec les données disponibles est de 45%. En l’absence de données sur le 3e réassureur, un taux de recouvrement de 10% a été retenu. Par ailleurs, ce 3e réassureur assure moins de 1% du portefeuille réassuré. Les provisions Best Estimate cédées sont de 3,6 M€ dont 3,0 M€ au titre des sinistres et 0,6 M€ au titre des cotisations.

D.3 I M P OT S

A UTRES

PAS SIFS

D IF F E RE S

Les passifs d’impôts différés doivent être valorisés au montant fiscal que l’on s’attend à payer aux administrations fiscales. Tous les impôts différés passifs doivent être pris en compte. Les actifs d’impôts différés font référence à ce que l’on s’attend à recouvrer. Pour ces impôts différés, l’organisme doit être capable de prouver qu’elle dégagera à échéance raisonnable des bénéfices fiscaux suffisants pour la réalisation de ce crédit d’impôt. Les plus-values latentes devraient alors être séparées en deux catégories distinctes :  

Celles réalisées avant 2012, exonérées d’impôts, Celles réalisées à partir de 2012, soumises au taux d’imposition fournis dans le tableau suivant : 2011

2012

2013

2014

2015

2016

0

13,3%

20,0%

33,3%

33,3%

33,3%

Table 18 : Taux d’imposition utilisés

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 54

Les plus-values latentes réalisées avant 2012 ont alors été imposées à 0 %. Par souci de simplification des calculs, toutes les plus-values réalisées après 2012 sont considérées comme imposables à 33,3 %. Conformément à l’article 209-0 A du Code général des Impôts, « l'écart entre la valeur liquidative à l'ouverture et à la clôture de l'exercice constaté lors de cette évaluation est compris dans le résultat imposable de l'exercice concerné ». Un taux d’imposition de 0 % a donc été retenu pour les plusvalues latentes liées aux OPCVM.

Obligations achetées avant le 31.12.2011

Au 31/12/20 11 Valeur Valeur de comptabl marché e 22 554 22 554

Au 31/12/2016

ICNE

Surcote /Décote

614

118

Valeur de marché 25 551

Plus value latente Avant 2011

Apres 2011

Taux d'imposit ion

Impot différé lié aux plus values latentes

-497

2 998

33%

999

Apres 2011

Obligations achetées après le 31.12.2011

0

32 132

442

175

34 431

0

2 032

33%

677

Immobilier détenu avant le 31.12.2011 Immobilier détenu après le 31.12.2011 OPCVM

2 794

2 794

0

0

3 817

0

1 023

33%

341

0

98

0

0

261

0

162

33%

54

0

8 214

0

0

8 201

0

-13

0%

0

0

2 884

0

0

2 967

0

83

33%

28

25 348

68 676

1 056

293

75 228

-497

6 285

Autres placements Total

2 099

Table 19 : Impôt différé lié aux plus-values latentes (en K€) L’impôt différé passif calculé par la Mutuelle est de 2,1 M€, tandis que l’impôt différé actif est de 1,6 M€. La mutuelle n’étant pas dans la capacité de justifier la recouvrabilité de l’impôt différé actif, et la congruence des flux d’impôts différés passif et actif, elle a décidé d’évaluer l’impôt différé actif à 0 dans le bilan prudentiel. Les pertes fiscales sur exercices antérieures, valorisées dans les comptes sociaux de la mutuelle, ne sont pas pris en compte, au même titre que les impôts différés actifs. Le détail du calcul permettant de déterminer les impôts différés passifs et actifs est présenté dans le tableau ci-dessous : Nature

Montant

Plus ou moins values latentes fiscalisables

6 286

Impôt différé Passif

2 095

Risk margin

1 827

Actifs incorporels

1 250

Marge entre le Best Estimate Cotisation et la valeur comptable

1 181

Marge entre le Best Estimate Sinistre et la valeur comptable

224

Ajustement pour la provision sur les engagements sociaux

320

Impôt différé actif

1 601

Table 20 : Synthèse des Impôts différés actifs/passifs (en K€) L’impôt différé retenu (2,1 M€) étant situé au passif du bilan, la Mutuelle ne valorise pas de fonds propres de type 3.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 55

LES

P R OV I S I ON S P OU R E N GA GE M E NT S D E R E T RA I T E S E T A U T RE S A V A NT A G E S

La Mutuelle est tenue de verser à chaque salarié, lors du départ en retraite, une indemnité de fin de carrière (IFC). Le montant de cette indemnité dépend notamment de l’ancienneté du salarié, de sa rémunération en fin de carrière… SMATIS France a décidé d’externaliser la gestion de ces engagements en souscrivant un contrat IFC avec une société d’assurance. Selon la directive Solvabilité 2, la Mutuelle est dans l’obligation d’intégrer une provision pour engagements sociaux dans son bilan prudentiel. Un ajustement du bilan prudentiel est donc nécessaire afin de prendre en considération la provision pour IDR. Les provisions pour IDR sont évaluées à l’aide de la méthode des crédits projetés. La méthode ainsi que les hypothèses utilisées pour son évaluation sont conformes aux recommandations de l’ANC et aux normes IFRS IAS 19. Par conséquent, aucune prudence ou insuffisance n’est identifiée dans cette provision. Le montant du passif social transmis par la société d’assurance est alors retenu dans le cadre de l’évaluation du bilan économique de la Mutuelle conformément à la troisième méthode d’évaluation énoncée au point 3 de la présente politique. La provision pour engagements sociaux est valorisée à hauteur de 1,0 M€. De même pour le contrat souscrit chez un deuxième assureur, la provision est valorisée à hauteur de 0,4 M€. Les autres avantages de rupture de contrat de travail, présents dans les engagements hors bilan de la mutuelle, sont valorisés à leur montant dans les comptes sociaux, soit 0,3 M€. Le montant total retenu au titre des provisions pour engagements de retraites et autres avantages est de 1,7 M€.

L E S P R O V I SI ON S

P OU R

R IS Q UE S

ET

C HA RG E S

Les provisions pour Risques et Charges correspondent à une provision pour les cas de litiges de la Mutuelle. Dans le respect du principe de proportionnalité, SMATIS France a choisi de comptabiliser et de valoriser les PRC en retenant leur valeur dans les comptes sociaux (0,2 M€).

AUTRES

DETTES

Les dettes de la Mutuelle ne sont soumises à aucun risque de dérive pour la Mutuelle dans la mesure où leur probabilité de défaut est nulle de son point de vue. Dans le respect du principe de proportionnalité, SMATIS France a choisi de comptabiliser et de valoriser ses dettes en retenant leur valeur dans les comptes sociaux (20,1 M€).

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 56

D.4

M ETHODES

DE VALORISATION ALTERNAT IVE S

Lorsqu’il n’est pas possible d’utiliser un prix coté sur un marché actif, ou ceux d’actifs ou de passifs similaires, la mutuelle utilise des méthodes de valorisation alternative : 

Une approche de marché, qui utilise les prix et d’autres informations pertinentes générées par les transactions de marché portant sur des actifs, des passifs ou des groupes d’actifs et passifs identiques ou similaires.



Une approche par revenus qui convertit les montants futurs tels que les flux de trésorerie ou les produits et les dépenses en un seul montant actualisé. La juste valeur doit refléter les attentes actuelles du marché quant à ces montants futurs.



Une approche par les coûts ou par le coût de remplacement actuel, qui reflète le montant actuellement requis pour remplacer l’utilité économique d’un actif. Plus précisément, du point de vue d’un acteur de marché qui est un vendeur, le prix qui serait reçu pour l’actif est fondé sur le coût d’acquisition ou de construction, pour un acteur du marché qui est un acheteur, d’un actif de remplacement d’une utilité comparable, ajusté en fonction de l’obsolescence.

Dans le respect du principe de proportionnalité énoncé à l’article 29, paragraphes 3 et 4 de la Directive 2009/138/CE, la mutuelle dispose de la possibilité de valoriser un actif ou un passif en retenant sa valeur dans les comptes sociaux sous réserve : 

La méthode de valorisation comptable est conforme avec l’article 75 de la Directive 2009/138/CE,



La méthode de valorisation est proportionnée à la nature, à l’ampleur et à la nature des risques inhérents à l’activité de la mutuelle,



La mutuelle ne valorise pas cet actif ou ce passif conformément aux normes comptables internationales dans ces états financiers,



La valorisation de cet actif ou de ce passif conformément aux normes internationales entraînerait des coûts disproportionnés par rapport au montant total de ses charges administratives.

D.5

A UTRES

INFORMATIONS

Aucune autre information importante concernant l’évaluation aux fins de solvabilité n’est à noter.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 57

E.

G ESTION DU CAPITAL E.1

GESTION

F ONDS

PROPRES

D E S F O N D S P R O P RE S

La gestion des fonds propres de la mutuelle est placée sous la responsabilité de la Direction Générale et du comité de direction. Le conseil d’administration valide les propositions de la direction générale et du comité de direction. Le niveau des fonds propres de la mutuelle doit être en adéquation avec le développement de son activité. La mutuelle doit au minimum générer, via ses résultats, les fonds propres nécessaires au développement normal de son activité. La mutuelle doit disposer en permanence d’un minimum de fonds propres lui permettant de respecter le cadre d’appétence aux risques défini dans la stratégie. Les fonds propres de la mutuelle font ainsi l’objet d’évaluations sur l’horizon de son plan stratégique à 5 ans dans le cadre des processus de l’ORSA.

C OM P O SI T IO N

D E S FO N D S P R OP R E S

Les fonds propres de la mutuelle, valorisés conformément aux normes prudentielles Solvabilité II, figurent dans le tableau S.23.01.016. Nature (montant en milliers d’euros)

2016

2015

Fond d'établissement

381

381

Réserve de réconciliation

49 638

55 200

Fond propres de base

50 019

55 581

0

0

50 019

55 581

Autres éléments de fonds propres Fond propres

Table 21 : Evolution des fonds propres Les fonds propres sont composés en totalité de fonds propres de base et la mutuelle n’a pas fait appel à l’utilisation de fond propre auxiliaire. Les fonds propres de bases se composent d’éléments de capital issus des états financiers en normes comptables françaises (c’est-à-dire du fond d’établissement constitué) et de la réserve de réconciliation.

6

Cf. Annexes Quantitatives – tableau S.23.01.01: Fonds propres

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 58

QUALITE

DES FONDS PROPRES

Les Fonds propres de la mutuelle sont constitués uniquement d’éléments de niveau 1, non restreints. Les fonds propres de la mutuelle ne font l’objet d’aucune déduction, ainsi les fonds propres disponibles sont équivalents aux fonds propres éligibles à la couverture du capital de solvabilité requis et du minimum de capital requis. De plus, aucune restriction n’affecte la disponibilité et la transférabilité des fonds propres de la mutuelle.

E V O L U T I ON

D E S F ON D S P ROP R E S

A fin 2016, le fond d’établissement constitué s’élève à 0,4 M€. Il n’a pas varié par rapport à fin 2015. La réserve de réconciliation s’élève à 50,0 M€ contre 55,6 M€ à fin 2015. La variation des différences de valorisation provient essentiellement de l’affectation du résultat, de la non prise en compte des impôts différés actifs en 2016 contrairement à 2015, et des écarts négatifs entre les provisions techniques Solvabilité 2 et comptables.

E.2

C APITAL

DE SOLVABILITE REQUIS ET MINIMUM DE CAPITAL REQUIS

Le minimum de capital requis7 de la mutuelle est calculé en appliquant la formule linéaire, prévue par la réglementation, aux primes émises nettes de réassurance et à la meilleure estimation des provisions techniques nettes de réassurance. La formule linéaire est combinée à un plancher et à un plafond exprimé en pourcentage du capital de solvabilité requis. A fin 2016, le minimum de capital requis correspond au plancher, soit 25% du capital de solvabilité requis. Le capital de solvabilité requis8 de la mutuelle est calculé en appliquant la formule standard, sans recours à des simplifications ni à des paramètres qui lui sont propres. En milliers d'euros Calcul du capital de solvabilité requis

2016 18 001

Risque opérationnel

2 729

Ajustements

2 095

Capital de solvabilité requis de base

17 266

Diversification

-5 822

Risque de marché

8 268

Risque de défaut de la contrepartie

2 183

Risque de souscription en vie

511

Risque de souscription en santé

12 228

Table 22 : Composition du SCR 7 8

Cf. Annexe quantitative : tableau S.28.01.01- Minimum de capital requis Cf. Annexe quantitative : tableau S.25.01.21- Capital de Solvabilité requis

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 59

E V O L U T I ON

D U M I NI M U M D E C A P I T A L RE QU I S

Le minimum de capital requis s’établit à 4,5 M€. Il est stable sur la période de référence. En milliers d'euros

2016

MCR

2015 4 500

4 470

Table 23 : Evolution du MCR

E V O L U T I ON

D U CA P IT A L D E S OL V A B I L I T E R E Q UI S

Le capital de solvabilité requis s’établit à 18,0 M€ contre 17,88 M€ à fin 2015, soit une augmentation de 0,7%. en milliers d'euros

2016

Calcul du capital de solvabilité requis

2015 18 001

Var 17 880

0,7%

Table 24 : Evolution du SCR Les principales variations du SCR sont localisées sur les catégories de risques suivants : - Risque de souscription santé : 12,2 M€ soit 47,2% de la somme des risques du SCR - Risque de marché : 8,3 M€ soit 31,9% de la somme des risques du SCR - Risque de défaut de contrepartie : 2,2 M€ soit 8,4% de la somme des risques du SCR Le bénéfice de diversification inter risque (marché, crédit, souscription) est de 5,8 M€, soit 25,1% de la somme de risques individuels, contre 5,2 M€ et 25,3% en 2015. Le montant du bénéficie de diversification augmente du fait de l’augmentation des principaux risques, mais son rapport à la somme des risques reste constant du fait d’un niveau d’augmentation des différents risques assez semblables. Le risque de marché évolue de +0,9 M€. Les principales variations du SCR sont localisées sur les catégories de risques suivants : - Risque de change : en baisse de 1,1 M€ du fait de la sortie d’un OPCVM exposé au marché actions en devises - Risque de spread et risque de taux : en hausse de 1,2 M€ du fait de l’environnement de taux bas (portefeuille en plus-value latente exposé à la remontée des taux et au risque émetteur) - Risque action : en hausse de 0,6 M€ du fait de la recherche de performance financière au travers d’OPCVM diversifiés. Le risque de crédit évolue de +0,3 M€. Les principales variations du SCR sont liées à l’accroissement du volume de créances de type 1 (+0,6 M€). Le risque de souscription santé non-vie évolue de +1,4 M€. Les principales variations du SCR sont liées à l’accroissement du volume de primes net (+9,4 M€) avec un taux de cession stable. Le risque de souscription vie évolue de -0,1 M€. Le risque opérationnel évolue de +0,2 M€ suite à l’accroissement du volume de primes.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 60

Les ajustements évoluent de +2,0 M€ du fait d’un changement de méthodes entre 2015 et 2016 : en 2016, prise en compte des impôts différés passif uniquement - en 2015, prise en compte des impôts différés net : impôt différés passif - impôt différés actif La mutuelle n’a pas intégré de décisions futures dans le calcul de son SCR.

E.3

U TILIS ATION

DU SOUS - MODULE

«

RISQUE S UR ACTIONS

»

FONDE SUR

LA DUREE DANS LE CAPITAL DE SOLVABILITE REQUIS La mutuelle ne fait pas usage du sous-module « risque sur actions » fondé sur la durée pour le calcul du capital de solvabilité requis.

E.4

D IFFERENCES

E NTRE LA FORMULE STA NDARD ET TOUT MO DELE

INTERNE UTILISE La mutuelle n’a pas recours à un modèle interne pour le calcul du capital de solvabilité requis.

E.5

N ON - RESPECT

DU MINIMUM DE CAPITAL REQUIS ET NON - RESPECT DU

CAPITAL DE SOL VABILITE REQUIS En 2016, le ratio de couverture du capital de solvabilité requis par les fonds propres éligibles de la mutuelle se porte à 278% contre 311% à la clôture de l’exercice précèdent. Le ratio de couverture du minimum de capital requis par les fonds propres éligibles de la mutuelle se porte à 1111% contre 1243% à la clôture de l’exercice précèdent. Aucun manquement à l’exigence de minimum de capital de solvabilité requis (MCR) ou au capital de solvabilité requis (SCR) concernant SMATIS France n’est intervenu au cours de la période de référence.

E.6

A UTRES

INFORMATIONS

Aucune autre information importante concernant la gestion des fonds propres n’est à noter.

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 61

A NNEXES QUANTITATIVES Montant en K€ S.02.01.02 : Bilan

Actifs Immobilisations incorporelles Actifs d’impôts différés Excédent du régime de retraite Immobilisations corporelles détenues pour usage propre Investissements (autres qu’actifs en représentation de contrats en unités de compte et indexés) Biens immobiliers (autres que détenus pour usage propre) Détentions dans des entreprises liées, y compris participations Actions Actions – cotées Actions – non cotées Obligations Obligations d’État Obligations d’entreprise Titres structurés Titres garantis Organismes de placement collectif Produits dérivés Dépôts autres que les équivalents de trésorerie Autres investissements Actifs en représentation de contrats en unités de compte et indexés Prêts et prêts hypothécaires Avances sur police Prêts et prêts hypothécaires aux particuliers Autres prêts et prêts hypothécaires M ontants recouvrables au titre des contrats de réassurance Non-vie et santé similaire à la non-vie Non-vie hors santé Santé similaire à la non-vie Vie et santé similaire à la vie, hors santé, UC et indexés Santé similaire à la vie Vie hors santé, UC et indexés Vie UC et indexés Dépôts auprès des cédantes Créances nées d’opérations d’assurance et montants à recevoir d’intermédiaires Créances nées d’opérations de réassurance Autres créances (hors assurance) Actions propres auto-détenues (directement) Éléments de fonds propres ou fonds initial appelé(s), mais non encore payé(s) Trésorerie et équivalents de trésorerie Autres actifs non mentionnés dans les postes ci-dessus Total de l’actif

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

R0030 R0040 R0050 R0060

Valeur S olvabilité II C0010 2 250

R0070 R0080 R0090 R0100 R0110 R0120 R0130 R0140 R0150 R0160 R0170 R0180 R0190 R0200 R0210 R0220 R0230 R0240 R0250 R0260 R0270 R0280 R0290 R0300 R0310 R0320 R0330 R0340 R0350 R0360 R0370 R0380 R0390 R0400 R0410 R0420 R0500

74 002 1 828 357 203 203 59 983 11 799 48 184 9 223 2 408 3 623 3 623 3 623 4 137 5 467 268 1 411 91 159

Page 62

Passifs Provisions techniques non-vie Provisions techniques non-vie (hors santé) Provisions techniques calculées comme un tout M eilleure estimation M arge de risque Provisions techniques santé (similaire à la non-vie) Provisions techniques calculées comme un tout M eilleure estimation M arge de risque Provisions techniques vie (hors UC et indexés)

R0510 R0520 R0530 R0540 R0550 R0560 R0570 R0580 R0590 R0600

Provisions techniques santé (similaire à la vie) Provisions techniques calculées comme un tout M eilleure estimation M arge de risque Provisions techniques vie (hors santé, UC et indexés) Provisions techniques calculées comme un tout M eilleure estimation M arge de risque Provisions techniques UC et indexés Provisions techniques calculées comme un tout M eilleure estimation M arge de risque Passifs éventuels Provisions autres que les provisions techniques Provisions pour retraite Dépôts des réassureurs Passifs d’impôts différés Produits dérivés Dettes envers des établissements de crédit Dettes financières autres que celles envers les établissements de crédit Dettes nées d’opérations d’assurance et montants dus aux intermédiaires Dettes nées d’opérations de réassurance Autres dettes (hors assurance) Passifs subordonnés Provisions pour retraite Dépôts des réassureurs Passifs d’impôts différés Total du passif Excédent d’actif sur passif

R0610 R0620 R0630 R0640 R0650 R0660 R0670 R0680 R0690 R0700 R0710 R0720 R0740 R0750 R0760 R0770 R0780 R0790 R0800 R0810 R0820 R0830 R0840 R0850 R0860 R0870 R0880 R0900 R1000

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Valeur S olvabilité II C0010 12 719 12 719 11 140 1 579 3 692 3 692 3 444 248 258 1 675 2 095 5 799 1 363 1 505 11 405 629 41 140 50 019

Page 63

S.05.01.02 : Primes, sinistres et dépenses par ligne d’activité Ligne d’activité pour: engagements d’assurance et de réassurance non-vie (assurance directe et réassurance proportionnelle acceptée) Assuranc e de Assurance Assurance Assurance Assurance Assurance responsa Autre assurance incendie et de Assurance des de d'indemnisati Assurance maritime, crédit et bilité des véhicules à autres responsabi frais médicaux protection on des aérienne et transport cautionne civile moteur dommages lité civile du revenu travailleurs ment automobi aux biens générale le C0010 Primes émises Brut – assurance directe Brut – Réassurance proportionnelle acceptée Brut – Réassurance non proportionnelle Part des réassureurs Net Primes acquises Brut – assurance directe Brut – Réassurance proportionnelle acceptée Brut – Réassurance non proportionnelle Part des réassureurs Net Charge des sinistres Brut – assurance directe Brut – Réassurance proportionnelle acceptée Brut – Réassurance non proportionnelle Part des réassureurs Net Variation des autres provisions techniques Brut – assurance directe Brut – Réassurance proportionnelle acceptée Brut – Réassurance non proportionnelle Part des réassureurs Net Dépenses engagées Autres dépenses Total des dépenses

R0110 R0120 R0130 R0140 R0200

89 794 0

R0210 R0220 R0230 R0240 R0300

89 794 0

R0310 R0320 R0330 R0340 R0400

66 372 0

R0410 R0420 R0430 R0440 R0500 R0550 R1200 R1300

-234 0

C0020

C0030

C0040

C0050

26 805 62 989

26 805 62 989

20 261 46 111

0 -234 20 458

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 64

C0060

C0070

C0080

C0090

Ligne d’activité pour: engagements d’assurance et de réassurance non-vie (assurance directe et réassurance proportionnelle acceptée) Assurance de Pertes protection Assistance pécuniaires juridique diverses C0100 Primes émises Brut – assurance directe Brut – Réassurance proportionnelle acceptée Brut – Réassurance non proportionnelle Part des réassureurs Net Primes acquises Brut – assurance directe Brut – Réassurance proportionnelle acceptée Brut – Réassurance non proportionnelle Part des réassureurs Net Charge des sinistres Brut – assurance directe Brut – Réassurance proportionnelle acceptée Brut – Réassurance non proportionnelle Part des réassureurs Net Variation des autres provisions techniques Brut – assurance directe Brut – Réassurance proportionnelle acceptée Brut – Réassurance non proportionnelle Part des réassureurs Net Dépenses engagées Autres dépenses Total des dépenses

C0110

C0120

Ligne d’activité pour: réassurance non proportionnelle acceptée Total Santé

Accidents

Assurance maritime, aérienne et transport

Biens

C0130

C0140

C0150

C0160

C0200

R0110 R0120 R0130 R0140 R0200

89 794 0 0 26 805 62 989

R0210 R0220 R0230 R0240 R0300

89 794 0

R0310 R0320 R0330 R0340 R0400

66 372 0

R0410 R0420 R0430 R0440 R0500 R0550 R1200 R1300

-234 0

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

26 805 62 989

20 261 46 111

0 -234 20 458 0 20 458

Page 65

Engagements de réassurance vie

Ligne d’activité pour: engagements d’assurance vie

Assurance maladie

C0210 Primes émises Brut Part des réassureurs Net Primes acquises Brut Part des réassureurs Net Charge des sinistres Brut Part des réassureurs Net Variation des autres provisions techniques Brut Part des réassureurs Net Dépenses engagées Autres dépenses Total des dépenses

Total

Rentes Rentes découlant des découlant des contrats d’assurance Assurance Assurance contrats Autres non-vie et liées aux avec indexée et en d'assurance nonRéassurance Réassuranc assuranc engagements participation unités de vie et liées aux maladie e vie es vie d’assurance autres aux bénéfices compte engagements que les engagements d'assurance d’assurance santé santé C0220

C0230

C0240

C0250

C0260

C0270

C0280

C0300

R1410 R1420 R1500

868 0 868

868 0 868

R1510 R1520 R1600

868 0 868

868 0 868

R1610 R1620 R1700

662 0 662

662 0 662

R1710 R1720 R1800 R1900 R2500 R2600

0 0 0 251

0 0 0 251 0 251

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 66

S.05.02.01 : Primes, sinistres et dépenses par pays

Pays d'origine

5 principaux pays (par montant de primes brutes émises) – engagements en non-vie

Total 5 principaux pays et pays d'origine

C0010

C0020 C0030 C0040 C0050 C0060

C0070

C0080

C0090 C0100 C0110 C0120 C0130

C0140

R0010 Primes émises Brut – assurance directe R0110 Brut – Réassurance proportionnelle acceptée R0120 Brut – Réassurance non proportionnelle acceptéeR0130 Part des réassureurs R0140 Net R0200 Primes acquises Brut – assurance directe R0210 Brut – Réassurance proportionnelle acceptée R0220 Brut – Réassurance non proportionnelle acceptéeR0230 Part des réassureurs R0240 Net R0300 Charge des sinistres Brut – assurance directe R0310 Brut – Réassurance proportionnelle acceptée R0320 Brut – Réassurance non proportionnelle acceptéeR0330 Part des réassureurs R0340 Net R0400 Variation des autres provisions techniques Brut – assurance directe R0410 Brut – Réassurance proportionnelle acceptée R0420 Brut – Réassurance non proportionnelle acceptéeR0430 Part des réassureurs R0440 Net R0500 Dépenses engagées R0550 Autres dépenses R1200 Total des dépenses R1300

89 794 0 0 26 805 62 989

89 794 0 0 26 805 62 989

89 794 0 0 26 805 62 989

89 794 0 0 26 805 62 989

66 372 0 0 20 261 46 111

66 372 0 0 20 261 46 111

-234 0 0 0 -234 20 458

-234 0 0 0 -234 20 458 0 20 458

C0150

5 principaux pays (par montant de Total 5 primes brutes émises) principaux pays – engagements en vie et pays d'origine C0160 C0170 C0180 C0190 C0200 C0210

C0220

C0230 C0240 C0250 C0260 C0270

Pays d'origine

R1400 Primes émises Brut Part des réassureurs Net Primes acquises Brut Part des réassureurs Net Charge des sinistres Brut Part des réassureurs Net Variation des autres provisions techniques Brut Part des réassureurs Net Dépenses engagées Autres dépenses Total des dépenses

C0280

R1410 R1420 R1500

868 0 868

868 0 868

R1510 R1520 R1600

868 0 868

868 0 868

R1610 R1620 R1700

662 0 662

662 0 662

R1710 R1720 R1800 R1900 R2500 R2600

0 0 0 251

0 0 0 251 0 251

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 67

S.12.01.02 : Provisions techniques vie et santé SLT Assurance indexée et en unités de compte Assurance avec participation aux bénéfices

C0020 Provisions techniques calculées comme un tout R0010 Total des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite, après l’ajustement pour pertes R0020 probables pour défaut de la contrepartie, correspondant aux provisions techniques calculées comme un tout Provisions techniques calculées comme la somme de la me illeure estimation et de la marge de risque Meilleure estimation Meilleure estimation brute R0030 Total des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la R0080 réassurance finite, après ajustement pour pertes probables pour défaut de la contrepartie Meilleure estimation nette des montants recouvrables au titre de la réassurance/des R0090 véhicules de titrisation et de la réassurance finite – total Marge de risque R0100 Montant de la déduction transitoire sur les provisions techniques Provisions techniques calculées comme un tout R0110 R0120 Meilleure estimation R0130 Marge de risque Provisions techniques – Total R0200

Autres assurances vie

Contrats Contrats avec sans options ou options ni garanties garanties

C0030

C0040

C0050

C0060

Contrats sans options ni garanties

Contrats avec options ou garanties

C0070

C0080

Rentes découlant des contrats d’assurance nonvie et liées aux Total (vie hors engagements Réassuranc santé, y compris d’assurance e acceptée UC) autres que les engagements d’assurance santé C0090

C0100

C0150

3 444

3 444

248

248

3 692

3 692

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 68

Assurance santé (assurance directe)

Rentes découlant des contrats d'assurance Contrats Contrats non-vie et sans avec liées aux options ni options ou engagements garanties garanties d'assurance santé

C0160

C0170

C0180

C0190

Réassurance santé (réassurance acceptée)

Total (santé similaire à la vie)

C0200

C0210

Provisions techniques calculées comme un tout R0210 Total des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite, après l’ajustement pour pertes R0220 probables pour défaut de la contrepartie, correspondant aux provisions techniques calculées comme un tout Provisions techniques calculées comme la somme de la meilleure estimation et de la marge de risque Meilleure estimation Meilleure estimation brute R0030 Total des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la R0080 réassurance finite, après ajustement pour pertes probables pour défaut de la contrepartie Meilleure estimation nette des montants recouvrables au titre de la réassurance/des R0090 véhicules de titrisation et de la réassurance finite – total Marge de risque R0100 Montant de la déduction transitoire sur les provisions techniques Provisions techniques calculées comme un tout R0110 R0120 Meilleure estimation R0130 Marge de risque Provisions techniques – Total R0200

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 69

S.17.01.02 : Provisions techniques non-vie

Assurance des frais médicaux C0020 Provisions techniques calculées comme un tout Total des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite, après l’ajustement pour pertes probables pour défaut de la contrepartie, correspondant aux provisions techniques calculées comme un tout Provisions techniques calculées comme la somme de la meilleure estimation e t de la marge de risque Meilleure estimation Provisions pour primes Brut Total des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite, après ajustement pour pertes probables pour défaut de la contrepartie Meilleure estimation nette des provisions pour primes Provisions pour sinistres Brut Total des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite, après ajustement pour pertes probables pour défaut de la contrepartie Meilleure estimation nette des provisions pour sinistres Total meilleure estimation – brut Total meilleure estimation – net Marge de risque Montant de la déduction transitoire sur les provisions techniques Provisions techniques calculées comme un tout Meilleure estimation Marge de risque

Assurance directe et réassurance proportionnelle acceptée Assurance Assurance de Assurance Assurance Assurance Assurance Autre assurance Assurance de de responsabilité maritime, incendie et autres crédit et d'indemnisation des véhicules à responsabilité civile protection civile aérienne et dommages aux cautionneme des travailleurs moteur générale du revenu automobile transport biens nt C0030 C0040 C0050 C0060 C0070 C0080 C0090 C0100

R0010

R0050

R0060

1 785

R0140

603

R0150

1 182

R0160

9 354

R0240

3 020

R0250 R0260 R0270 R0280

6 334 11 139 7 516 1 579

R0290 R0300 R0310

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 70

Assurance des frais médicaux C0020 Provisions techniques – Total Provisions techniques – Total Montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite, après ajustement pour pertes probables pour défaut de la contrepartie – total Provisions techniques nettes des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite

R0320

12 718

R0330

3 623

R0340

9 095

Assurance directe et réassurance proportionnelle acceptée Assurance Assurance de Assurance Assurance Assurance Assurance Autre assurance Assurance de de responsabilité maritime, incendie et autres crédit et d'indemnisation des véhicules à responsabilité civile protection civile aérienne et dommages aux cautionneme des travailleurs moteur générale du revenu automobile transport biens nt C0030 C0040 C0050 C0060 C0070 C0080 C0090 C0100

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 71

Assurance directe et réassurance proportionnelle accepté e Assurance de Pertes protection Assistance pécuniaires juridique diverses C0110 C0120 C0130 Provisions te chniques calculées comme un tout Total des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite, après l’ajustement pour pertes probables pour défaut de la contrepartie, correspondant aux provisions techniques calculées comme un tout Provisions te chniques calculées comme la somme de la meilleure estimation et de la marge de risque Meilleure e stimation Provisions pour primes Brut Total des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite, après ajustement pour pertes probables pour défaut de la contrepartie Meilleure estimation nette des provisions pour primes Provisions pour sinistres Brut Total des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite, après ajustement pour pertes probables pour défaut de la contrepartie Meilleure estimation nette des provisions pour sinistres Total meilleure estimation – brut Total meilleure estimation – net Marge de risque Montant de la déduction transitoire sur les provisions Provisions techniques calculées comme un tout Meilleure estimation Marge de risque

Réassurance non proportionnelle acceptée Réassurance Réassurance santé non santé non proportionnelle proportionnelle C0140 C0150

Réassurance santé non proportionnelle C0160

Réassurance santé non proportionnelle C0170

Total engagements en non-vie C0180

R0010

R0050

R0060

1 785

R0140

603

R0150

1 182

R0160

9 354

R0240

3 020

R0250 R0260 R0270 R0280

6 334 11 139 7 516 1 579

R0290 R0300 R0310

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 72

Assurance directe et réassurance proportionne lle acceptée

Provisions te chniques – Total Provisions techniques – Total Montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite, après ajustement pour pertes probables pour défaut de la contrepartie – total Provisions techniques nettes des montants recouvrables au titre de la réassurance/des véhicules de titrisation et de la réassurance finite

Assurance de protection juridique

Assistance

Pertes pécuniaires diverses

C0110

C0120

C0130

Réassurance non proportionnelle acceptée Réassurance Réassurance santé non accidents non proportionnelle proportionnelle C0140

C0150

Réassurance maritime, aérienne et transport non proportionnelle C0160

Réassurance dommages non proportionnelle C0170

Total engagements en non-vie

C0180

R0320

12 718

R0330

3 623

R0340

9 095

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 73

S.19.01.21 : Sinistres en non-vie Total Activité en non-vie Année d’accident / année de souscription

Z0010

2016

S inistres payés bruts (non cumulés) (valeur absolue) Année Précédentes N-9 N-8 N-7 N-6 N-5 N-4 N-3 N-2 N-1 N

R0100 R0160 R0170 R0180 R0190 R0200 R0210 R0220 R0230 R0240 R0250

0 C0010

1 C0020

2 C0030

68 444 63 349 60 346 61 827 63 888 57 789 52 308 52 798 54 535 60 050

7 575 7 333 7 038 7 259 6 618 6 402 5 266 4 886 5 013

490 415 388 376 535 376 160 242

Année de développement 3 4 5 6 C0040 C0050 C0060 C0070 104 32 159 167 111 84 53

-8 48 49 130 38 51

34 0 53 33 43

-1 8 24 23

7 C0080

8 C0090

9 C0100

10 10 10

2 8

5

10 & + C0110 0

Total Meilleure estimation provisions pour sinistres brutes non actualisées (valeur absolue) Année de développement Année 0 1 2 3 4 5 6 C0200 C0210 C0220 C0230 C0240 C0250 C0260 Précédentes R0100 N-9 R0160 N-8 R0170 N-7 R0180 10 N-6 R0190 22 N-5 R0200 51 N-4 R0210 71 N-3 R0220 113 N-2 R0230 374 N-1 R0240 8 273 N R0250

7 C0270

8 C0280

9 C0290

10 & + C0300 0

0 1 2

Total

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 74

R0100 R0160 R0170 R0180 R0190 R0200 R0210 R0220 R0230 R0240 R0250 R0260

Pour l'année en cours C0170 0 5 8 10 23 43 51 53 242 5 013 60 050 65 498

Fin d’année (données actualisées) C0360 0 R0100 0 R0160 1 R0170 2 R0180 10 R0190 22 R0200 51 R0210 71 R0220 113 R0230 374 R0240 8 274 R0250 8 918 R0260

S omme des années (cumulés) C0180 0 76 655 71 203 68 067 69 815 71 233 64 702 57 787 57 926 59 548 60 050 656 986

S.23.01.01 : Fonds propres Total

Niveau 1 – non restreint

C0010

C0020

381

381

49 638

49 638

Niveau 1 Niveau – Niveau 3 2 restre int C0030 C0040 C0050

Fonds propres de base avant déduction pour participations dans d'autres secteurs financiers, comme prévu à l'article 68 du règlement délégué 2015/35 Capital en actions ordinaires (brut des actions propres) Compte de primes d'émission lié au capital en actions ordinaires Fonds initial, cotisations des membres ou élément de fonds propres de base équivalent pour les mutuelles et les entreprises de type Comptes mutualistes subordonnés Fonds excédentaires Actions de préférence Compte de primes d'émission lié aux actions de préférence Réserve de réconciliation Passifs subordonnés Montant égal à la valeur des actifs d'impôts différés nets Autres éléments de fonds propres approuvés par l’autorité de contrôle en tant que fonds propres de base non spécifiés supra Fonds propres issus des états financiers qui ne devraient pas être inclus dans la ré serve de réconciliation et qui ne respectent pas les critères de fonds propres de Solvabilité II Fonds propres issus des états financiers qui ne devraient pas être inclus dans la réserve de réconciliation et qui ne respectent pas les critères de fonds propres de Solvabilité II Déductions Déductions pour participations dans des établissements de crédit et des établissements financiers Total fonds propres de base après déductions Fonds propres auxiliaire s Capital en actions ordinaires non libéré et non appelé, appelable sur demande Fonds initial, cotisations des membres ou élément de fonds propres de base équivalents, non libérés, non appelés et appelables sur demande, pour les mutuelles et les entreprises de type mutuel Actions de préférence non libérées et non appelées, appelables sur demande Engagements juridiquement contraignants de souscrire et de payer des passifs subordonnés sur demande Lettres de crédit et garanties relevant de l’article 96, paragraphe 2, de la directive 2009/138/CE Lettres de crédit et garanties ne relevant pas de l’article 96, paragraphe 2, de la directive 2009/138/CE Rappels de cotisations en vertu de l’article 96, point 3, de la directive 2009/138/CE Rappels de cotisations ne relevant pas de l’article 96, paragraphe 3, de la directive 2009/138/CE Autres fonds propres auxiliaires Total fonds propres auxiliaires Fonds propres éligibles et disponibles Total des fonds propres disponibles pour couvrir le capital de solvabilité requis Total des fonds propres disponibles pour couvrir le minimum de capital requis Total des fonds propres éligibles pour couvrir le capital de solvabilité requis Total des fonds propres éligibles pour couvrir le minimum de capital requis Capital de solvabilité requis Minimum de capital requis Ratio fonds propres éligibles sur capital de solvabilité requis Ratio fonds propres éligibles sur minimum de capital requis

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

R0010 R0030 R0040 R0050 R0070 R0090 R0110 R0130 R0140 R0160 R0180

R0220 R0230 R0290

0

R0300 R0310 R0320 R0330 R0340 R0350 R0360 R0370 R0390 R0400 R0500 R0510 R0540 R0550 R0580 R0600 R0620 R0640

50 019 50 019 50 019 50 019 18 001 4 500 2,78 11,11

Page 75

50 019 50 019 50 019 50 019

C0060 Réserve de réconciliation Excédent d’actif sur passif Actions propres (détenues directement et indirectement) Dividendes, distributions et charges prévisibles Autres éléments de fonds propres de base Ajustement pour les éléments de fonds propres restreints relatifs aux portefeuilles sous ajustement égalisateur et aux fonds cantonnés

R0700 R0710 R0720 R0730

381

R0740

Réserve de réconciliation

R0760

Bénéfices attendus Bénéfices attendus inclus dans les primes futures (EPIFP) – activités vie Bénéfices attendus inclus dans les primes futures (EPIFP) – activités non-vie Total bénéfices attendus inclus dans les primes futures (EPIFP)

R0770 R0780 R0790

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

50 019

49 638

Page 76

S.25.01.21 : Capital de solvabilité requis – pour les entreprises qui utilisent la formule standard

Risque de marché Risque de défaut de la contrepartie Risque de souscription en vie Risque de souscription en santé Risque de souscription en non-vie Diversification Risque lié aux immobilisations incorporelles Capital de solvabilité requis de base Calcul du capital de solvabilité requis Risque opérationnel Capacité d’absorption des pertes des provisions techniques Capacité d’absorption de pertes des impôts différés Capital requis pour les activités exercées conformément à l’article 4 de la directive 2003/41/CE Capital de solvabilité requis à l'exclusion des exigences de capital supplémentaire Exigences de capital supplémentaire déjà définies Capital de solvabilité requis

R0010 R0020 R0030 R0040 R0050 R0060 R0070 R0100

R0130

Capital de solvabilité requis brut C0110 8 268 2 183 511 12 228

USP

Simplifications

C0090

C0100

-5 822 17 266 C0100 2 729

R0140 R0150

-2 095

R0160 R0200

17 899

R0210 R0220

17 899

Autres informations sur le SCR Capital requis pour le sous-module risque sur actions fondé sur la durée Total du capital de solvabilité requis notionnel pour la part restante Total du capital de solvabilité requis notionnel pour les fonds cantonnés Total du capital de solvabilité requis notionnel pour les portefeuilles sous ajustement égalisateur Effets de diversification dus à l'agrégation des nSCR des FC selon l’article 304

R0400 R0410 R0420 R0430 R0440

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 77

S.28.02.01 : Minimum de capital requis – Activités d’assurance ou de réassurance à la fois vie et non-vie Activités en nonvie Résultat MCR(NL,NL) C0010 Terme de la formule linéaire pour les engagements d'assurance et de R0010 réassurance non-vie

Activités en vie

Activités en non-vie

Activités en vie

Résultat MCR(NL,NL) C0020

3 484

Assurance frais médicaux et réassurance proportionnelle y afférente Assurance de protection du revenu, y compris réassurance proportionnelle y afférente Assurance indemnisation des travailleurs et réassurance proportionnelle y afférente Assurance de responsabilité civile automobile et réassurance proportionnelle y afférente Autre assurance des véhicules à moteur et réassurance proportionnelle y afférente Assurance maritime, aérienne et transport et réassurance proportionnelle y afférente Assurance incendie et autres dommages aux biens et réassurance proportionnelle y afférente Assurance de responsabilité civile générale et réassurance proportionnelle y afférente Assurance crédit et cautionnement et réassurance proportionnelle y afférente Assurance de protection juridique et réassurance proportionnelle y afférente Assurance assistance et réassurance proportionnelle y afférente Assurance pertes pécuniaires diverses et réassurance proportionnelle y afférente Réassurance santé non proportionnelle Réassurance accidents non proportionnelle Réassurance maritime, aérienne et transport non proportionnelle Réassurance dommages non proportionnelle

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Meilleure estimation et Meilleure estimation et Primes émises au Primes émises au PT calculées comme PT calculées comme cours des 12 derniers cours des 12 derniers un tout, nettes (de la un tout, nettes (de la mois, nettes (de la mois, nettes (de la réassurance / des réassurance / des réassurance) réassurance) véhicules de titrisation) véhicules de titrisation) C0030 C0040 C0050 C0060 R0020 11 140 62 988 R0030 R0040 R0050 R0060 R0070 R0080 R0090 R0100 R0110 R0120 R0130 R0140 R0150 R0160 R0170

Page 78

Activités en nonvie

Activités en vie

Activités en non-vie

Activités en vie

Résultat MCR(L,NL) Résultat MCR(L,L) C0070 Terme de la formule linéaire pour les engagements d'assurance et de R0200 réassurance vie

C0080 183 Meilleure estimation et Montant total du Meilleure estimation et PT calculées comme capital sous risque net PT calculées comme un tout, nettes (de la (de la réassurance/ un tout, nettes (de la réassurance / des des véhicules de réassurance / des véhicules de titrisation) titrisation) véhicules de titrisation) C0090

Engagements avec participation aux bénéfices – Prestations garanties Engagements avec participation aux bénéfices – Prestations discrétionnaires futures Engagements d'assurance avec prestations indexées et en unités de compte Autres engagements de (ré)assurance vie et de (ré)assurance santé Montant total du capital sous risque pour tous les engagements de (ré)assurance vie

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

R0210 R0220 R0230 R0240 R0250

C0100

C0110 3 444

Montant total du capital sous risque net (de la réassurance/ des véhicules de titrisation) C0120

79 346

Page 79

Calcul du MCR global M CR linéaire Capital de solvabilité requis Plafond du M CR Plancher du M CR M CR combiné Seuil plancher absolu du M CR

R0300 R0310 R0320 R0330 R0340 R0350

Minimum de capital requis

R0400

Activités en nonvie C0140

Calcul du montant notionnel du MCR en non-vie et en vie M ontant notionnel du M CR linéaire M ontant notionnel du SCR hors capital supplémentaire (calcul annuel ou dernier calcul) Plafond du montant notionnel du M CR Plancher du montant notionnel du M CR M ontant notionnel du M CR combiné Seuil plancher absolu du montant notionnel du M CR M ontant notionnel du M CR

C0130 3 667 18 001 8 100 4 500 4 500 3 700 C0130 4 500 Activités en vie C0150

R0500 R0510 R0520 R0530 R0540 R0550 R0560

SMATIS France – Rapport sur la solvabilité et la situation financière 2016

Page 80