The Wind Egg: Wind Egg Incubation Wind Tunnel

tale de la soufflerie aéro-acoustique L2B de l'Institut von Karman. Le vent transportant le son d'une maman vautour a pénétré la surface de l'œuf. Le résultat.
3MB taille 0 téléchargements 127 vues
The Wind Egg: Wind Egg Incubation Wind Tunnel

Pression acoustique du son généré par le vortex Kirchhoff. Interprétation : Bernhard Müller

Poutre formant l’antenne de microphones à l’Institut von Karman de Dynamique des Fluides. Avec l’aimable autorisation du Prof. Christophe Schram.

Wind Egg dans la configuration du vortex acoustique de la Chambre d’Incubation Wind Egg L1 à l’Institut von Karman de Dynamique des Fluides. Photo : Daniel van Hauten

Configuration du vortex acoustique dans la Chambre d’Incubation Wind Egg L1 à l’Institut von Karman de Dynamique des Fluides. Photo : Daniel van Hauten

Configuration du vortex acoustique de l’exposition Wird à la galerie Harlan Levey Projects

De même que des œufs de poules ont besoin de chaleur après avoir été fertilisés, les œufs hardés fécondés ont besoin de vent. Afin de créer les conditions éoliennes spécifiques que nécessite l’incubation des œufs hardés, nous utilisons deux déploiements de haut-parleurs pour générer un tourbillon acoustique et son retour en boucle. Le son est de l’air qui vibre, essentiellement du vent. Le son émis perturbe l’air de manière particulière et crée de la sorte un vent léger nécessaire au maintien des œufs hardés fertilisés. Les œufs hardés inséminés deux ans plus tôt dans la soufflerie L2B de l’Institut von Karman, à l’époque où l’expérience se tenait là (2013-2016), ont été transportés dans la soufflerie d’incubation Wind Egg au M HKA. Le dispositif expérimental a été réalisé avec le soutien du Prof. Dr Staf Van Tendeloo et son groupe EMAT de nanofabrication à l’Université d’Anvers. Le Prof. Johan Verbeeck, épaulé par Giulio Guzzinati, a créé le logiciel pour le déploiement du tourbillon acoustique. Le concepteur sonore Arzu Saglam et le compositeur Marc Mahfoud ont composé les sons qu’émettent les dispositifs de haut-parleurs. La soufflerie est un silo réalisé par Spriomatic, qui produit d’habitude des entrepôts gigantesques pour le stockage de farine de boulangeries industrielles. Les structures du dispositif du tourbillon acoustique ont été produites par Roalt Zuidervaart. Émission En amont, un déploiement de six haut-parleurs crée un phénomène de tourbillon acoustique dans la soufflerie. Au lieu de pales de ventilateur ou d’aubes de turbine, cette soufflerie s’appuie sur du son pour la propulsion d’air. Le son dérivé de l’appel d’un vautour femelle est traité par un programme informatique spécialement conçu pour le projet. Ce logiciel analyse le son de

Wind Egg dans la configuration du vortex acoustique de la Chambre d’Incubation Wind Egg lors de l’exposition Wird à la galerie Harlan Levey Projects.

Son de battements de cœur enregistrés par Yakut Cansev (VKI) dans un œuf hardé fertilisé.

manière à l’émettre sous forme de rotation horaire à travers six haut-parleurs. Le son de chaque haut-parleur est synchrone puis asynchrone vis-à-vis du haut-parleur précédent. Cette séquence répétitive de décalage des phases crée un mouvement sonore en spirale qui s’étend sur toute la longueur de la soufflerie. Les centres de tous les tourbillons sont des espaces vides ou de basse pression. Imaginez l’œil d’un cyclone qui est délimité par les nuages qui tournent autour de lui. De manière analogue, le centre du tourbillon acoustique est une zone silencieuse alors qu’on entend clairement du son près des murs de la soufflerie. Deux œufs fertilisés ont été placés au centre de la soufflerie et ont fait l’objet d’une configuration spatio-acoustique. Chaque œuf émet le son produit lors de son insémination par le vent. Lors de ce processus, un œuf hardé a été déposé dans la section expérimentale de la soufflerie aéro-acoustique L2B de l’Institut von Karman. Le vent transportant le son d’une maman vautour a pénétré la surface de l’œuf. Le résultat ressemble distinctement à un battement de cœur – ce qui implique une insémination réussie. Dès lors, on a fait souffler le vent directement dans la Chambre d’Incubation Wind Egg L1 et dans les installations Wind Egg à la galerie Harlan Levey Projects, avant d’arriver au M HKA. Origines de la forme des œufs hardés À l’origine, l’œuf était un instrument de mesure appelé carénage, conçu par l’ingénieur Yakut Cansev et d’autres membres de l’Institut von Karman pour mesurer le degré de turbulence créée dans la section de turbine d’une soufflerie1. La forme d’œuf du carénage a été choisie pour ses qualités aérodynamiques qui provoquent le moins de turbulence pendant la mesure des turbulences environnantes. Le vent peut pénétrer le carénage Wind

Diagramme de carénage utilisé pour l’Expérience Wind Egg. Avec l’aimable autorisation de l’Institut von Karman.

Egg par un seul trou. Un microphone à l’intérieur de l’œuf mesure ce vent. L’expérience Wind Egg cherche à reproduire exactement les mêmes proportions et à les adapter aux études du carénage. La forme a été réalisée inversement et imprimée en 3D par l’artiste. 1. Une technique de microphone télécommandé pour mesurer l’aéro-acoustique dans de grandes souffleries. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0003682X1730806X

Feed-back La Chambre d’Incubation Wind Egg régule et contient les qualités acoustiques spéciales dans ses murs. Le son émis par le tourbillon acoustique du dispositif de haut-parleurs est enregistré par un alignement formant une rangée de microphones, qui fonctionne en essence comme une caméra pour le son. Les microphones qui couvrent la surface enregistrent la position locale des sons. Créée à l’origine par des ingénieurs de l’Institut von Karman, la forme a été réalisée inversement et imprimée en 3D par l’artiste. Le son du tourbillon acoustique est enregistré et rediffusé dans la soufflerie en temps réel. Cela génère une sorte de boucle de retour et permet idéalement au tourbillon acoustique de s’autoréguler, s’ajustant systématiquement aux corps et aux objets qui passent à travers la soufflerie. Remerciements : Contributions : Arzu Saglam, Marc Mahfoud, Roalt Zuidervaart, Spiromatic, Céline Mathieu, le physicien Ertan Ümit, le Prof. Jo Verbeeck, Giulio Guzzinati du groupe EMAT de nanofabrication à l’Université d’Anvers, Yakut Cansev, et Diedrik Van Laetham de Spiromatic. Cet événement n’aurait pas pu avoir lieu sans le soutien de : le Prof. Staf Van Tendeloo, directeur du groupe de recherche EMAT à l’Université d’Anvers ; Prof. Olivier Chazot, professeur à l’Institut von Karman ; l’équipe de la galerie Harlan Levey Projects ; Werner Van dermeersch, Livin Mentens, et Ruth Loos de la section Art et Design de l’Université d’Anvers – Sint Lucas ; Nav Haq et l’équipe du Musée d’Art contemporain d’Anvers (M HKA) ; le groupe de recherche artistique The Size Matters du département des Arts de l’Université de Zurich, dirigé par le Prof. Florian Dombois et soutenu par la Swiss National Science Foundation ; Clara Herrmann et l’académie Schloss Solitude.